This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 23 juillet 2012 07:14

L'Islam chiite (88)

Grâce au Nom de Dieu le Tout-Miséricordieux et Très-Miséricordieux, chers auditeurs, après avoir résumé dans notre dernière émission les fondements théoriques qui distinguent radicalement les prophétologies sunnite et shiite, nous allons comme promis aborder certaines implications « terrestres » de ces divergences doctrinales. Ces « implications terrestres » sont en premier lieu l’idée que se font les musulmans sunnites et shiites de « l’Histoire sainte », c’est-à-dire de la vie des Prophètes depuis l’aube de l’humanité jusqu’à la clôture de la Prophétie par Mohammad, Dieu le bénisse lui et les siens ainsi que tous les Guides divins.

Cette Histoire sainte se fonde avant tout sur la compréhension et l’interprétation des éléments de type « biographique » que le Coran donne sur certains Prophètes, depuis Adam jusqu’à Mohammad en passant par Noé, Abraham, Loth, Job, Moïse, David, Salomon, Jésus-Christ, etc. Cependant, ces données biographiques sont si minces qu’elles ne pouvaient suffire pour constituer cette Histoire sainte, même pour des Prophètes majeurs aussi importants que Moïse, qui est de tous celui pour lequel le Coran fournit le plus d’informations. Les données coraniques furent donc complétées par d’abondants commentaires dont le crédit repose sur leur attribution, soit au Prophète lui-même et aux Imams de sa descendance, Dieu les bénisse et leur donne la Paix, soit à des Compagnons et autres « Pieux ancêtres » de la deuxième ou troisième générations de musulmans.

Quiconque a connaissance de la Bible, ne serait-ce que superficiellement, n’aura pas manqué de remarquer combien les récits biographiques des figures de l’Ancien Testament y abondent et combien ils sont riches de détails et précisions. Quant au Nouveau Testament, les Évangiles qui en sont le cœur ne sont autre que des hagiographies retraçant la vie et les enseignements de Notre Seigneur Jésus-Christ, la Paix soit avec lui. En regard de ce foisonnement, l’extrême pauvreté des données coraniques de cet ordre ne peut alors manquer de frapper, surprendre et soulever des questions : pour quelles raisons des Écritures saintes relevant d’une même veine et tradition prophétique sont-elles pour certaines débordantes de données biographiques tandis qu’une autre en est au contraire plus qu’avare ?

À l’examen, il semble bien que ces raisons sont liées à la nature des Écritures en question et, pour être plus explicite et précis, découlent du rapport de chaque Écriture avec la Révélation qu’elle relate et transcrit et a fortiori de la forme prise par cette Révélation elle-même.

Pour le judaïsme, la Révélation est essentiellement celle faite à Moïse, parangon de la Prophétie et Prophète par excellence, cristallisée dans la Loi couronnant l’Alliance de Dieu avec Son « peuple élu ». Les Écritures ne seront dès lors qu’une immense fresque historique relatant d’abord la genèse des Fils d’Israël, leur élection au fur et à mesure d’une Révélation progressive du Dieu d’Israël culminant dans le don des Tables de la Loi à Moïse, puis le récit des heurs et malheurs du « peuple élu » au gré de sa fidélité ou de ses trahisons envers la Torah, suprême Alliance entre l’Ineffable et l’« élite » de l’humanité.

Pour le christianisme, la Révélation n’est autre que Notre Seigneur Jésus-Christ en personne. Les Écritures seront alors à nouveau un récit historique relatant, non plus l’histoire du « peuple élu », mais la vie de l’Élu en personne, depuis son Incarnation jusqu’à son Sacrifice suprême et sa Résurrection, qui ouvrent et offrent la voie du Salut à l’humanité entière. L’ancienne Alliance de la Loi divine est ainsi sublimée par une nouvelle Alliance d’Amour dans laquelle Dieu se fait homme pour que l’homme puisse devenir divin.

L’Alliance étant définitivement accomplie et parachevée, la suite de l’Écriture retracera la genèse d’un nouveau « peuple élu », non plus lié par le sang et circoncis dans la chair, comme se veulent les Fils d’Israël, mais liés par l’Esprit et circoncis de cœur. L’Église de la Nouvelle Alliance est l’assemblée de ceux qui, ayant reçu et adopté le Fils de Dieu, sont eux-mêmes devenus Enfants de Dieu, par une communion et adoption qui transcendent toute élection.

Pour l’islam, enfin, la Révélation est la Guidance divine, autrement dit tout le processus d’éducation de l’humanité, depuis ses origines jusqu’à son achèvement, toute Révélation particulière n’étant chaque fois qu’une étape propre à un groupe humain plus ou moins restreint et déterminé ou au contraire plus ou moins étendu et généralisé jusqu’à l’universel.

L’Écriture sainte ne retracera donc ni l’histoire d’un peuple ni la vie d’un homme, mais l’histoire de la Guidance divine elle-même depuis l’aube de l’humanité jusqu’à son aboutissement à la Révélation ultime, à travers certaines étapes plus ou moins marquantes et plus ou moins connues. Dans une telle Histoire sainte de la Révélation, l’important ne sera pas tant le détail d’événements et circonstances qui ne sont le plus souvent que des à-côtés de la question, mais le processus même de la Révélation : sa nature et constitution, sa transmission, sa réception et son devenir, comme on le verra dans notre prochaine émission.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir