This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
vendredi, 11 mai 2012 15:06

L'Islam chiite (72)

 
Grâce au Nom de Dieu le Tout-Miséricordieux et Très-Miséricordieux, chers auditeurs, après la longue parenthèse qui nous a permis de rectifier diverses erreurs et confusions fondamentales répandues à propos de l'islam shiite, nous sommes depuis plusieurs émissions occupés à faire le point sur le chemin parcouru ensemble jusqu'ici.

 

Nous avons ainsi rappelé que, dans la conception shiite, la religion se présente comme un arbre : ses racines, les « fondements de la religion », sont les principes rationnels qui précèdent la Révélation et en constituent la base et la justification intellectuelle ; son tronc est la Révélation elle-même et son "réceptacle", les Gens de la Demeure prophétique ; ses branches sont les croyances et pratiques tirées de la Révélation et des faits et dires des Gens de la Demeure prophétique ; enfin, la terre où pousse cet arbre est la nature propre de l'être humain, la fitra,en particulier la faculté spécifiquement humaine qu'est l'intelligence rationnelle.

Les cinq principes rationnels qui fondent et justifient la religion sont : 1. La nécessaire existence d'un unique Principe premier cause de tout l'univers ; 2. La nécessaire perfection et justice de ce Principe ; 3. La nécessité que ce Principe révèle aux êtres rationnels les moyens d'atteindre à leur accomplissement, ce qui se faitpar l'intermédiaire de Prophètes Messagers recevant et transmettant cette Révélation ; 4. La nécessité que le Principe garantisse une continuité inaltérée à cette Révélation, par l'intermédiaire de Guides ou Imams la préservant et la réalisant ;5. Enfin, la nécessité d'une vie posthume où s'accomplira la justice que les conditions et limitations du monde physique ne permettent de réaliser.

Pour l'islam shiite, l’histoire religieuse de l’humanité est donc l’histoire des Garants divins porteurs de la Révélation et la seule « religion vraie » de l’humanité est la reconnaissance de tous ces Garants divins vivifiée par l’adhésion au Garant vivant de son époque. Ce dernier point est crucial : si le lien avec le Garant vivant de son époque fait défaut, la religion n’est plus alimentée par la sève de vie et n’est donc plus qu’un arbre mort et fossilisé, en plus ou moins bon état de conservation.

 

Le shiisme nomme cette adhésion vivante et vivifiante wilâya ou velâyat,que l’on peut rendre en français par « amour dévotionnel » : l’amour et la dévotion pour le Garant de son temps est le cœur palpitant de la religion, parce que cet intermédiaire n'est autre que « la face de Dieu » qui se montre à nous pour donner prise à notre amour, parce qu'il est, comme le dit une invocation shiites : « la voie droite de Dieu et Sa corde solide… tendue entre ciel et terre », « le seuil de Dieu par où l’on vient à Lui » et « la face de Dieu vers où se tournent [Ses] amis. »

Pour reprendre un terme chrétien d’origine araméenne, l’Imam de chaque temps est Emmanuel, qui signifie étymologiquement « Dieu parmi nous ». Dieu est en effet trop infini en Son essence pour que nous puissions l’atteindre par nos pensées, sans parler de nos sentiments. Seule nous est accessible « la face de Dieu » qui se donne à voir et à aimer à l’humanité et qui n'estautre, en chaque époque, que l’Imam de ce temps.

De ce fait, contrairement à la théologie du salut « exclusive » du judéo-christianisme, pour laquelle un seul et unique « peuple élu » — celui des Enfants d’Israël, d’abord, puis celui des fidèles du Christ — est détenteur de la vérité, le reste de l’humanité étant plongé dans les ténèbres de l’erreur, la vision du salut de l’islam shiite est « inclusive », en ce sens que, comme Dieu ne saurait faire preuve d’injustice, la vérité a été donnée à tous les peuples de la terre et cela depuis que l’homme existe : tout peuple a eu son ou ses guides, porteurs pour lui de la Révélation divine, et ce n’est qu’ensuite qu’ils s’en sont plus ou moins éloignés.

La cinquantaine de Prophètes nommés dans le Coran et la tradition musulmane ne constitue en fait qu’une infime portion de ces Guides divins de l'humanité, ceux qui étaient connus des auditeurs du Prophète Mohammad, Dieu le bénisse lui et les siens, et des Imams lui ayant succédé. Mais le Coran énonce explicitement que tout peuple eut son ou ses Prophètes, fait état de Prophètes qu'il ne nomme pas, et Mohammad déclara qu'ils ne furent pas moins de 124 000, chiffre qui apparaît d'ailleurs plus symbolique que statistique.

 

L'histoire religieuse de l'humanité est donc avant tout rythmée par l'histoire des Prophètes connus de la lignée "sémitique", en particuliers des plus marquants d'entre eux, depuis le père de l’humanité, Adam, en passant par Noé, Abraham, Moïse et Jésus pour aboutir au Sceau des Prophètes, Mohammad, Dieu les bénisse tous.Les musulmans shiites et sunnites professant ensemble qu’il n’y aura plus de nouvelle Révélation après celle du Coran, l’histoire de la Guidance divine après Mohammad ne sera plus celle de Prophètes, mais uniquement celle des Imams de sa descendance, les Gens de la Demeure prophétique, la Paix soit avec eux.

Le point culminant de la mission de tout Guide divin étant, on l'a vu, la désignation d'un successeur garant de la Révélation après lui, chaque mission prophétique fut suivie d'une lignée de Garants désignés pour préserver, appliquer et interpréter la Révélation. À Abraham succéda ainsi Ismaël, suivi de son frère Isaac et de la lignée de ses descendants dont l’Ancien Testament retrace l’histoire ; à Moïse succéda Josué, à Jésus-Christ l’apôtre Simon-Pierre et enfin à Mohammad son cousin ‘Alî fils d’Abû Tâleb, suivi de ses deux fils, Hassan et Hossein et de neuf descendants de Hossein, le douzième et dernier étant l’Imam Mahdî, qui vit depuis plusieurs siècles dans l’incognito le plus total en attendant d’accomplir la mission d’instaurer pour l’humanité entière un règne de justice et de bonheur.

Il faut à ce propos insister sur le fait que, malgré les apparences "dynastiques" de ces lignées de Prophètes et Imams, il n’est en réalité pas ici question de « lignages élus », mais seulement d’un "unique élu" au sein de lignages comptant par ailleurs quantité d’égarés.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir