This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
vendredi, 11 mai 2012 15:04

L'Islam chiite (71)

 
Grâce au Nom de Dieu le Tout-Miséricordieux et Très-Miséricordieux, chers auditeurs, après la longue parenthèse qui nous a permis de rectifier diverses erreurs et confusions fondamentales répandues à propos de l'islam shiite, nous avons dans notre dernière émission commencé à faire le point sur le chemin parcouru ensemble jusqu'ici.

 

Nous avons ainsi rappelé que,dans la conception shiite, la religion se présente comme un arbre :ses racines, nommées osûlo d-dîn ou « fondements de la religion », sont les principes rationnels qui précèdent la Révélation et en constituent la base et la justification intellectuelle.

Son tronc, qui est l’axe autour duquel la religion tourne, est constitué par l'ensemble de la Révélation elle-même et de son "réceptacle", les Gens de la Demeure prophétique, ahlo bayti n-nobowwa ;de ce fait, l’attitude fondamentale des fidèlespar rapport à cet axe est faite tout à la fois de "soumission" volontaire à la Révélation, ce qui est le sens propre du mot islam, et d’un "amour dévotionnel"pour les Gens de la Demeure prophétique, nommé wilâya ou velâyat, qui est tout particulièrement inscrite au cœur de l’islam shiite.

Les branches de la religion, forû'o d-dîn, enfin, sont constituées par les croyances et pratiques tirées tout à la fois de la Révélation et des faits et dires des Gens de la Demeure prophétique.

Quant à la terre dans laquelle cet arbre plonge ses racines et qui le nourrit, elle est la nature même de l'être humain, nommée fitra en arabe,et plus précisément la faculté spécifiquement humaine que l'on nomme « intelligence » ou « raison », à laquelle l'islam shiite accorde une primauté qui constitue sans doute la marque la plus fondamentale de cette doctrine.

 

Les racines ou fondements de la religion sont au nombre de cinq, cinq principes que la raison humaine suffit à établir par sa propre réflexion, sans référence à la moindre Révélation. Ces principes doivent nécessairement être indépendants de toute Révélation, puisqu'ils sont sensés en constituer le fondement et la justification rationnelle : se référer à une Révélation pour la fonder constituerait évidemment un cercle vicieux et ne serait donc pas un argument rationnellement recevable.

Le premier de ces fondements relève du principe de causalité. Partant de l'examen rationnel de l'ensemble de causes et effets qui constituent l'univers, le raisonnement établit la nécessité qu’une Cause première unique en soit l’origine, éliminant au passage aussi bien l'éventualité d'une absence de cause première que celle d'une pluralité de telles causes.

Un second raisonnement fondamental établit alors que cette première et unique Cause ultime de tout ce qui est doit nécessairement posséder éminemment toutes les perfections possibles, donc en particulier être parfaitement juste.

De ce principe de Justice découlent les trois autres fondements rationnels de la religion, qui sont la Prophétie, l’Imamat et le Jugement posthume.

 

Le Jugement posthume est déduit, non seulement de l'injustice de fait qui règne en ce monde, mais de l'impossibilité même d'y faire régner pleinement lajustice en raison des conditionset limites physiques inhérentes à l'état matériel. Comme il serait contraire au principe de Justice que l'injustice domine, ce qui serait inéluctablement le cas si la réalité se limitait à la vie physique, il doit nécessairement exister une vie et un état posthumes où la justice soit accomplie et où chacun connaîtra les effets réels des pensées, paroles et actionsdont il fut l’auteur en ce monde.

La question se pose alorsde savoir sil'homme peut se contenter de sa propre intelligence pour s'assurer à la fois la meilleure vie en ce monde et le meilleur devenir posthume ? Or, il apparaît à la réflexion que, si l’on peut expérimentalement découvrir certaines des lois régissant le monde physique et rationnellement connaître certains principes éthiques fondamentaux, la raison et l'expérience ne permettent pas de déterminer tous les effets et conséquences, en particulier posthumes, de touteaction, parole ou pensée.

Dès lors, le principe de Justice implique que la Cause première fasse connaître aux hommes les moyens de vivre au mieux tant leur vie en ce monde que celle de l'au-delà, car il serait d'une injustice flagrante de les livrer à une justice posthume en les laissant dans l'ignorance des lois qui la régissent.C'est la transmission de cette connaissance aux hommes qui est nommée"Révélation" et de sa nécessité découlentdeux fondements dela religion : la Prophétie et l'Imamat.

 

En effet, cette Révélationn'advenant pas à tous les humains, on en déduitqu'elle doit être reçue et transmise par certains humains, qui se distinguent par des connaissances et des actes garantissant l'authenticité de leur rôle d'intermédiaire. Plus particulièrement, ils doivent être infaillibles et impeccables dans leur connaissance et leur comportement, car il serait irrationnel de demander à des êtres rationnels de se laisser guider par quelqu'un qu'ils voient se tromper ou mal agir.Ce guide et intermédiaire peut alors être soit lui-même porteur d’une nouvelle révélation, auquel cas il est proprement Prophète et Messager, soit dépositaire d’une révélation antérieurement transmise par un Prophète Messager, auquel cas il est désigné par le terme d’Imam.

En effet, les principes rationnels ayant une portée universelle et inconditionnelle, c'est en toute époque qu'il doit nécessairement y avoir un tel intermédiaire garantissant la transmission de la Révélation et incarnant la Guidance divine. Autrement, rien ne garantirait la Guidance divine d'être authentiquement préservée et de ne pas être dévoyée, volontairement ou non ; or, il serait contraire à la sagesse et à la justice divinesde révéler une Guidance sans se préoccuper de son devenir après sa transmission, ce qui reviendrait en fait à ne pas l'avoir donnée du tout.

La désignation d'un garant de la Révélation après lui fait donc éminemment partie de la mission d’un Prophète ou d’un Imam, désignation qui ne saurait bien entendu être arbitraire, car la personne désignée doit nécessairement posséder l'état spirituel lui conférant infaillibilité et impeccabilité et lui permettantd'établir l’authenticité de ses prétentions.

 

Pour l'islam shiite, l’histoire religieuse de l’humanité est donc l’histoire des Garants divins porteurs de la Révélation et la seule « religion vraie » de l’humanité est la reconnaissance de tous ces Garants divins vivifiée par l’adhésion au Garant vivant de son époque. Ce dernier point est crucial : si le lien avec le Garant vivant de son époque fait défaut, la religion n’est plus alimentée par la sève de vie et n’est donc plus qu’un arbre mort et fossilisé, en plus ou moins bon état de conservation.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir