This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 28 mai 2015 05:58

Algérie : les couffins du Ramadan, l'indicateur de pauvreté

Algérie : les couffins du Ramadan, l'indicateur de pauvreté
IRIB- Le monde musulman se prépare à accueillir le mois du Ramadan. En Algérie, les familles dans le besoin et les chômeurs auront le droit à un panier garni.

Environ 1,7 million de familles algériennes sont concernées cette année à travers les différentes wilayas du pays. Une enveloppe de plus de 8 milliards de dinars est engagée pour cette action, a annoncé le 17 mai la ministre de la Solidarité nationale, de la famille et de la condition féminine, Mounia Meslem.

Pour leur permettre de passer un Ramadan dans des conditions convenables, 12 produits alimentaires de base composent le couffin : semoule, farine, pois chiche, riz, orge, huile et autres aliments bien connus des foyers. Pour en bénéficier, chaque famille doit s'inscrire jusqu'au 20 juin dans leur mairie. Elles devront fournir également des documents tels qu'une fiche familiale et une attestation de chômage entre autres documents d'état civil.

Les denrées doivent être distribuées localement par les mairies sur ordre du ministère de l'Intérieur et des collectivités locales. L'opération de solidarité sera bien encadrée pour éviter les vols et les détournements de la part de certains responsables de mairies corrompus, comme ce fut parfois le cas les années précédentes. Ce sera la mission du ministère de la Solidarité sociale. Si de telles pratiques sont déplorées, des poursuites seront engagées contre leurs auteurs, a averti le ministère.

En Algérie, les couffins de Ramadan sont chaque année un indicateur de la pauvreté dans le pays. « Ramadan est là, et il a ramené avec lui un terrible constat : il y a plus de 1 628 000 familles pauvres en Algérie. C'est le nombre d'inscrits prévus pour bénéficier du couffin du Ramadan (...). Ce chiffre est encore plus effrayant, car il ne représente que le nombre des familles inscrites, cela fait plus de 24 % des Algériens qui vivent en dessous du seuil de pauvreté », déplore la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme (LADDH) dans un communiqué diffusé le 17 mai.

L'opération est louable, et loin d'être systématique dans les pays musulmans voisins du Maghreb, mais la LADDH pointe du doigt le paradoxe d'« un pays de plus en plus riche, et sa population de plus en plus pauvre ».

Le plus grand pays d'Afrique par sa superficie est en effet l'un des plus riches. A la fin du troisième trimestre 2014, les réserves de change de l'Algérie atteignaient 185,27 milliards de dollars, selon les chiffres officiels de la Banque d'Algérie. Sans oublier les ressources exponentielles de gaz et de pétrole qui composent 97 % de recettes nationales. C'est un fait, « les Algériens vivent mieux qu'il y a 15 ans, leurs dépenses ont été multipliées par 2,9 de 2000 à 2011 », selon une enquête de l'Office national de la statistique publiée en 2013. Mais tous les importants atouts du pays ne profitent pas encore aux plus pauvres, notamment aux jeunes, en grande partie sans emploi.

saphirnews

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir