This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 01 décembre 2014 04:12

L'Imam al-Baqir, pourfendeur des sciences

IRIB-L'Imam Mohammed Ibn Ali dit al-Baqir (AS) est né le 1er Rajab de l'an 57 de l'Hégire.
Son surnom était al-Baqir (pourfendeur des sciences). Il est le fils de Zayn al-Abidine (AS).
Mohammed al-Baqir (AS) avait 4 ans lors de la tragédie de Karbala, il fut donc avec son père Zayn al-Abidine (AS) parmi les rescapés. Après son père, par Ordre, il devint le 5ème Imam de la Sainte descendance du prophète Mohammed (SAWA).
D'après la citation d'un grand compagnon nommé Jabir ibn Abdallah, le prophète (SAWA) aurait dit en désignant al Hussein (AS) : "De celui-ci naîtra Ali qui sera appelé le jour du jugement l'ornement des adorateurs (Zayn al-Abidine) et de lui naîtra alors un garçon qui pourfendra la Science (al-Baqir) ! Alors Jabir, si tu le rencontres salue-le de ma part."
C'est donc sur les dires du prophète (SAWA) que bien plus tard le surnom d'al-Baqir sera donné au 5ème Imam (AS).

L'Imam Mohammad Baqir est le 5ème Imam des musulmans, un petits-fils du vénéré Mohammad (Que le salut de Dieu soit sur lui et sur ses descendants). Vu sa science et connaissance unique et exemplaire, il a été appelé "Baqir-ol-Oloum", qui signifie "celui qui pourfendeur des sciences", titre que le Prophète lui donna. Fils du quatrième Imâm, Abu Ja'far est né le 1er Radjab de l'an 57 de l'Hégire. Après son père, par Ordre divin, il devint Imam.
Pendant l'imamat du cinquième Imam et en conséquence des injustices perpétrées par les omeyyades, des révoltes et des guerres éclatèrent chaque jour quelque part dans le monde islamique. De plus, des querelles à l'intérieur de la famille omeyyade elle-même occupa le califat et laissèrent un peu de liberté aux membres de la famille du Prophète. Par ailleurs, la tragédie de Karbala et l'oppression subie par la famille du Prophète dont le quatrième Imam était le symbole vivant, attirèrent beaucoup de musulmans vers les Imams. Ces facteurs permirent au peuple et surtout aux chi'ites d'aller en grand nombre à Médine rejoindre le cinquième Imam. Certaines conditions qui n'avaient jamais existé sous ses prédécesseurs, se présentèrent au cinquième Imam pour répandre les vérités relatives à l'Islam et aux sciences de la famille du Prophète. La preuve en est les innombrables traditions attribuées au cinquième Imam et le grand nombre d'hommes illustres et de savants chiites formés par lui dans les différentes sciences islamiques. Ces noms sont enregistrés dans les biographies des hommes célèbres de l'Islam.
L'Imam al-Baqir (AS) vécut 35 années au côté de son père Zayn al-Abidine (AS) et fut 18 ans Imam des musulmans par la suite.
Il fut tout comme ses prédécesseurs un modèle parfait sur tous les plans et maîtrisa toutes les épreuves également, son mode de vie était simple à une époque où le luxe avait englouti tous les notables arabes, ce qui rajoute une excellence particulière à son détachement du matérialisme régnant.
Il tenait également comme ses prédécesseurs à travailler lui-même, par ses propres mains dans les champs. C'est certainement afin de donner l'exemple à tous les musulmans de l'époque qui devenaient oisifs et paresseux.
Les Omeyyades avaient propagés des critères sociaux qui tentaient de convaincre que le travail manuel des notables arabes portait atteinte au rang de ceux-ci. L'Imam (as) fut toujours en opposition avec cela et montrait donc le bon exemple.
Lorsque l'Imam al-Baqir (AS) prit sa place dans la Mosquée de Médine afin d'y enseigner les préceptes de l'Islam authentique de son auguste aïeul, le prophète de Dieu, le vénéré Mohammed (SAWA), il habitua les musulmans aux longs récits de Hadiths et à la récitation du Saint Coran. Cette attitude fut l'inauguration d'une page nouvelle dans l'histoire des sciences musulmanes, cette attitude prit le nom d'enseignement multidisciplinaire.
L'Imam al-Baqir (AS) "réhabilita" le système d'enseignement propre à celui de ses grands-parents, Mohammed (SAWA) et Ali (AS).
Tous suivaient avec attention les enseignements de l'Imam, y compris les gens hostiles aux Gens de la demeure (AS) qui voulaient collecter de précieuses informations.

L'Imam Baqer était toujours disponible à répondre aux questions des gens. Citons en l'occurrence cette anecdote à propos d'un homme syrien qui assistait aux cours d'al-Baqir (AS) tout en affirmant ouvertement son mépris envers des Gens de la Demeur (AS). Cet homme assistait aux cours avec une insolence particulièrement violente.
Un jour cet homme tomba malade et l'Imam (AS) lui rendit visite en personne et lui proposa le traitement médical qui le rétablirait. Après son rétablissement, le syrien devint l'un des fervents adeptes des Gens de la demeure (AS).
A cette époque, beaucoup de fils d'anciens compagnons du prophète (SAWA) prétendaient détenir la Science alors que bien souvent, ils n'en avaient pas la compétence. Pourtant, sans avoir les qualités requises, beaucoup vouliant imiter l'Imam al-Baqir (AS) dans cette démarche d'enseignement publique aux gens.
L'un d'entre eux, Abdallah ibn Omar ibn al Khatab fut un jour bloqué par une question à laquelle il ne sut répondre. Embêté, il dit à celui qui lui avait posé la question de se rendre chez l'Imam Baqir pour obtenir une réponse adéquate.

Le pourfendeur des sciences
L'Imam al-Baqir (AS) était un océan de connaissances et pouvait répondre à toute question sans hésitation. Ibn Ata Al-Makki dit à ce propos : « Je n'ai jamais vu les grands savants se sentir si humbles comme ils se comportent devant Muhammad al-Baqir (AS). Ainsi j'ai assisté à son entretien avec Hakim Ibn Utayba : celui-ci était comme un enfant face à son maître».
Muhammad, fils de Muslim relate : « jamais une question ne m'est venue à l'esprit sans que je manque de la poser à l'Imam Muhammad al-Baqir (AS), jusqu'à ce que le nombre de questions que je lui ai posées ait atteint 30 000. »
A Médine où il était la référence ultime en matière de Connaissance, il arrivait que les gens évitent de le rencontrer de peur de subir des représailles des dirigeants Omeyyades de l'époque. 'Umar Ibn Abdel 'Aziz, après s'être rendu compte de l'affaiblissement de la dynastie Omeyyades à la suite de multiples coups portés par les révoltes populaires, décida d'interdire les offenses qui étaient proférées tous les vendredi à l'encontre des descendants du Prophète. Egalement il prit la décision de rendre aux descendants du Prophète le champ de dattiers connu sous le nom de Fadak que Fatima Zahra avait hérité de son père le Prophète.
De telles décisions encouragèrent les Musulmans de l'époque à rendre visite à l'Imam al-Baqir (AS) sans plus aucune crainte. Cette ère fut appelée pour sa fécondité Al Asr Azahab ou l'époque d'Or.
L'Imam Muhammad al-Baqir (AS) se rappelait toujours Allah. Son fils, l'Imam Jaafar Al-Sadeq racontait : « Mon père se rappelait Allah à tout moment ; partout où je l'accompagnais, je le voyais évoquer Allah.
Malgré son désintéressement total vis-à-vis du pouvoir et sa ferveur à la propagation de l'Islam loin de la politique, le Calife Omeyyade de l'époque ordonna qu'on l'empoisonne. Hisham confia cette mission abjecte à son propre neveu Ibrahim ibn Walid ibn Abdallah.
L'Imam Baqir trouva le martyre le lundi 7 dhul-hijja de l'an 114 après l'Hégire, à l'âge de 57 ans et fut inhumé à Bâqia à Médine.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir