This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 22 septembre 2014 08:06

Le Noble Prophète de l'Islam, le vénéré Mohammad (SWA)

IRIB- Mohammad (swa), fils de Abdullâh et d’Âmina Bint Wahab, est né à La Mecque, le Vendredi 17 rabî' al-Awal 570 A.J., au lever du soleil, pendant l'année de l'Éléphant, à l'époque du règne de Anushirwân, le Roi de Perse.

 

À cette époque-là, les Arabes n’avaient pas de calendrier avec des années. Ils se référaient à des événements historiques importants : guerres, décès de personnalités importantes etc. C’est pour cela que l’année de naissance de Mohammad (saw) était connue comme l’année de l’Eléphant car durant cette année, Abraha attaqua La Mecque avec son armée d’éléphants dans le but de détruire la Sainte-Kaaba.

L’événement de l’Eléphant montre le rôle qu’avait Abdoul Mouttalib dans la société arabe. Tandis que tous les Mecquois sont paniqués en voyant l’armée d’Abraha, Abdoul Mouttalib se rendit dans le camp d’Abraha pour réclamer ses chameaux.

Les différentes écoles islamiques ne sont pas unanimes sur la date de naissance de notre Saint-Prophète (saw) : les Sunnites parlent du 12 Rabioul Awwal tandis que les chiites célèbrent l’anniversaire du vénéré Mohammad (saw) le 17 Rabioul Awwal. Quoiqu’il en soit, cette semaine de Rabioul Awwal est une semaine spéciale pour tous les musulmans.

Au moment où le Saint-Prophète (saw)  est né, les familles nobles arabes avaient pour coutume d’emmener leurs bébés dans le désert au bout de 8 jours. C’était une habitude dans l’aristocratie. Aussi, la vénéré Aména, la mère de Mohammad (saw)  confia son fils à une nourrice dans le désert. Elle le fit pour 3 raisons :

1 – le désert est un environnement dans lequel l’enfant est indépendant, où il a une pensée libre. Les enfants grandissant dans le désert peuvent donc devenir des hommes à l’esprit libre. De plus, dans le désert, il n’y a pas de bâtiments, de foule, de magasins, de marchés etc. C’est donc un endroit propice pour se concentrer sur les créations et par conséquent sur le Créateur. C’est un moment propice à la réflexion et la méditation sur soi, sur le sens de la vie, sur le rôle que l’on a dans la société. L’enfant grandissant dans le désert n’est pas influencé sur ce qu’il doit penser. Il a la liberté de penser.

2 – La ville de la Mecque  n’était pas saine. L’environnement était mauvais : les gens enterraient leurs filles vivantes, etc.

3 – Le vent et l’air de Mecque étaient chauds et malsains. Il y avait de nombreuses maladies et d’épidémies.

Le vénéré Mohammad (saw) a eu deux nourrices qui ont été choisies par son grand-père Abdoul Mottaleb. La première s’appelait Souwaybah et était la servante de son oncle Abou Lahab. Ce dernier adorait son neveu Mohammad (saw). Souwaybah a également été la mère de lait de Hamza. C’est pour cela que quand on demanda au Saint-Prophète (saw)  d’épouser la fille de Hamza, il a répondu qu’il ne pouvait pas le faire car Hamza et lui-même avaient la même mère de lait.

La seconde nourrice du messager était Halimah Saadia, une femme pieuse craignant Dieu. Elle raconte qu’elle eut beaucoup de bénédictions dans sa vie depuis le moment où elle s’est mise à prendre soin de Mohammad (saw).

Ensuite, après le décès de son grand-père Abdoul Mottaleb, c’est Abou Taleb et Bibi Fatima binte Assad qui ont pris soin de Mohamad (saw). Lorsque le Saint-Prophète (saw)  avait 12 ans, il accompagna son oncle à la tête d’une caravane commerciale vers la Syrie. En route, ils rencontrèrent un moine qui remarqua que quand le jeune Mohammad marchait avec Abou Talib, chaque arbre s’inclinait derrière eux. Le prêtre chrétien comprit tout de suite qui c’était.

Le très vénéré Mohammad était connu en péninsule arabique pour sa probité légendaire, ce qui lui avait valu le surnom le probe.

Le vénéré Mohammad (saw) vécut de telle sorte durant les 40 premières années de sa vie que les gens ne pouvaient pas voir même un seul point noir chez lui.

Le Prophète Mohammad avait l'habitude de passer beaucoup de son temps paisiblement et seul dans la grotte Harâ, sur les hauteurs surplombant La Mecque.

C'est là que l'archange Gabriel descendit pour lui révéler le saint Coran:

«Lis, au Nom de ton Seigneur qui a créé!

Qui a créé l'homme d'un caillot de sang.

Lis! Ton Seigneur est le Très Généreux

qui a enseigné par la plume,

a enseigné à l'homme ce qu'il ignorait». (Coran XCVI, 1-5).

Le noble Prophète (swa) répandit alors le message du  Seigneur le Très-haut parmi les gens. Il propageait partout la parole d'Allah : «O gens! Dites: «Il n'y a de dieu qu'Allah et vous serez sauvés».

 La société de cette époque souffrait de l’ignorance. Le vénéré prophète insistait sur l’importance de la réflexion.

Les Mecquois qui étaient idolâtres à cette époque, raillaient le prophète et le tourmentaient à tel point qu’il disait : «Aucun Prophète ne fut persécuté autant que moi».

Au début, un nombre restreint de personnes répondirent à l'appel du Prophète. Parmi elles, il y avait sa femme Khadîja et son cousin « Le Commandeur des Croyants » (Amîr al-Mu'minîn), l'Imâm ‘Alî Ibn Abû Tâlib (as), puis d'autres les ont suivis.

Les idolâtres intensifièrent les persécutions à l’encontre du vénéré Prophète (swa) et celui-ci fut contraint d'émigrer à Médine. Cette Émigration (Hijra) marque le début du calendrier islamique qui est compté en années après la Hijra (ou Hégire: H) (ou A.H. = Après l'Hégire).

A Médine, le Noble Prophète (swa) connut un succès immédiat, et beaucoup de gens embrassèrent l'Islam. L'Islam se propageait progressivement et se renforçait de sorte qu’une vaste partie du monde embrassa la sainte religion.

A Médine le  Prophète fut obligé de se défendre contre les attaques des mécréants. Cependant le Noble Prophète (swa) persista dans son attitude pacifique et clémente.

Depuis le temps où le messager de Dieu (swa) fut chargé de sa mission prophétique jusqu'à son décès, le Coran lui fut révélé par parties et en différentes occasions. Il fut achevé en tant que Livre en 23 ans.

Le Noble Prophète (swa) guidait les Musulmans non seulement dans les affaires religieuses mais aussi dans tout ce qui concernait leur quotidien. Il leur enseigna le Coran et la sagesse, leur montra les règles du culte, des relations sociales, des affaires politiques, économiques…

La religion étant parfaite dans tous ses aspects, le Seigneur révéla alors ce verset: «Aujourd'hui, J'ai rendu votre Religion parfaite, J'ai parachevé ma grâce sur vous. Et J’agrée l'Islam comme étant votre Religion». (Coran V, 3)

Quelques temps après, le Noble Prophète (P) tomba malade, et il quitta ce monde d’ici-bas le 28 de la lune de safar de l'an 11 A.H. L'Imâm Ali (as) accomplit tous les rites funèbres et l’inhuma à Médine.

Ainsi se termina la vie du Noble Prophète (swa) qui fut «envoyé comme témoin, comme annonciateur de bonne nouvelle, comme avertisseur, comme celui qui invoque Allah – avec Sa Permission – et comme un brillant luminaire, et pour servir «comme miséricorde et comme grâce pour les mondes». (Coran XXXIII, 45-47)

Le Noble Prophète (swa) est toujours pour l'humanité un modèle d'intégrité, de sincérité, d'honnêteté, de bonne conduite, de savoir, de politesse, de patience, de sainteté, de vaillance, de grandeur, de sens de justice, d'humilité, de courage et de valeur.

Le Noble Prophète (swa) a laissé deux autorités précieuses pour la guidance des Musulmans: Le Livre d'Allah et sa demeure infaillible. Il dit : «Je vous laisse comme héritage deux autorités des plus précieuses:

Le Livre d'Allah (le Coran); et ma famille, aussi longtemps que vous vous y attacherez, vous ne serez jamais égarés. Ils ne se sépareront pas jusqu'à ce qu'ils reviennent à moi (le Jour du jugement) près de «Kawthar» dans le ciel. Prenez bien garde à votre façon de traiter avec eux après moi».

Il est donc nécessaire pour les Musulmans de rester fidèles à ces deux autorités afin d'être guidés correctement dans ce monde et se réserver une place dans le Paradis. Outre le Coran, les Musulmans doivent aussi aimer les Imâms (as) et ceux qui aiment les Imâms, détester ceux qui les détestent, suivre les Hadiths rapportés par les Imâms (as), apprendre et suivre l'interprétation authentique du Coran, faite par les Imâms (as).

Si l'ensemble des Musulmans était resté fidèle à ces «deux précieuses autorités», l'Unité de l'humanité, dont le moteur est l'instauration d'une paix universelle durable, se serait réalisée.

 

Miqdad raconte qu’il entendit un compagnon du Saint-Prophète relater un hadith selon lequel une heure de réflexion est meilleure qu’un an d’adoration. Un second compagnon lui fit part du hadith disant qu’une heure de réflexion est meilleure que 7 ans de prière. Un troisième compagnon affirma que Mohammad (saw)  avait dit : « Une heure de réflexion est meilleure que 70 ans d’adoration ». Ne comprenant pas pourquoi le messager avait parlé tantôt d’un an, tantôt de 7 ans puis de 70 ans à une autre occasion, il alla le voir pour lui demander des explications. Le Saint-Prophète dit à Miqdad : « Viens avec moi et allons rencontrer différentes personnes ! » Sur leur route, le messager interrogea un homme : « Que faites-vous lorsque vous réfléchissez ? » lui demanda-t-il. L’homme répondit : « Je regarde la création et cela me fait penser au Créateur. » Le Saint-Prophète dit à Miqdad : « Une heure de réflexion pour lui est meilleure qu’un an d’adoration. Ils avancèrent et le messager  posa la même question à un autre homme qui répondit : « Quand je réfléchis, je me demande comment je vais faire le Jour du Jugement lorsque je serai interrogé sur ce que j’ai fait en public mais aussi en secret. J’ai peur et ai honte parce que tout ce que j’ai fait en privé sera révélé devant tout le monde. » Le Saint-Prophète commenta : « Une heure de réflexion pour ce monsieur est meilleure que 7 ans de prières. » Ils rencontrèrent ensuite un troisième homme qui répondit comme ceci à la même question : « Je pense au feu de l’enfer et je prends peur ! » Le Saint-Prophète dit alors : « Ce genre de réflexion va apporter des changements chez la personne. C’est pour cela qu’elle est meilleure que 70 ans d’adoration. »

Quand le Saint-Prophète (saw) a commencé sa mission, il n’a pas dit aux gens : « Célébrer la prière! Jeûnez ! Donnez la charité ! Accomplissez le pèlerinage ! Portez le hijab ! » La première chose sur laquelle il a insisté c’est la réflexion. Et même durant les 40 années avant la Révélation, il montrait aux gens l’importance de la méditation. Sa seconde grande mission a été d’éradiquer la discrimination de la société car celui qui réfléchit ne peut pas agir avec discrimination. Le Saint-Prophète a insisté sur l’égalité et sur les droits des êtres humains.

En troisième lieu, le messager montra l’importance du respect des adeptes de religions différentes. Souvenez-vous que lorsque les musulmans étaient maltraités à La Mecque, le Saint-Prophète (saw)  invita un groupe d’entre eux à émigrer en Abyssinie car le roi chrétien qui y régnait était très bon.

La quatrième grande mission du messager a été d’insister sur le respect des droits des femmes. Souvenez-vous que les Arabes enterraient leurs filles vivantes et que les femmes étaient déshéritées. Le Saint-Prophète donna des droits fondamentaux aux femmes. Il mit en place le système de la dote, que la mariée reçoit.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir