This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 11 mai 2015 10:15

Robert Menard : enquête judiciaire en cours et nouveau dérapage

Robert Menard : enquête judiciaire en cours et nouveau dérapage
IRIB- Comme au temps d'Hitler, des personnes se permettent de classifier la population en fonction de leurs convictions religieuses. Les propos insupportables de Robert Ménard, maire de Béziers, sur le fichage des élèves de sa ville,  a laissé peu de monde indifférent. Les propos du maire ont provoqué un tollé et des poursuites judiciaires sont en cours contre lui. L'indignation a été instantanée, intense. Même les plus hauts dirigeants de l'Etat ont vivement condamné ses propos honteux.Pourtant, le maire a bien avoué que faire ce type de statistiques était interdit. « Je sais que je n'ai pas le droit mais on le fait » avait-il affirmé sur le plateau de l'émission « Mots croisés » de ce lundi 4 mai. Selon ses calculs, « 64,6 % des élèves » seraient ainsi musulmans. Un chiffre décimal donné, précis. Le lendemain, le maire va faire une autre déclaration consternante en affirmant sur RMC que « les deux tiers des élèves en maternelle et en primaire, dans le public, sont issus de l'immigration ». « C'est trop ! » ajoute-t-il. Musulmans, immigration, où veut en venir l'élu FN ? Force est de constater un amalgame malheureux qui revient sans cesse, entre immigration et religion musulmane.Plus tard dans la journée, un communiqué de presse de la mairie de Béziers nuance les propos du maire : il n'y aurait jamais eu de fichage des élèves. « La mairie  (...) ne constitue pas et n'a jamais constitué de fichage des enfants scolarisées des écoles publiques de la ville » affirme le communiqué. La mairie ajoute que de toute façon, la municipalité n'avait pas les moyens pour effectuer un tel recensement. Il semble que face à la polémique, le maire (la mairie ?) ait choisit de rétropédaler en niant l'existence d'un tel fichage. Puis, en fin d'après-midi le maire va de l'avant dans une conférence de presse dans laquelle il précise qu'il y a trop d'immigrés dans la ville, et qu'il se montrait favorable à une étude statistique de la population selon l'origine ethnique. « Oui, il faut faire des statistiques ethniques, j'y ai toujours été favorable » rapporte Le Monde. Le parquet de Béziers a ouvert une enquête judiciaire suite aux propos du maire. Il a été entendu pendant près d'une heure ce mercredi au Service régional de police judiciaire de Montpellier.Une perquisition a été menée à la mairie de Béziers la veille de sa convocation au Service régional mais elle n'a donné aucun résultat. S'il est reconnu coupable pour incitation à la discrimination, Robert Ménard risque une peine de prison d'un an, et une amende de 45 000 euros. Le maire risque également des sanctions politiques. Cécile Duflot a déjà demandé mardi à l'Assemblée Nationale la suspension du mandat de maire de Robert Ménard.ajib.fr  

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir