This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 26 mars 2015 05:24

Sur les pas du printemps…

Sur les pas du printemps…

C’est le bruit de pas d’un ami ! Entends-tu ? Le printemps arrive. La pulsation rapide de la croissance bat dans les veines de la terre. Les bourgeons tout neuf préludent la bonne nouvelle de la fraîcheur. La cerisaie tout en fleur embaume le cadre de la fenêtre, annonce le renouveau de la nature. La terre est féconde d’une nouvelle semence. Chaque particule de l’existence se meut dans l’air éthéré que rafraîchit la douce brise printanière.

Vivre la douceur du printemps, le contempler dans le courant de la vie, méditer sur le temps qui passe si vite, voici les enseignements du printemps.

Annonciateur du renouveau de la nature, Nowrouz appelle terre et ciel à festoyer. C’est la fête du fleurissement, la joie du renouveau. Incarnation du retour à soi, Nowrouz invite à purifier le miroir de l’âme de la poussière de l’égotisme. Nowrouz nous conduit aux paysages immenses de la nature, une nature réchauffée sous les rayons du soleil printanier, vibrante de l’enthousiasme de la création, belle sous le pinceau du vent et de la pluie, parée de fleurs et de bourgeons, et embaumée du parfum de la verdure.

Saison des effervescences, le printemps revivifie tout, homme, terre, faune et flore. L’univers entier met ses vêtements de joie et le chant de la vie aux lèvres, il se meut dans cette ambiance allègre. La plume de Molana trace, dans ces vers, avec une telle éloquence et si grande élégance, le dynamisme du printemps :

 

Dynamique et allègre, le zéphyr arrive

Il met le sourire aux lèvres du monde

Il expulse l’automne

 

Le corps gelé de la terre que l’automne avait pillée et que l’hiver avait paralysée, secoue la torpeur, se réveille, respire de nouveau, met ses habits neufs. C’est le printemps. Et l’homme en contemplation emplira ses poumons de l’air frais, secouera de son corps la poussière hivernale, remettra ses habits neufs, saisira l’instant et projettera un nouveau plan.

Et Khayyâm nous appelle à saisir ces instants précieux mais éphémères :

 

O échanson ! Fleur et végétal festoient

Saisis-le, dans une semaine tout sera poussière

Lève-toi, cueille une fleur pour ne pas voir

La fleur enterrée et le végétal épine

 

Les printemps successifs nous rappellent comment la vie est une succession de printemps et d’hiver. Saisissons donc l’instant qui nous est offert, profitons de la douceur du printemps et méditons même pour quelques secondes sur l’immensité infinie de l’Unique Créateur des deux mondes. Louange à Celui qui nous a gratifiés, en toute magnanimité de Sa mansuétude et de Ses bienfaits.

 

Maintenant qu’au parterre la rose est venue du néant à l’existence

la violette s’est prosternée à ses pieds.

Au temps de la rose, ne te repose pas sans le nectar, ni harpe

ni Témoin de Beauté.

car il est borné à une semaine, comme le temps de la vie

Grâce aux plantes dessinant le zodiaque, lumineuse est devenue

la terre, sous sa bonne étoile, et l’horoscope favorable.

Au temps du lys et de la rose, le monde ressemble au plus haut paradis,

mais à quoi bon, puisqu’en lui l’éternité est impossible ?

 

Manne divine, le printemps comble le cœur de félicité, polit l’âme de la ferveur mystique. Le printemps est le don du Seigneur à Ses serviteurs pour les émanciper de la torpeur, les conduire sur le chemin de contemplation.

 

Arrive le printemps de l’âme,

La branche tout neuve danse au souffle du zéphyr

Comme Joseph qui vient de l’Egypte

dansant de joie

de reconnaissance.

Media

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir