This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 11 octobre 2012 05:52

La Bibliothèque Nationale d’Iran

La Bibliothèque Nationale d’Iran fut créée officiellement en 1316 du calendrier iranien soit 1937.
Elle était un symbole de la modernisation de la société iranienne à cette époque. Deux collections de livres - celle de la bibliothèque de l’Ecole Dârolfonoun et celle de l’Association Ma’âref - formèrent le noyau central de la première bibliothèque publique d’Iran, qui fut transformée quelques années plus tard en Bibliothèque Nationale.

 L’Ecole Dârolfonoun, (Ecole Polytechnique), fondée en 1852 à Téhéran, fut le premier centre académique créé sur un modèle européen en Iran. On y étudiait les sciences nouvelles. La bibliothèque de cette école supérieure fut lancée 12 ans plus tard, c’est-à-dire en 1864.

L’Association Ma’âref fut fondée à Téhéran en 1897 ; son but était de fonder des écoles modernes et de promouvoir la culture en Iran. La "Bibliothèque Nationale Ma’âref" - que l’on peut considérer comme la première bibliothèque publique moderne d’Iran - ouvrit ses portes un an après la création de l’association, c’est-à-dire en 1898. Cette bibliothèque était située dans les locaux de l’association, à côté de l’Ecole Dârolfonoun. Le terme "nationale" que l’on utilisait pour désigner cette bibliothèque signifiait que cette dernière ne dépendait pas de l’Etat ; elle était en effet gérée par une organisation non gouvernementale.

En 1905, les livres de la bibliothèque de l’Association Ma’âref furent transférés à la bibliothèque de l’Ecole Dârolfonoun, et ces deux bibliothèques ne firent qu’une. Cette bibliothèque avait à l’époque une collection de 5.000 livres, et sa fréquentation était d’une vingtaine de personnes en moyenne par jour. Son nom fut changé en 1919 en "Bibliothèque Ma’âref", puis en 1934 en "Bibliothèque Publique Ma’âref".

La célébration du millénaire de Ferdowsi, en 1934 fut un autre évènement décisif pour la création de la Bibliothèque Nationale d’Iran, en ce qu’elle donna lieu à l’organisation d’un congrès qui rassembla de nombreux iranologues et orientalistes étrangers. Les livres que le ministère de la Culture de l’époque avait publiés à cette occasion et ceux que les invités étrangers avaient offerts furent conservés dans l’une des salles de l’Ecole Dârolfonoun, que l’on nomma "Salle Ferdowsi". Ces livres furent ajoutés à ceux de la Bibliothèque Publique Ma’âref après le congrès de Ferdowsi.

Le premier bâtiment consacré à la Bibliothèque Nationale de l’Iran

C’est vers la fin de 1934 que le directeur de la Bibliothèque Publique Ma’âref, proposa au Ministère de l’Instruction Publique, la création de la Bibliothèque Nationale de l’Iran. Cette proposition fut acceptée.

A la même époque, le "Musée Irân-e Bâstân", l’acutel Musée national, était en construction. Il y avait un terrain de 3500 mètres carrés à côté de ce musée. En 1936, on décida d’y construire une bibliothèque.

André Godard, architecte et archéologue français, fondateur et directeur du "Musée Irân-e Bâstân", a dessiné lui-même les plans du bâtiment du musée. Il fut chargé de dessiner également les plans de la bibliothèque afin que les deux bâtiments se ressemblent sur le plan architectural. Mais on décida que le bâtiment de la bibliothèque du musée, dont la construction fut presque achevée en1937, soit confié au directeur de la Bibliothèque Publique Ma’âref, à qui l’on avait confié la charge de créer la Bibliothèque Nationale d’Iran. Celle-ci devait s’appelait "Bibliothèque Ferdowsi", mais le nom "Bibliothèque Nationale d’Iran" fut adopté après quelques mois d’hésitation.

Les fondations du bâtiment de la bibliothèque occupaient une surface de 550 mètres carrés, et ce dernier était construit sur deux étages. Les deux salles de conférence, la salle des périodiques et les services techniques étaient situés au rez-de-chaussée. La salle de lecture (qui avait une soixantaine de places) et les magasins de livres étaient au premier étage.

L’année 1937, une année décisive :

En 1937, plus de 13 700 livres (imprimés ou manuscrits) de la Bibliothèque Royale furent transférés à la Bibliothèque Publique Ma’âref.

A tout ceci furent ajoutés les 5000 livres (écrits en russe, français, allemand) de la bibliothèque d’une banque russe, fondée en Iran en 1889 avec l’autorisation du roi Nâssereddin Shâh Qâdjâr. Après la Révolution d’Octobre 1917, les biens de cette banque furent remis au gouvernement iranien.

La Bibliothèque Nationale d’Iran vit officiellement le jour le 3 shahrivar 1316 (août 1937), dans le bâtiment conçu pour abriter la bibliothèque du "Musée Irân-e Bâstân", avec environ 30 000 livres (imprimés et manuscrits) qui provenaient des différentes bibliothèques citées plus haut.

Le bâtiment conçu par André Godard pouvait contenir 40 000 livres au maximum. Le manque de place se fit donc sentir très peu de temps après la création de la Bibliothèque Nationale. On construisit un autre bâtiment à côté du premier, qui avait 570 mètres carrés de fondation, mais ceci n’était qu’une solution provisoire et le manque de place se fit à nouveau sentir après dix ans.

Le nouveau bâtiment de la Bibliothèque Nationale de l’Iran

La création d’une autre bibliothèque nationale, dont le fonctionnement serait plus conforme aux principes adoptés par toutes les grandes bibliothèques nationales du monde, était en cours d’étude pendant les années 70, étant donné qu’il y avait à cette époque en Iran des bibliothécaires et des documentalistes qui avaient reçu une formation universitaire dans ces domaines. On pensait alors construire un très grand bâtiment pour cette Nouvelle Bibliothèque Nationale.

La Révolution islamique, puis les huit années de guerre entre l’Iran et l’Irak retardèrent ce projet, mais dès la fin de la guerre, en 1990, le gouvernement iranien remit à l’ordre du jour la question d’un nouveau bâtiment pour la Bibliothèque Nationale.

La construction du nouveau bâtiment commença en 1995 sur un terrain situé à proximité de l’actuelle station de métro Mirdâmâd. Une partie du projet fut terminée en 2004, ce qui permit de transférer la Bibliothèque Nationale dans le nouveau bâtiment peu après.

Les plans du nouveau bâtiment de la Bibliothèque Nationale d’Iran ont été dessinés par un architecte iranien, Youssef Shari’at-Zâdeh. Ce bâtiment de 97 000 mètres carrés a été conçu de manière à ce que les activités de la Bibliothèque Nationale puissent être réparties dans huit unités différentes toutes situées dans le même bâtiment, chaque unité étant spécialisée dans un domaine particulier : centre de conservation des livres, bibliothèque spécialisée pour les chercheurs en islamologie et en iranologie, les magasins (qui peuvent contenir sept millions de livres au maximum), etc.

Il y a cinq salles de lecture dans ce bâtiment : consacrées respectivement aux livres scientifiques, aux livres de référence, aux livres de sciences sociales, aux livres de sciences humaines et d’art, et enfin aux manuscrits. Les architectes ont également pensé à adapter le bâtiment aux nouvelles technologies ainsi qu’à la numérisation des documents, qui est en cours de réalisation.

Les bibliothèques existent depuis au moins vingt-cinq siècles. La Bibliothèque du Roi Assurbanipal à Ninive (626-668 av. J.C.) et celle d’Alexandrie furent parmi les premières bibliothèques dont les principes de fonctionnement étaient ceux d’une "bibliothèque nationale" : elles étaient une compilation des connaissances de leur époque ; des bibliothécaires instruits avaient la charge d’y assembler les publications de leur propre civilisation mais aussi celles des civilisations avoisinantes. Au cours de ces vingt-cinq siècles, la bibliothèque a eu la responsabilité de sauvegarder les sciences et les connaissances de l’humanité, et il en sera toujours ainsi, malgré les techniques numériques qui ont bouleversé le champ de la publication et de la diffusion des connaissances.

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir