This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
samedi, 25 août 2012 03:44

Les systèmes de chronologie en Iran, de l'Antiquité à nos jours (2)

Depuis des époques très reculées, les Iraniens ont accordé une importance toute particulière à la chronologie, science de la fixation des dates des évènements historiques, à l’établissement du calendrier en tant que système de mesure du temps pour les besoins de la vie quotidienne, et à l’astronomie, science des astres, des corps célestes et de la structure de l’univers. Les grands astronomes de la période islamique étaient les héritiers de cette passion ancienne : Ibn Heysam, Abou Reyhân Birouni, Abou Sahl Vijan ibn Rostam Kouhi, Abou Ma’shar Balkhi, Khâzeni, Khâdjeh Nassireddin Toussi, Omar Khayyâm, Abdolrahmân Soufi Râzi, Abdolali Birdjandi, Ali Qoushtchi, Qiâsseddin Djamshid Kâshâni, Qotbeddin Shirâzi, Kamâleddin Fârsi, Mohammad-Bâqer Yazdi, Mohammad ibn Moussâ Kharazmi… comptaient parmi les astronomes les plus célèbres de la période islamique qui ont consacré une partie de leurs œuvres à l’études des systèmes de chronologie, et à la rectification ou à l’invention de calendriers…

4- Chronologie arsacide

Sous les rois arsacides, deux types de systèmes de chronologies ont été utilisés : le système lunaire séleucide et le système solaire arsacide. Le premier a été utilisé, en fait, à partir de l’établissement de la dynastie séleucide par les successeurs d’Alexandre, en 312 av. J.-C. Ce système de chronologie était directement inspiré du calendrier grec et macédonien. Dans ce système lunaire, l’année comptait douze mois. Pour adapter ce calendrier lunaire à la succession des saisons, il fallait ajouter à la fin de chaque cycle de trois un, un mois de bissextes. Par conséquent, la première et la deuxième année de chaque cycle comptaient 12 mois, tandis que la troisième année du même cycle comptait 13 mois de 30 jours.

A partir de 247 av. J.-C., sous Tirdâd Ier, les Arsacides se mirent à utiliser un système de chronologie solaire. Il s’agissait en réalité d’un retour vers le système de chronologie ancien du calendrier avestique. En effet, le calendrier arsacide utilisait les mêmes dénominations pour les douze mois de l’année, c’est-à-dire les noms avestiques que nous utilisons encore aujourd’hui, sous leurs formes modernes, pour désigner les noms des mois du calendrier de l’Hégire solaire. Nous ne disposons cependant d’aucun document concernant le calcul éventuel des bissextes dans le calendrier des Arsacides.

5- Chronologie sassanide

Les Sassanides ont renversé les Arsacides en 226 ap. J.-C., et ont fondé leur propre dynastie. Mais en ce qui concerne les traditions de chronologie iraniennes, les Sassanides ont utilisé pratiquement le même calendrier que les Arsacides ; ils ont donc utilisé les mêmes dénominations avestiques pour désigner les jours et les mois de l’année. Contrairement aux périodes plus anciennes, de nombreux documents sassanides et islamiques nous décrivent les détails du système de chronologie utilisé par les Iraniens sous la dynastie sassanide. Le calendrier des Sassanides était en réalité un calendrier avestique modernisé. C’est pourquoi le calendrier sassanide est souvent appelé « nouveau calendrier avestique ». Ce système de chronologie était à la foi fixe et rotatif, dans ce sens que l’idée de bissexte y existait mais son application n’intervenait qu’à la fin des cycles de 120 ans. Abou Reyhân Birouni a attribué cette pratique particulière du calcul de bissexte à Zoroastre lui-même.

L’application des bissextes à l’intervalle des cycles de 120 ans a créé des confusions dans différentes régions du vaste empire des Sassanides, de sorte que dans les différentes provinces, on utilisait pratiquement un calendrier qui n’était pas nécessairement conforme aux calendriers des autres régions. Sous les Sassanides, trois types de calendrier furent utilisés dans des buts différents.

5-1- Chronologie officielle (nouveau calendrier avestique)

Le calendrier officiel des Sassanides, appelé « nouveau calendrier avestique » ne comptait aucun calcul de bissexte. L’année avait donc toujours 365 jours. Taqizâdeh et d’autres chercheurs contemporains sont d’avis que le calendrier officiel des Sassanides s’était largement inspiré du système de chronologie égyptien, en raison de la facilité des calculs dans ce dernier. En effet, ces chercheurs insistent sur le fait que depuis les Achéménides, surtout après les expéditions de Darius le Grand et de Xerxès en Egypte, les Iraniens ont connu la chronologie égyptienne.

5-2- Chronologie Vahijak

Dans ce calendrier utilisé essentiellement pour des affaires religieuses ou fiscales, un mois de bissexte étaient ajouté à la fin de chaque cycle de presque 120 ans. L’usage de ce calendrier religieux et fiscal remontait apparemment à l’époque des Arsacides.

5-3- Chronologie Kharâdji

A l’époque du calcul d’un mois de bissextes en 378, les Sassanides ont instauré un nouveau calendrier utilisé uniquement pour la collecte des impôts. Ce calendrier qui a été utilisé plusieurs siècles après l’islamisation de l’Iran a été appelé "calendrier Kharâdji" (qui veut dire littéralement « tributaire »). Selon Reza Abdollahi, il s’agit de la dernière rectification faite dans le nouveau calendrier avestique, effectuée vers la fin de la dynastie sassanide. Cependant, il n’est pas clair que ce nouveau calendrier se soit basé sur quelle rectification des deux calendriers : le nouveau calendrier avestique ou Vahijak.

À suivre…

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir