This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 20 avril 2015 02:54

Jeu du coffre : un genre dramatique ancien d'Iran

Jeu du coffre : un genre dramatique ancien d'Iran

Pour Davoud Fathali Beigî, auteur, metteur en scène et chercheur de théâtre, le genre ancien du « jeu du coffre » est toujours capable de communiquer  avec tous les spectateurs.

 

Davoud Fathali Beigî, président du Centre du théâtre spirituel et traditionnel, a mis en scène, ces jours-ci, un spectacle de marionnettes, intitulé Le jeu du coffre de l’ogre du blé, à la maison-musée d’Ezzatollah Entezami.

 

Pour décrire les spectacles du jeu du coffre, Fathali Beigî dit : « Ce genre dramatique est un spectacle de marionnettes qui était en vogue à Chiraz au sud de l’Iran. Dans ce genre théâtral, le marionnettiste, se cache à l’intérieur d’un coffre. Le jeu du coffre n’est pas un genre dramatique compliqué. »

 

Quant aux chansons qui accompagnent ce type de spectacle, il explique : « Dans ce type de spectacles, les artistes anciens qui connaissaient bien les chants populaires de leur époque, s’en servaient à toutes occasions. Ces chants populaires n’avaient pas une forme fixe. C’est-à-dire que les acteurs n’étaient pas obligés à chanter un tel ou tel chant précis. C’est la méthode que nous avons utilisée pour Le jeu du coffre de l’ogre du blé. »

 

Le président du Centre du théâtre religieux et traditionnel ajoute : « Le musicien ne compte pas un acteur du spectacle. Mais il est préférable que celui qui joue le rôle du maître-conteur, soit capable de jouer du tombak (percussion). Dans la plupart des cas, la personne qui joue du tombak s’assoit à côté du coffre et parle aux marionnettes. »

 

M. Fathali Beigî estime que ce genre de spectacle est encore capable de communiquer avec les spectateurs : « Autrefois, ce type de spectacle, représenté à des occasions joyeuses comme les fêtes nationales, les fêtes religieuses, les noces, etc., était très apprécié par le public. A cette époque-là, les salles de spectacle à l’occidentale n’existaient pas encore en Iran. »

 

Il est nécessaire d’obéir aux règles et aux méthodes anciennes de ce genre de spectacle, fait remarquer Fathali Beigî pour ajouter : « Si on change les méthodes de la représentation, le spectacle perdra sa forme traditionnelle. Ce qui a changé dans ce type de spectacle, c’est la place où se cache le marionnettiste. Le type de marionnettes utilisées a également changé. Maintenant, les artistes se servent des gants-marionnettes. On obéit donc au mécanisme ancien, avec quelques petits changements. »

 

Le jeu du coffre de l’ogre du blé est un récit folklorique qui raconte l’histoire d’un chef de village qui vole le flacon à l’intérieur duquel se trouve « la vie » d’un petit ogre. La possession de ce flacon lui permet de s’emparer du petit ogre et de l’obliger de prendre aux paysans une partie de leurs réserves de blé au nom des ogres, et de la lui remettre. Mais Mme Zaaferoun (Safran) et Fandogh (noisette) se rendent discrètement chez le chef du village pour découvrir le secret du petit ogre et du chef du village.

 

Le jeu du coffre de l’ogre du blé, écrit par Mahdi Saffarinejad, et mis en scène par Davoud Fathali Beigî, est représent  à la maison-musée d’Ezzatollah Entezami, du 5 avril au 1er mai.

Source : Iran Theater

Plus dans cette catégorie : « Saadi, le futur opéra de Gharibpour

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir