This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 10 décembre 2014 04:22

Marta Paganelli : Je me sens intégrée dans la société iranienne

Marta Paganelli, actrice italienne de Londres, Rome, Téhéran, Amsterdam croit que cette pièce est un exemple parfait de l’interculturalité.

Marta Paganelli est présente en Iran depuis un certain temps pour l’interprétation de son rôle dans Londres, Rome, Téhéran, Amsterdam, pièce qui est sa première expérience théâtrale interculturelle : « Dans ce projet, nous passons ensemble toutes les heures de la journée, l’occasion pour nous de devenir amis. Cette expérience interculturelle nous a permis d’établir de profondes relations les ans avec les autres. »

Paganelli continue : « Quand je suis arrivée en Iran, je m’y sentais étrangère. Mais au fur et à mesure, j’ai commencé à connaître les différences et les points communs qui existent entre l’Iran et mon pays. Pour visiter les différents endroits de Téhéran, je peux prendre un taxi ou le métro. Je me sens comme intégrée dans la société iranienne en très peu de temps. Les lois, les coutumes, les mœurs des Iraniens deviennent peu à peu une partie de ma vie. »

Elle décrit aussi les premières répétitions de cette pièce avant de venir en Iran : « Au début, on m’a posé une série de questions. Nous étions six acteurs répartis en groupes de deux personnes. Les membres de chaque groupes devaient s’échanger leurs informations. Entre-temps, Arvand Dashtaray nous envoyaient des questions dont les réponses devaient décrire et présenter la culture à laquelle appartenaient chacun de nous. »

« Les questions étaient très variées. Quel est votre philosophe préféré ? Que s’est-il passé quand vous être tombé amoureux pour la première fois ? En répondant à ces questions, nous avons commencé à acquérir une certaine connaissance. Ensuite, nous nous sommes mis à écrire les esquisses des scènes et de simples dialogues », explique Marta Paganelli.

 Quant à son recours aux références et aux racines dramatiques de son pays, dans l’interprétation de son rôle dans Londres, Rome, Téhéran, Amsterdam, l’actrice italienne affirme : « En Italie, nous avons la commedia dell’arte, les traditions de la comédie italienne et l’opéra. Dans tous ces genres, il existe une forme générale pour fixer le lien entre les comédiens et le public, c’est-à-dire le quatrième mur. Mais ces dernières années, on essaie de renforcer l’échange entre l’acteur et le spectateur. C’est également une question d’éducation. Nos professeurs anglais nous disent d’établir des liens avec le spectateur. Mais en Italie, ce sont les mots qui comptent. Il est donc extrêmement important de savoir comment lire un texte et articuler les mots. »

 

Londres, Rome, Téhéran, Amsterdam, écrit et mis en scène par Arvand Dashtaray, réunit sur scène les acteurs italiens, britanniques, néerlandais et iraniens jusqu’au 10 décembre à la salle Hafez à Téhéran.

 

Source : Iran-Theater

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir