This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 19 mars 2015 07:07

La poésie ou l’esprit de la créativité (audio)

La poésie ou l’esprit de la créativité (audio)

Comme expression profonde de l’esprit humain, comme art universel, la poésie est un outil de dialogue et de rapprochement. Parce qu’elle donne accès à l’expression authentique d’une langue, la diffusion de la poésie aide le dialogue des cultures et la compréhension mutuelle.  C’est dans cet esprit que l’UNESCO, lors de sa 30ème session tenue à Paris en octobre-novembre 1999, a décidé de proclamer le 21 mars, Journée mondiale de la Poésie. Il est évident que l'initiative d'une action mondiale en faveur de la poésie donnerait une reconnaissance et une impulsion nouvelle aux mouvements poétiques nationaux, régionaux et internationaux. Cette action devrait avoir pour objectif principal de soutenir la diversité des langues à travers l'expression poétique et donner à celles qui sont menacées l'opportunité de s'exprimer au sein de leur communauté respective. En célébrant la Journée internationale de la poésie, le  21 mars, l’UNESCO reconnaît à  l’art poétique sa valeur de symbole de la créativité de l’esprit humain, tout en rendant hommage à tous ces hommes, ces femmes, qui s’évertuent à bâtir un monde meilleur avec, pour seul outil, une parole libre, qui imagine et qui agit. La poésie permet à l'individu, comme à la société tout entière, de retrouver et d’affirmer son identité. Elle est le ferment de la diversité, quand elle permet aux langues de faire valoir leur place dans le concert des nations ; elle est l'outil du dialogue quand elle prône la tolérance et le respect ; elle est le pilier des traditions orales quand elle véhicule, au fil des siècles, les cultures vivantes. La poésie contribue à la diversité créative, en interrogeant à nouveau notre usage des mots et des choses, nos modes de perception et notre compréhension du monde. À travers ses associations, ses métaphores et sa propre grammaire, la langue poétique peut être une autre facette du dialogue entre les cultures. Elle cultive la diversité dans le dialogue, la libre circulation des idées par le mot, la créativité et l'innovation. La Journée mondiale de la poésie est une invitation à réfléchir sur la puissance du langage et le plein épanouissement des capacités créatrices de chacun.

L’UNESCO en désignant le 21 mars Journée mondiale de la poésie fait ressortir des considérations : en l’occurrence, il est vrai que dans le monde contemporain il existe des besoins insatisfaits en matière esthétique. La poésie peut y subvenir dans la mesure où son rôle social de communication intersubjective est reconnu et où elle demeure le moyen d'éveil et d'expression de la prise de conscience. En plus il s'agit d'un besoin de société qui pousse les jeunes en particulier à revenir aux sources et constitue un moyen pour eux de se confronter à eux-mêmes, alors que le monde extérieur les attire irrésistiblement hors d'eux-mêmes; de même ce mouvement de société dans la reconnaissance des valeurs ancestrales est aussi un retour vers la tradition orale et l'acceptation de la parole en tant qu'élément sociabilisant et structurant de la personne.

De plus, à l'heure où la poésie est en pleine expansion, cette Journée pourrait servir de cadre aux actions et efforts qui sont réalisés à différents niveaux pour soutenir la poésie, et plus particulièrement à promouvoir  les efforts des petits éditeurs qui s'attaquent au marché du livre, en publiant de plus en plus de recueils de jeunes poètes. Une telle journée pourrait contribuer au rétablissement du dialogue entre la poésie et les autres arts tels que le théâtre,  la musique, mais aussi la peinture, etc., et avec les thèmes d'actualité comme la culture de la paix, la non-violence, la tolérance, etc. afin qu’un sens puisse être redonné au mot de Delacroix qui écrivait dans son Journal « Il n'y a pas d'art sans poésie ».

Oui, la poésie qui est un royaume universel où se donnent rendez-vous les humains, une rencontre qui se fait à travers les mots avec leur palette de couleur et leur répertoire de son ; des mots qui au-delà de la langue d’où ils naissent, aspirent à une lumière sublime qui est la nature de l’homme, la dignité humaine. C’est à travers un accès universel à la poésie et au poète que l’homme sera en mesure de saisir « l’autre ». La découverte d’un nouveau poème est un voyage, une aventure dans le cœur, la langue et les sentiments de l’autre, et cela en deçà des différences et des frontières géographiques. La poésie embrasse les échos de notre monde, un écho qui dépasse le lieu, qui ne reconnaît pas les frontières ; c’est un moyen pour dialoguer et correspondre ; un terroir pour le savoir et la découverte de l’autre. L’humain en lisant un poème permet de tracer une nouvelle voie vers la paix.

Au fil des siècles, la poésie persane a véhiculé la pensée iranienne ; sur l’aile puissante de la poésie, la pensée iranienne s’est envolée partout dans le monde ; la littérature et la poésie sont l’identité des Iraniens ; le monde reconnaît depuis toujours en Iran, le pays de la poésie. Dans ce sens, le poète contemporain Abel Bonnard (1883-1968) nous rappelle : qu’il se pourrait que l’on traverse tous les pays d’Asie, que l’on les ait tous visités, que l’on se soit familiarisé avec leur peuple, que l’on soit enivré de la philosophie de l’Inde, que l’on soit subjugué par l’immensité de la Chine, que le prodige du  Japon nous étonne, mais on sera sans conteste envoûté par l’art d’Iran ; ce peuple qui a brillé jusqu’à la perfection dans tous les arts, en aime le plus l’un qui est la poésie.

Ce qui a contribué à l’universalisation de la poésie persane et qui l’a fait perdurer, puise dans sa thématique précieuse ; les thèmes et les concepts des œuvres de la littérature persane véhiculent le message de la nature humaine et étanchent les besoins de la jeune génération du monde. S’il y a sept siècles plus tôt, Molana Jala al-Din était d’avis que « la langue de solidarité est celle de l’autrui », et qu’il faut en profiter pour être un baume aux douleurs des hommes, cela est toujours d’actualité ; cette même langue pourrait guérir les maux et apaiser les hommes ; puisqu’elle vise essentiellement à véhiculer les concepts. Il se pourrait pourtant que deux personnes ne saisissent pas les idées de l’un et l’autre quoiqu’elles parlent la même langue, seule la solidarité parviendrait à éliminer la guerre et les conflits entre les hommes ; l’engouement du monde  pour la poésie et la pensée de Molana Jalal al-Din et d’autres figures saillantes de la littérature persane s’explique justement par le besoin de l’homme contemporain. Les mystiques et les penseurs iraniens parlent de grands secrets à l’homme et l’initient aux univers plus vastes. L’homme moderne en se familiarisant avec la poésie persane et les pensées sublimes qui y sont évoquées, pourra parvenir à la source pure de la vérité, qu’il a perdue, il y a un temps. Pour l’orientaliste français René Grousset, « dans la poésie persanes et la pensée iranienne, les différentes ethnies et peuples ont en commun la foi. Les poètes iraniens ont subvenu au besoin du monde entier ; les sentiments exprimés par les poètes iraniens émeuvent autant un Français, qu’un Indien ou un Turc. Quoiqu’ils soient totalement musulmans, les poètes iraniens pourront faire battre le cœur d’un chrétien ou d’un brahman ; c’est pour cette raison qu’ils appartiennent à l’humanité entière.

En dernier mot, ce qui a suscité la grande admiration des grands penseurs du monde de l’Orient à l’Occident, réside dans les pensées sublimes diffusées par la poésie persane. Les questions philosophiques de Khayyâm, l’amour mystique de Molana, l’intellect de Ferdowsi, la sagesse de Saadi tous et tout ont de nombreux adeptes à travers le monde. 

Media

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir