This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 22 décembre 2014 07:14

Nouvelle génération littéraire : Afsâneh Shaabân-Nejâd

Afsâneh Shaabân-Nejâd : à l'écoute des oiseaux et des arbres

Samirâ Fâzel

Née le 20 avril 1963 à Shahdâd, près de Kerman au sud-est d'Iran, dans une famille cultivée, Afsâneh Shaaban-Nejâd, surnommée "Poète des pouliots et des papillons" par le public iranien,  s’est plutôt consacrée à la littérature pour enfant et jeune. Outre une licence ès lettres persanes de l'Université Tarbiat- Modarres, elle a aussi un master de littérature dramatique de la faculté de l'Art et de l'Architecture de l'Université Azad islamique. Encore très jeune, elle   s'est initiée aux chefs-d’œuvre de la poésie persane avec Hafez,  Saadi et  Mowlânâ. Elle avait à peine 18 ans, lorsqu'elle a commencé sa carrière en s'adonnant à la littérature pour enfant, collaborant avec des magazines tels que Roshd et Keyhân Bacheha à Téhéran. Son premier recueil de nouvelles s'appelle " Non, je n'ai pas peur!". Shaaban-Nejâd a été pour un certain temps rédactrice en chef de l’émission radiophonique Les Enfants de la Révolution. Des Festivals littéraires lui ont décerné des prix. Afsâneh Shaaban-Nejâd a à son actif des centaines de livres pour enfant ; en l’occurrence citons : Les fleurs de neige, Où vas-tu Madame l'escarbot, La fille du potiron, La fête des moineaux, L'abeille et la pomme rouge, Qui a volé mon fromage?, Le cri de la montagne, Sous la branche du cognassier etc.   

Afsâneh Shaaban-Nejâd parle de ses souvenirs d’enfance qui l’ont imprégnée profondément : "Je n’étais qu’une enfant, lorsque ma mère  m'apprit à rester à l’écoute du récit des oiseaux et des poèmes chantés par les arbres. Et depuis je suis ce conseil ; c’est ainsi que j’ai su que les corbeaux annoncent des nouvelles à travers leurs croassements. Lorsque mon père était en voyage, ma mère, en entendant le croassement d’un corbeau,  se tenait près de la fenêtre et disait: " Sois porteur de bonnes nouvelles!" Le soir, quand un hibou  chantait dans les jardins lointains et qu’on l’entendait chez nous, ma mère racontait  l’histoire de ce méchant homme qui a été injuste envers des orphelins; alors Dieu l'a puni comme il le méritait: il devient un hibou errant, qui crie toute la nuit, assis sur la branche d'un arbre: "justice, justice !". J'ai tellement entendu les histoires des oiseaux et les poèmes des arbres que je me suis trouvé un beau jour, l’auteure des plus purs des anges sur la terre.

Les contes et les poèmes appartiennent à tous les enfants partout dans le monde ; soyons comme les enfants limpides, simples et sincères

Soyons comme les enfants les compagnons du vent et du cerf-volant ; serrons avec amour les poupées dans nos bras ;

Réfléchissons comme les enfants  à un monde comblé de paix et d’amitié ; oublions les chagrins et soyons heureux par le moindre prétexte.

Un oiseau chante, il a son histoire ; un arbre danse dans le vent, il chante un poème.

Ecoutons comme un enfant l’histoire des oiseaux et le poème des arbres.

   

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir