This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mardi, 07 octobre 2014 06:45

Nouvelle génération littéraire: Faribâ Kalhor

Nouvelle Génération Littéraire: Faribâ Kalhor

 

Samirâ Fâzel

 

Née le 26 août 1961 à Téhéran, Faribâ Kalhor, surnommée « La Dame des mille histoires » par le public iranien, figure dans la lignée de la jeune génération littéraire d’Iran. Elle avait à peine 20 ans, qu’elle a commencé sa carrière en s’adonnant à la littérature pour la jeunesse, écrivant des livres destinés à un large public, depuis la petite enfance jusqu’à l’adolescence.  Faribâ Kalhor a fait paraître en 1995, dans ce genre Aujourd’hui mon hirondelle (Editions : Kavir).   

Ses histoires et ses fables relatent des aventures fictives et fantastiques dans lesquelles les animaux sont les principaux protagonistes dont le chat, la souris, la girafe. Il y a également figures mythiques comme l'ogre qui avale une colline. Elle a aussi collaboré avec plusieurs magazines pour enfance dont Soroush-e Koudakân et Hamshahri. Les intelligents de la planète Ourâk est de science-fiction,  considéré comme son meilleur roman étant bien structuré. Parmi ses autres ouvrages citons en l’occurrence : L'arbre du fromage et moi, Les contes avant le repas, Le sifflet du roi (lauréat du Prix du livre de l’année de la RII), Mon Dieu (3e parmi les dix premiers livres de l’année de la jeunesse), Monsieur pastèque (Editions Amout), Les contes du rhinocéros, Mon cher mari (Editions Amout), Le début d'une femme et La fin d'un homme, en 2011 par les Éditions Markaz, en 184 pages. Les histoires du Petit Bonhomme est une œuvre réunissant sept nouvelles avec différents sujets indépendants à propos d’un petit garçon nommé Petit Bonhomme qui réussit à s’introduire au fil des histoires dans le monde du lecteur. Le lecteur connaît progressivement ce personnage: un petit garçon intelligent et joyeux, avec ses craintes et ses erreurs. Les histoires d'Âshourâ ont paru en dix tomes, un autre livre pour les enfants racontant l’épopée de Karbala et ses héros; le premier tome aborde la vie du troisième imâm des chiites, le prince de martyrs l’Imâm Hossein et le dixième tome est consacré à l’Imâm Sadjâd. Kalhor a fait paraître un autre recueil de nouvelles de 80 pages,  Comme les jolies filles (Editions : Sourey-e Mehr), illustré par Narges Délâvari. L’ouvrage comprend six nouvelles : « Je ne sais pas comment remercier? », « Qui déplait aux oiseaux? », « Le village de la prière », « Il était une fois une lanterne et une gazelle », « Madame le papillon » et « Comme les jolies filles ». Ce recueil au thème social et humoristique s’échafaude autour d’une fillette qui grandit dans un orphelinat. En voici un extrait de la première nouvelle :

" Lorsque mes parents ont décidé de divorcer, ils sont en fait parvenus à leur première entente. Et la deuxième entente, c'était de me rejeter; en d'autres termes, ils ne voulaient pas de moi…"

Dans son roman de 140 pages, pour les ados, Si Sa Siavash, paru en 2012, Kalhor raconte une histoire qui puise dans des mythes irano-indiens. Il s’agit des aventures de quelques ados qui sont captifs d’un mythe, étant donné que ce mythe s’est achevé dans la vie et les rêve de ces personnes, ce qui fait qu’ils voient en permance ce mythe dans leur rêve. Les problèmes du mythe en question sont ainsi transmis aux jeunes protagonistes du roman, mais ces derniers parviennent à se libérer de ce mythe et reprendre la vie normale. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir