This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 05 novembre 2014 08:33

Sabzevâr, une émeraude au désert

A l’ouest du Khorasan, à environ 250 km de Mashhad, s’érige Sabzevâr, une ville plurimillénaire qui était autrefois une étape de la Route de la Soie et sa région comptait parmi l’un des douze districts de Beyhagh. De ce fait, l’histoire de Sabzevâr est attachée à celle de Beyhaq.

Durant les premiers siècles de l’ère islamique, Beyhaq comprenait deux districts : Sabzevâr et Khosrowgerd. Sabzevâr fut complètement rasée lors de l’invasion moghole au XIIe siècle. En 1332 et après 120 ans de domination moghole, un mouvement d’insurrection paysanne contre les Moghols s’amorça. Cette révolte fut bientôt guidée par un preux seigneur, Soltân Massoud, et six de ses compagnons, qui formaient ensemble les Sarbedâr. Très vite, la révolte paysanne se joignit à eux et les Sarbedâr, désormais armés, libèrent la ville de Sabzevâr, puis s’emparent des régions plus au nord, dans le Gorgān et le Mazandéran. En 1386, Tamerlan  assiégea Ali-Beg (le dernier roi Sarbedâr) à la forteresse de Kalât (dans le Khorasan) et mit fin au règne des Sarbedâr, émirs dont le nom symbolise en Iran la vaillance du combat pour l’indépendance et la liberté.

Durant l’ère safavide (1501-1736) et lors de l’attaque des Ouzbeks, Sabzevâr subit de lourds dégâts mais rapidement reconstruite, elle redevint un phare culturel et économique dans la région.

 
Temple du feu d'Izarbazin Mehr

La ville de Sabzevâr a un millier de monuments historiques datant de diverses époques et enregistrés au Patrimoine national. La Grande Mosquée de Khosrowshir, le caravansérail de Farâmarzkhân, le temple du feu d’Azarbarzin Mehr (localement connu sous le nom de khâneh-ye div qui signifie « la maison du démon ») et le fameux minaret de Khosrowgerd en sont de bons exemples.

 Edifié en 1112 sur ordre de Tâdjoddoleh Abol-Qassem le Seldjoukide, la tour de Khosrowgerd, merveille d’architecture, se dresse sur 33 mètres de hauter et dévoile les techniques de construction propres à l’époque seldjoukide (1037-1194). Barre gigantesque au plan carré recouverte à l’extérieur de calligraphies coufiques, cette tour dressé à 5 km de Sabzevâr guidait autrefois les voyageurs sur la Route de la Soie. Aujourd’hui, désormais monument historique, ouvrant les portes du Khorasan, il dit toujours la bienvenue aux voyageurs. La tour de Khosrowgerd est en fait un symbole de la bienveillance, de l’hospitalité et de l’amitié des habitants du désert.

 
Tour de Khosrogerd

 

Située dans une région à la fois steppique et vallonnée, Sabzevâr jouit d’un climat varié et d’une biodiversité remarquable, changeante d’un village à l’autre.

 Parmi les curiosités géographiques de la région, on peut évoquer l’existence du petit parc protégé de Shir Ahmad, à 5 km au sud de la ville de Sabzevâr. Couvrant une superficie de 25 000 hectares, ce site abrite plusieurs espèces animales et végétales. Comme toutes les régions désertiques, l’amplitude thermique y est grande. Plusieurs rivières, notamment saisonnières, ainsi que des sources fournissent l’eau de la région venant répondre à une forte demande agricole, la culture des terres étant l’occupation principale des habitants. Parmi les rivières limitrophes de Sabzevâr, on peut citer le Kâl-shour, qui longe Shir Ahmad par le nord, le Reyvand, le Tchechtmand, le Za’farâniyeh, le Soleymânieh et le Delbar.

 

Il reste à dire que le développement des infrastructures urbaines, l’aménagement des aires de loisirs et des sites historiques participent certes au développement du tourisme, mais ils ne suffisent pas pour faire la promotion d’une région naturellement et historiquement riche, mais peu connue.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir