This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 20 février 2014 04:26

Carnet de voyage : Kerman (2)

Carnet de voyage : Kerman (2)

Les montagnes de Kermân

Le désert n’est pas le seul atout naturel de cette province, puisque plusieurs hauts massifs montagneux et volcaniques donnent aussi une grande diversité climatique à cette province, en préservant le peu de précipitations annuelles et en permettant la formation d’oasis inattendues, telles que celle de Jiroft.

 A 114 km au nord-ouest de Bâm, près de Râyen, le mont Hezâr culmine à 4465 mètres. Les villages du piémont de cette montagne ont un climat froid et agréable en raison de l’altitude.

Le massif du Palvâr est une chaîne montagneuse qui sépare telle une muraille le sud du désert de Lout des régions centrales de l’Iran. Elle s’étend sur 147 km du nord-ouest vers le sud-est sur une superficie de 1450 km². Les plus importants monts de cette chaîne sont les Tigheh Siâh, Talzar, Siâhkouh-e Gourk, Mânirouz, Kharkhosrow et Gowdartchâh.

Le massif Pourkân ou Barfdân s’étend du nord-est de Shâhr-e Bâbak, à l’ouest de la ville de Rafsandjân, ce massif comprend notamment les monts Najib, Espazâr, Tourân, Kalâteh, Tanekouh, Zowj, Bisoukhteh, Narkouh, Kamarmedvâr, Kamarsefid, Sang Avâz. La plupart de ces monts dépassent les 2500 mètres, avec en tête le Pâri Kouh, qui culmine à 3442 mètres.

Les nombreuses montagnes de la région, parfois volcaniques, abritent également des sources thermales, dont certaines ont été aménagées. On peut notamment citer la source Hossein Abâd à 33 km au nord-ouest de Râyen, la source de la citadelle Asgar à 11 km du bourg de Soltân Abâd au sud de Kermân, dont l’eau est réputée pour ses propriétés thérapeutiques efficaces contre les rhumatismes, la source thermale de Ghâssem Abâd depuis longtemps fréquentée par les habitants pour ses propriétés curatives notamment contre les maladies osseuses. Cette source est située à 6 km à l’est de la ville de Rafsandjân. Il faut également citer la source thermale de Teh-khâtoun à l’est de Kermân à 13 km du village Joushân, dont l’eau est réputée pour son effet calmant pour les maladies nerveuses ainsi que les maladies osseuses, ainsi que les sources thermales de Gherghereh Bâbâtorsh à 40 km de Râyen et celle de Abâragh au sud-est de Kermân et à 11 km au nord du village d’Abâragh.

Les lacs, les grottes et les parcs naturels protégés de Kermân

Etant donné l’étendue de la province et sa diversité naturelle, il existe dans cette région plusieurs parcs naturels protégés.

- Le parc de Pâssib : Cette région protégée, à la frontière entre Kermân et Zarand, est l’habitat de nombreuses espèces animales désertiques.

- Le parc de Lout-e Zangiâbâd : Au sud de Bâm, ce parc naturel est l’habitat d’une rare espèce de gazelle, la chinkara (Gazella Bennettii).

- Le parc naturel de la montagne Biduiyeh à Bardsir : Cette région est particulièrement connue pour la variété des espèces de gazelles et de bouquetins qui la peuplent.

Les plaines de Bolourd au Sirjân, quant à elles, abritent diverses espèces d’oiseaux, dont la rare outarde houbara d’Asie, qu’on trouve heureusement en abondance dans cette région.

Il faut aussi évoquer ici le lac saisonnier de Jâzmouriân qui reçoit chaque année des milliers d’oiseaux migrateurs tels que des flamants roses et diverses espèces d’oies et de canards sauvages.

D’autres parcs naturels protégés sont ceux de Mehrieh, qui comprend notamment de belles forêts de prosopis, le parc naturel de Gowdtchâh, celui de Anjerak Râba et finalement celui de la montagne de Kouh-e Nar, connu pour ses forêts d’amandiers et de pistachiers sauvages.

- Le lac de Lout : La région de Kermân est une des régions les moins humides du pays, mais malgré la rareté des précipitations, de nombreuses rivières saisonnières naissent des montagnes, ainsi que quelques lacs, dont celui de Lout, situé au nord-est des montagnes du Kermân.

- Le lac de Jazmouriân : il est sans conteste le lac le plus connu de cette région. En raison des précipitations saisonnières et rares, les dimensions et la masse d’eau du lac varient d’une saison à l’autre et en été, durant certaines années, il s’assèche complètement.

Etant donné le grand nombre de massifs et de montagnes dans la province de Kermân, il existe également de nombreuses grottes dont certaines sont privilégiées par les spéléologues. Parmi elles figure la grotte calcaire Torang, la plus profonde et la plus grande de la province, considérée comme un important site pour l’écotourisme de la région. Cette grotte est située à 230 km au sud-ouest de la ville de Kermân.

La grotte Mirzâ : S’ouvrant à une altitude de 2342 mètres, cette grotte est réputée difficile d’accès et nécessite des compétences poussées en spéléologie. La grotte comprend huit salles principales et quatre salles secondaires avec un puits de 90 mètres au milieu de la grotte qui donne un relief particulier à son exploration.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir