This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 08 août 2012 17:58

Boushehr, berceau d’une civilisation plurimillénaire (2)

Les fouilles archéologiques effectuées dans la province de Boushehr montrent les traces de civilisations très anciennes remontant au moins à la période énéolithique, c’est-à-dire au Ve millénaire av. J.-C. environ. La ville de Boushehr fut dès la période élamite un port important du Golfe persique qui permettait aux habitants de l’Iran d’établir des échanges commerciaux avec les pays du sud du Golfe persique, de l’Océan indien et de l’Asie du sud-est. La présence de monuments royaux et de forteresses datant de la période achéménide puis sassanide montre que l’importance géostratégique de Boushehr fut prise en compte par les souverains de l’Iran tout au long de l’Antiquité.

Le port de Sirâf

Le port de Sirâf, à 245 km au sud-est du port de Boushehr, est l’un des sites archéologiques importants de la province de Boushehr. Plusieurs archéologues y ont effectué des fouilles. Les objets les plus anciens découverts à Sirâf sont des pièces datant de la période arsacide (250 av. J.-C., 224). Il est donc probable que Sirâf ait été fondé à cette période. De plus, un bateau naufragé a été découvert en 2006 par une équipe de plongeurs dans les eaux avoisinant le port de Sirâf à 70 mètres de profondeur. Plus de trente jarres datant de la période arsacide sont dans ce bateau, rangées les unes sur les autres. Cela renforce l’hypothèse selon laquelle Sirâf était un port commercial à la période des Arsacides.

Boushehr à l’époque sassanide

L’origine du nom « Boushehr » est inconnue. L’une des hypothèses est que Boushehr est l’abréviation de « Bokht-Ardashir » qui signifie « Ardashir fut délivré ». Ce nom ferait ainsi référence à Ardashir Ier, fondateur de la dynastie sassanide (224-241). Cependant, certains historiens pensent que l’ancien port de Liyan, appelé Mésambrie par les Grecs et cité par Yaghout al-Hamawi sous le nom de Boushehr, correspond en fait au port appelé actuellement Reyshahr (ou Rishahr) qui est à une dizaine de kilomètres au sud de l’actuel port de Boushehr, car c’est dans ce lieu que les fouilles archéologiques ont permis de découvrir des objets très anciens, alors que l’actuel port de Boushehr ne prit de l’essor qu’au XVIIIe siècle quand Nâder Shâh Afshâr décida d’y créer une base navale. Le nom « Reyshahr » serait lui-même une abréviation de « Rev-Ardashir » qui est le nom d’un grand fort construit par les Sassanides, dont les ruines existent encore.

A la période sassanide, Reyshahr était un port commercial important. Selon Moïse de Khorène, on y trouvait les meilleures perles du Golfe persique et les meilleures pierres d’agate. Les perles du Golfe persique, réputées de tout temps, étaient très appréciées par les souverains sassanides qui les utilisaient pour décorer leurs vêtements. Les Sassanides construisirent également un fort à Sirâf, dont les ruines ont fait l’objet de fouilles archéologiques. L’investissement des Sassanides dans les fortifications à Reyshahr et à Sirâf montre le désir des souverains sassanides de renforcer leur position dans cette partie de la côte du Golfe persique, car cette région était un endroit stratégique pour le commerce entre la Mésopotamie (où était située Ctésiphon, la capitale des Sassanides) et les pays de l’Asie, dont l’Inde et la Chine. Ainsi, le commerce maritime entre l’Iran, l’Inde et la Chine était un complément à la Route de la Soie. Signalons également que Mani passa par Rev-Ardashir dans son voyage de l’Inde à la Mésopotamie.

Au cours de la période sassanide, la région correspondant à l’actuelle province de Boushehr faisait partie de l’Ardashir-Khorra, qui était l’une des cinq divisions administratives de la province de Fârs et correspondait à la partie sud-ouest de cette province. Ardashir-Khorra s’étendait de Firouzâbâd (dans les montagnes de Zagros) jusqu’au Golfe persique, et comprenait la ville de Tamukkan (qui s’appelait Toujak à l’époque sassanide) ainsi que les ports de Reyshahr et Sirâf. Il existe de nos jours dans la province de Boushehr de nombreux monuments datant de la période sassanide, dont des temples du feu et des fortifications, traces de la présence et de l’investissement important des souverains sassanides dans cette région de l’Iran.

La province de Boushehr au cours des premiers siècles islamiques

La région de Boushehr fut conquise par les musulmans entre les années 19 et 22 de l’hégire (639 – 642. Il semble que commença alors une période de déclin pour le port de Reyshahr. Par contre, le port de Sirâf (dont le nom fut transformé en port Tâheri) connut une période de grand essor, et fut un port important pour le commerce maritime jusqu’en Afrique du Nord d’une part, et l’Inde et la Chine de l’autre. La ville de Toujak s’appela désormais Tavvaj (ou Tavvaz) ; elle fut un grand centre de la culture du coton et de l’industrie textile au cours des premiers siècles de l’Hégire. Les nombreuses traces des civilisations très anciennes dans la province de Boushehr montrent que cette région côtière du golfe Persique a été investie et considérée comme un lieu important depuis des millénaires par les êtres humains.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir