This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 23 avril 2015 02:54

Chogha Mish: les artefacts archéologiques d’Iran récupérés

Chogha Mish: les artefacts archéologiques d’Iran récupérés

Au terme d’une procédure judiciaire et juridique marathon, l’Organisation  du Patrimoine culturels vient de récupérer 108 artefacts du site historique de cinq millénaires de Chogha Mish, retenus depuis 1964 par les Etats-Unis. Téhéran a ainsi remporté un procès long de 35 ans contre l'Université de Chicago qui refusait de rendre des artéfacts du site protohistorique iranien de Chogha Mish au Musée national d'Iran.

Il s'agit des objets vieux de 5.500 ans qui se trouvaient à l'intérieur des boules d'argile découvertes lors des fouilles archéologiques à Chogha Mish, dans la province iranienne de Khûzistân (ouest).

Selon le professeur d'archéologie de l'Université de Chicago Christopher Woods, les boules d'argile scellées de Chogha Mish représentent la première "base de données" au monde. Les boules creuses contiennent des jetons d'argile. Les chercheurs estiment que ce sont les premiers instruments de comptabilité qui servaient à contrôler les flux de marchandises et la main d'œuvre.

L'Université de Chicago avait loué les artéfacts le 1er avril 1964 pour une période de trois ans. Toutefois, les Américains ont refusé de rendre les reliques. Téhéran a déposé une plainte après la Révolution de 1979. Selon Press TV, "une bataille de 35 ans opposant le gouvernement iranien au ministère américain de la Justice s'est terminée par la victoire de l'Iran".

Chogha Mish est un site archéologique datant de la période protohistorique, ses périodes d'occupation s'étendent du VIIe au IVe millénaire av. J.‑C.

 

Chogha Mish est un site archéologique situé en Iran dans la province du Khûzistân (la Susiane antique), sur les bords du Karun. Il date de la période protohistorique, ses périodes d'occupation s'étendent du VIIe millénaire av. J.‑C. au IVe millénaire av. J.‑C.

Durant les premiers millénaires de son existence, Chogha Mish est le site majeur du Khûzistân, atteignant 20 hectares, ce qui en fait apparemment un centre de pouvoir politique régional. De cette période datent surtout des poteries, qui ont permis de définir plusieurs phases successives : une phase ancienne couvrant en gros le VIe millénaire av. J.‑C., une phase moyenne couvrant le Ve millénaire av. J.‑C., et une phase récente couvrant les premiers siècles du IVe millénaire av. J.‑C. Après cette dernière époque, l'habitat de Chogha Mish décline rapidement, comme le font de nombreux sites alentours, peut-être suite à l'apparition d'une nouvelle agglomération majeure 27 kilomètres plus à l'est, Suse.

 

Chogha Mish redevient une agglomération importante durant la seconde moitié du IVe millénaire av. J.‑C., la période d'Uruk, durant laquelle la Susiane est fortement marquée par l'influence de la Basse Mésopotamie voisine, au point de relever probablement de la même culture, à la différence des périodes précédentes qui avaient vu le développement d'une culture régionale propre. Les édifices de cette période qui ont été partiellement mis au jour sont des résidences, mais aussi des monuments comme une plate-forme et un autre édifice connu surtout par des cônes d'argile qui servaient à la décoration de ses murs, caractéristiques de la période. Comme à Uruk et à Suse, Chogha Mish donne des attestations des premiers instruments de comptabilité : des jetons d'argile parfois scellés dans des bulles d'argile, des tablettes numériques, ainsi que des sceaux-cylindres.

 

Chogha Mish est déserté au plus tard à la fin du IVe millénaire av. J.‑C., quand Suse devient définitivement le site majeur de la région. Il ne fut réoccupé que ponctuellement par la suite : un fort élamite est édifié sur le sommet du site durant la première moitié du IIe millénaire av. J.‑C. (période paléo-élamite) ; puis à la période achéménide (début de la seconde moitié du Ier millénaire av. J.‑C.) un village occupe la partie basse du site, comprenant également un important édifice avec des espaces de stockage, indiquant sans doute une fonction stratégique pour le site. Quelques trouvailles de la période parthe ont également été réalisées sur le site, qui avait alors perdu toute son importance stratégique.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir