This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 12 février 2015 09:01

Les sépultures de deux princesses élamites découverts à Jubaji

Le mausolée de deux princesses élamites découvert à Jubaji de Ramhormoz, dans la province du Khouzistan renforce la théorie selon laquelle la cité Hidlou se trouve à Jubaji. Selon Arman Shishegar, présidente de la mission archéologique de Jubaji, on pourrait comparer ces tombeaux a ceux trouvés à Arjan de Behbahan, et les cercueils à ceux trouvés à Suse, Ziviyeh, Choubtarash, à Our et Namrud en Mésopotamie. Cette découverte pourrait être le prélude à une cité ancienne. 

En avril 2007, deux tombeaux ont été découverts tout à fait par hasard à Jubaji de Ramhormoz, lors du forage d’un canal entre deux villages. Une équipe archéologique conduite par Arman Shishegar s’est tout de suite attelée à sauver le site. Selon Arman Shishegar, le tombeau est une construction de pierre en forme rectangulaire avec des tablettes de pierre de différentes tailles dont la plus grande est de 56*11 cm. Le tombeau à 450 cm de longueur et entre 220 à 230 cm de large ; les cloisons ont une soixantaine de centimètres de hauteur comprenant six rangées de pierre en escalier qui forment un arc de croissant et qui sont couverts de grands rochers plats. Deux cercueils en bronze dont le haut est en forme de croissant, sont installés dans ce tombeau ; selon les études anthropologiques, les restes des os humains qui se trouvent dans les cercueils appartiennent à deux femmes dont la première à moins de 17 ans ; elle repose dans le cercueil oriental ; l’autre a une trentaine d’années et se trouve dans le cercueil occidental. Fort probablement, ces deux femmes sont de la famille royale élamite car elles portent deux alliance en or ; selon les études linguistiques, l’écriture cunéiforme gravée sur ces alliance est de néo-élamite ; on peut lire le nom d'un roi élamite Shutour Nahonate et un nom éventuellement de femme « Larna » ; de même sur le joyau centre de l’agate monté sur un bracelet est gravé un autre nom de femme « Aninoma ».

 

Les objets funéraires dans ces tombeaux sont à fois précieux et artistiques ; il s’agit de parures en or de forme de dague, de bracelets, d’alliance, de boutons, de sceaux, de pendentifs, de boucles d’oreille, de colliers, de bagues. Il y a aussi des vaisselles en argent et en bronze en l’occurrence d’un récipient à fonction rituelle avec la statuette d’une déesse avec une queue de poisson, des coupes de feu avec des bases en forme de veau ou de cheval, explique Arman Shishegar.

Ces deux femmes élamites étaient de la famille royale Shutour Nehonante, qui vivait entre les années 585 et 539 avant J.-C. et régnait sur des parties orientales de l’actuel Khouzestan depuis Izeh à Ramhormoz, allant même jusqu’à Behbahan et des régions occidentales de Kohkiluyeh et Boyrahmad.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir