This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 13 août 2014 07:14

J’ai cherché pendant 8 mois la pierre pour la statue de Khayyâm

J’ai cherché pendant 8 mois la pierre pour la statue de Khayyâm

Né en 1945 à Téhéran, Hossein Fakhimi a traversé durant sa carrière de sculpteur une vie jalonnée de vicissitudes ; dès la tendre enfance, il créait des œuvres avec des pâtes d’argile. Après avoir obtenu une licence de la Faculté des Arts décoratif il se rendit en Espagne et poursuivit ses études à l’école des Beaux-arts de Madrid dans la branche de sculpture. De retour en Iran, il s’adonna à la sculpture et on lui doit déjà la statue de Takhti (lauréat des compétitions de sculpture de 1990), une statue de six mètres d’un cavalier bassiji, la statue de la paix qui a été choisi en 2003 par l’UNESCO symbole de la paix (1985)…




La statue de Khayyâm a offert une occasion pour un entretien avec cet artiste:

 

Un de vos plus importants projets a été la statue de Khayyâm ; quelles sont les raisons qui vous ont conduit à ce choix ?

 

Il fut décidé en 2000 de célébrer les cérémonies de commémoration de Khayyâm en Italie ; j’ai donc reçu du maire de Florence une lettre de commande d’une statue de Khayyâm. Avant de commencer ce projet, je ne connaissais que Khayyâm le poète ; mais pour entamer la sculpture d’une statue d’une figure de proue de la culture iranienne, j’ai entamé des vastes recherches sur cette personnalité hors du commun ; j’ai mené des recherches pendant six mois dans des bibliothèques et j’ai eu des entretiens avec de nombreux chercheurs ; j’ai compris que j’avais affaire avec une personnalité pluridimensionnelle ; Khayyâm était un astronome et mathématicien avant d’être un poète ; il n’aimait pas qu’on le connaisse en tant que poète ; ces quatrains ont paru posthumes. On lui doit les équations de 2e et 3e degrés ; il avait démontré à son époque que la terre était un globe tournant autour du soleil, alors qu’un siècle plus tard, on a châtié en Europe, Galilée pour avoir dit la même chose.

 

Avez-vous également étudié l’époque seldjoukide pour mieux connaître Khayyâm ?

 

Oui, je me suis entretenu avec des chercheurs en la matière à ce sujet. C’est après ces recherches que j’ai entamé le projet et j’ai fabriqué cinq maquettes. J’ai passé deux ans à fabriquer la première mais les autres ont été faites rapidement, par exemple la seconde a été prête en deux mois.

Quelles ont été les caractéristiques de la statue ? Quelle pierre avez-vous choisi ?

 

J’ai cherché pendant un an et demi dans les mines pour trouver la pierre qui serait dans mes standards ; la première caractéristique est la solidité et la résistance de la matière. J’envisageai en premier lieu le bronze mais je sentais que c’était la pierre qu’il me fallait pour exprimer l’œuvre dans toute son intégralité. J’ai étudié une centaine de livres et de brochures sur la pierre, j’ai visité la plupart des mines d’Iran, je me suis même rendu en Chine, en Afghanistan, en Thaïlande, en Grèce, en Macédoine et en Grèce. C’est enfin à Azna du Lorestan que j’ai trouvé la pierre que j’ai tant cherchée. J’ai vécu huit mois près de cette mine pour trouver la pièce de pierre qui serait en mesure du projet.

 

Quelles en sont les caractéristiques ?

 

Une pierre qui serait résistante aux aléas du temps ; la couleur aussi est importante ; la statue pèse 18 tonnes et a 70,2 m de longueur ; la première pierre pesait 18 tonnes tandis que la troisième était de 12 tonnes et en a perdu six une fois taillée. Je travaille depuis 14 ans sur ce projet.

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir