This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 30 décembre 2013 08:25

Sacrifice, une symphonie pleine de souvenirs pour son auteur

Majid Entezami, compositeur iranien, nous parle de ces œuvres avec pour thèmes la Défense sacrée, des œuvres qui ont pour vocation de relater et de décrire huit années d’épopée, de dévouement et de sacrifice du peuple et des combattants iraniens lors de la guerre imposée par l’ex-régime irakien à l’Iran.

Né en 1948 à Téhéran, Majid Entezami s’est distingué par ses œuvres en musique instrumentale, vocale et symphonique. Il a aussi signé des musiques inoubliables de nombreux films dont « Du Karkheh au Rhin »,  « Le parfum de Joseph », « Duel », « l’Agence de verre ». A la Semaine de la Défense sacrée en Iran, (septembre),  l’orchestre symphonique de la Radiotélévision iranienne a exécuté sous sa baguette la symphonie « Epopée et autorité », une de ses œuvres,  au parc-musée de la Défense sacrée à Téhéran.  Une symphonie qui fait suite à d’autres avec pour thème la Défense sacrée : « Sacrifice », « Résistance » et « Khorramshahr ».

Ali-Reza Saïdi, journaliste de MehrNews a eu un entretien avec  Majid Entezami, qui évoque ses souvenirs de ses œuvres.

Ali-Reza Saïdi : Quels sont vos souvenirs des impacts de la musique de la Résistance sur votre carrière ?

Majid Entezami : L’artiste, quel qu’il soit, lorsqu’il se trouve au courant de la création d’une œuvre, il en gardera des souvenirs conformément à la part de l’espace que cette œuvre lui a donnée. Mes meilleurs souvenirs de l’espace de musique de guerre concernent la symphonie du Sacrifice, une œuvre qui m’a profondément marquée, de sorte que cette œuvre m’a conduit vers une voie différente dans ma carrière de compositeur. Cette symphonie cristallise tout un travail pour présenter les différents genres de musique qui seraient en rapport avec la thématique de la Défense sacrée.

Ali-Reza Saïdi : La première de la Symphonie du Sacrifice vous reste inoubliable ?

Majid Entezami : En effet, l’exécution initiale de la Symphonie du Sacrifice à l’auditorium de la Radiotélévision est  un souvenir inoubliable pour moi, car de nombreuses personnalités devraient y assister. J’avais une grande angoisse : on apprécierait cette œuvre qui se veut épique et révolutionnaire ? ou bien le silence régnera sur la salle, une fois la Symphonie terminée ? Toutes ces questions se bousculaient dans ma tête. Je me sentais tout confus ; ce fut à ce moment-là que les dernières notes de la Symphonie ont été exécutées. Un grand silence régna pour quelques instants sur la salle et je me suis dit : Majid Entezami  ta carrière musicale est terminée pour toujours, tu n’as plus aucune place dans la musique » mais lorsqu’après ces quelques secondes de silence, toute la salle commença à m’applaudir, et qu’on m’appelait sur la scène pour remercier l’assistance, je me suis retrouvé.

Ali-Reza Saïdi : Comment expliquez-vous le grand succès de la générique des films comme « Du Karkheh au Rhin »,  « Le parfum de Joseph », « Duel », « l’Agence de verre », « Le jour de l’Evènement » ?

Majid Entezami : La moitié du succès de ces œuvres revient au réalisateur du film ; car la musique que j’ai composé pour ces films, était au service de l’image ; un cinéaste tel que Ebrahim Hatami Kia a beaucoup contribué au succès de la musique du film.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir