This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 24 décembre 2014 08:05

Système hydraulique de Shushtar ou le génie créateur humain

Le système hydraulique historique de Shushtar (sud-ouest d'Iran) a été inscrit en tant que chef d’œuvre du génie créateur humain. Il aurait été entrepris à l’époque achéménide, dès Darius le Grand, au Vème siècle av. J.-C. Il s’agit de deux grands canaux de dérivation des eaux du fleuve Kârun. L’un d’entre eux, le canal Gargar, fournit encore de l’eau à la ville de Shustar par une série de tunnels et fait fonctionner tout un ensemble de moulins. Après une falaise spectaculaire, l’eau tombe en cascades dans le bassin aval, avant d’entrer dans la plaine au sud de la ville, où elle a permis le développement de vergers et de terres agricoles sur une surface de 40 000 ha.  Le site comprend des lieux remarquables, dont le château Salâsel, centre de contrôle de tout le système hydraulique, la tour Kolâh-Farangi qui mesure le niveau de l’eau, des barrages, ponts, bassins et moulins. Il témoigne du savoir-faire des Elamites.

Le système hydraulique historique de Shushtar a une valeur universelle exceptionnelle puisque dans sa forme présente, il remonte au IIIe siècle après J.-C., sur des bases probablement plus anciennes à partir du début du Ve siècle av. J.-C. Il est intègre, aux fonctions multiples et de grande échelle, ce qui le rend exceptionnel. Le système de Shustar est un système hydraulique homogène, conçu d’une manière globale et achevée au IIIe siècle après J.-C. Il est riche tant par la diversité de ses structures de génie civil et ses constructions que par la diversité de ses usages (adduction d’eau urbaine, moulins, irrigation, transport fluvial, système défensif). Le système hydraulique historique de Shushtar témoigne de l’héritage et de la synthèse de savoir-faire plus anciens, élamites et achéménide. Le système hydraulique de Shushtar, dans son ensemble et tout particulièrement le Grand déversoir (pont-barrage) de Shâdorvân, ont été considérés comme une Merveille du monde. Le canal Gargar est un véritable cours d’eau artificiel, à l’origine de la construction d’une ville nouvelle et de l’irrigation d’une vaste plaine alors semi-désertique. Le système hydraulique historique de Shushtar est dans un environnement paysager urbain et rural propre à l’expression de sa valeur.

Le système hydraulique de Shushtar témoigne d’une vision d’ensemble remarquablement accomplie et précoce des possibilités apportées par les canaux de dérivation et les grands barrages-déversoirs à l’aménagement du territoire. Il a été conçu et achevé au IIIe siècle après J.-C. pour un fonctionnement durable et il est encore en activité. C’est un ensemble unique et exceptionnel, par sa diversité technique et sa complétude, qui témoigne du génie créateur humain.

 

Les premiers systèmes hydrauliques d'irrigation à partir de canaux attestés dans la région remontent à la civilisation des Élamites (région de Chogha Zanbil), notamment au XIIIe siècle av. J.-C. Darius, souverain achéménide du début du Ve siècle av. J.-C., fit réparer les systèmes d'irrigation élamites et la création du canal Dâriun lui est attribuée, à l'ouest de l'actuel site de Shushtar. Des vestiges archéologiques proches du canal tendraient à le confirmer. Darius et les souverains achéménides sont par ailleurs connus pour leurs travaux hydrauliques, notamment en Égypte. La construction du grand déversoir de Shâdorvân barre la rivière Kârun et permet son franchissement. Cette œuvre  audacieuse a été réalisée par le second empereur sassanide, Shapur, au milieu du IIIe siècle apr. J.-C.

La présence de prisonniers romains sur le chantier du barrage, dont l'empereur Valérien lui-même, est évoquée par une source perse du XIIe siècle.

Complété par la prise d'eau monumentale Mizân, en amont de Shâdorvân, et le canal de Gargar, l'ensemble hydraulique alors refondé et amplifié est destiné à alimenter en eau la ville nouvelle de Tustar, plus tard dénommée Chouster ou Shushtar, et à irriguer la vaste plaine semi-désertique au sud, le long des derniers contreforts montagneux, pour une mise en valeur agricole systématique, notamment par la constitution de vergers.

Les sources arabo-musulmanes attestent la réputation de l'ouvrage d'art de Shâdorvân, qualifié de Grand déversoir et de Merveille du monde. Bien qu'il n'y ait pas de trace explicite pour les périodes plus anciennes, il est permis de penser qu'il s'agit d'une tradition remontant aux origines perses de la construction. L'ouvrage et le système hydraulique associé ont marqué l'esprit des visiteurs au fil des siècles, jusqu'aux Européens au XIXe siècle.

Durant la période islamique, les différentes dynasties de l'Iran ont entretenu avec soin le système hydraulique de Shushtar, comme un élément essentiel de l'aménagement du territoire. Ils ont fait d'importants travaux d'entretien et parfois des travaux complémentaires, comme les Safavides (1500-1700) puis les Qadjar (1779-1925), pour le pont barrage de Gargar ou le Grand déversoir de Shâdorvân. La zone des moulins, de son pont-barrage et des tunnels a été aménagée depuis la période des origines au moins jusqu'au XVe siècle, puis à nouveau aux XIXe et XXe siècles.

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir