This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mardi, 21 juillet 2015 20:17

Spécial Auditeurs du 20 juillet 2015 (1ère partie)

Spécial Auditeurs du 20 juillet 2015 (1ère partie)
IRIB- Au menu de cette émission : L'interdiction du port du voile, une page, dans l'histoire iranienne, plus, la messagerie...
- Bonjour et bienvenus à une nouvelle édition du Spécial Auditeurs. Vous la savez bien, maintenant : il s'agit d'un programme, qui vous est, entièrement, consacré. Comme d'habitude, nous lirons, d'abord, vos messages, et vous parlerons, ensuite, de divers sujets touchant la civilisation, l'histoire, la culture et la société iraniennes.
- Permettez-moi, tout d'abord, de dire Bonjour, moi aussi, à nos chers auditeurs. Et quant à l'émission d'aujourd'hui, nous allons nous attarder, ensemble, sur une page de l'histoire de l'Iran de l'avant-révolution islamique, plus précisément, l'histoire de l'interdiction du port du voile, imposé par la monarchie Pahlavi. Restez à l'écoute.

............................................................

- On va, donc, commencer le programme, par une revue de vos lettres, mails, messages ou petits commentaires. (Ecoutons, ensemble, notre collègue, qui va nous parler de vos messages. Et c'est parti) :

............................................................

- Bonjour chers collèges et chers auditeurs ! J'ai le plaisir, une fois de plus, de vous rendre compte des messages de nos interlocuteurs. Avant tout, je tiens à remercier notre ami auditeur Anselmo de Paula Camargo, qui nous envoyé des rapports d'écoute, depuis le Brésil. Et puis, on passera au message de Nasser, que nous avons le plaisir de lire, après un bout de temps, en réaction à une actualité ayant pour titre : «Ghardaïa: Nasrallah met en garde l'Algérie». Et Nasser de dire :
- Il est vrai que la "main étrangère" ne peut réussir, sans une "main locale". Les défaillances locales encouragent la "main étrangère" qui y trouve ses intérêts; c'est une règle!
La région a besoin d'un plan de développement spécial, pour intégrer les autres habitants que les Mozabites, mais est-ce une raison d'imputer le sort de ces autres habitants aux Mozabites, qui, eux, ont réussi à surmonter les problèmes économiques et sociaux, du fait de leur impeccable organisation? Il y a, donc, des milieux, qui fomentent les conflits, dans cette région, en jouant sur les jalousies et, aussi, le faux "confessionnalisme"!
- Le message suivant vient d'un autre fidèle internaute, notre ami Allouche. Le titre d'actualité qui l'a fait réagir reproduisait les dires de Moshe Yaalon, qui disait que «L'Occident est prêt pour un mauvais accord nucléaire avec Téhéran». Et Allouche de nous dire que l'accord avec l'Iran serait, en tout cas, beaucoup moins grave que celui de 48 avec la création de l'Etat sioniste criminel, en Palestine.
- Oui, et n'oublions pas que les dirigeants de beaucoup de pays du monde ont reconnu que l'accord avec l'Iran serait dans l'intérêt de tous, sauf le Premier ministre israélien, qui est à la tête de ce régime occupant.
- «Si je suis élue Présidente, nous attaquerons l'Iran !»
Ce titre d'actualité continue, toujours, de faire réagir nos internautes ; entre autres, nous citons le message de VV qui l'a commenté, en ces termes :
- Les USA sont les plus grands criminels de l'histoire! Qui finance le terrorisme et à qui sert le terrorisme? Israël est bien un cheval de Troie, en Asie, et, non pas, une nation, pour sécuriser les Juifs du monde! Leur insécurité est due aux actions de leurs dirigeants! Israël s'attaque, indirectement, à l'Iran, au Moyen-Orient, à la Chine, à l'Inde et à la Russie, puisqu'il sert de pilier à la politique offensive des USA, sur un continent, qui n'est pas le leur!
- Merci VV et à la toute prochaine fois. Et pour fermer la page de la messagerie de cette émission, nous saluons notre très fidèle auditrice, Hadassah BORREMAN. Pour commenter une actualité yéménite, sur «la mort d'un bébé de 12 jours, dans les attaques saoudiennes», Mme. BORREMAN l'a déploré, pour nous en dire :
- Quel mal a fait ce bébé de 12 jours aux Saoudiens ? Bombarder des hôpitaux, des réserves de nourriture, c'est, vraiment, criminel et inhumain, c'est comme sortir la nourriture de la bouche des affamés !
- Merci de votre contribution et merci encore à tous. Et à plus !
............................................................

- Bien qu'au début de son règne, le Shâh d'Iran Reza Shâh Pahlavi se montrât partisan de l'Islam et des Musulmans, une fois, son pouvoir politique établi dans le pays, il procéda à certaines réformes, visant, toutes, à retirer de la société iranienne de l'époque son identité religieuse.
- La restructuration du Ministère de la Justice constituait l'une de ces réformes. C'est ainsi que de nouveaux diplômés de droit remplacèrent les juges traditionnels. Des traductions, pourtant, altérées des droits civils français et du code pénal de l'Italie, dont certains étaient en contraste avec la Charia, ont été intégrées, ainsi, à l'ordre juridictionnel iranien.
- La responsabilité des enregistrements et des documents a été retirée des Oulémas, plus important encore, les juges, désignés par l'Etat, étaient chargés de décider si, à titre d'exemple, un cas juridique quelconque doit être évalué, suivant les normes courantes ou la Charia.
- Le nombre des religieux, au sein du parlement, a été, visiblement, réduit, passant de 24 membres, à la 5ème assemblée, à 6, au sein de la 10ème assemblée. A cela, vint s'ajouter la non délivrance de visas, pour ceux qui souhaitaient faire le pèlerinage des saints mausolées, à la Mecque, à Médine, à Najaf et à Karbala. Mais, parmi toutes ces réformes, celle qui a influé le plus, sur la scène sociale, aura été l'interdiction du port du voile, pour les femmes, tandis que les hommes, aussi, étaient obligés de s'habiller à l'occidentale. Bref, Reza Shâh croyait que, pour conduire une société religieuse à se civiliser, il fallait juste y restreindre les aspirations à la religion et les penchants religieux, par tous les moyens, y compris, l'interdiction du port du voile.
- Il faut pourtant rappeler que cette idée, Reza Shâh l'a réalisée, avec l'aide de certaines personnes de la première vague d'intellectuels d'Iran, ceux-là mêmes, qui étaient les premiers émissaires des pensées nouvelles, surtout, le libéralisme, le sécularisme et la modernisation. Ces intellectuels avaient leurs propres revendications, à savoir : la revivification de l'identité et des traditions nationales de l'Iran, la non-intervention des religieux, dans la politique, l'établissement d'un nouvel Ordre constitutionnel, à l'européenne, et la création de nouvelles instances politiques, conformes à la souveraineté nationale et sur fond des principes d'un gouvernement national moderne.
- Les supports intellectuels nécessaires à ces prétendues réformes et aux évolutions anti-religieuses ont, donc, été réunis, sous le règne de Reza Shâh. C'est ainsi que les campagnes contre le voile islamique, battirent leur plein, avec l'appui d'un certain nombre d'intellectuels, pendant les premières années de son gouvernement. Entre autres, le journal Iran-e Javan , organe officiel d'une association du même nom, composée d'un groupe de jeunes iraniens, revenus de l'Europe, (ceux-là mêmes à qui ont été confiées plus tard de sensibles responsabilités, au niveau national), a lancé une sérieuse campagne contre le voile, sous l'appellation de «Lettres des Dames».
- Il en fut ainsi, jusqu'à ce qu'au printemps 1313 du calendrier persan, (1934), Reza Shâh effectua une visite, en Turquie voisine. Ayant remarqué certaines libertés accordées, à l'époque, aux femmes turques, il ressentit, d'un coup, le vif besoin de prendre des mesures similaires, en Iran ! Dans le même temps, les partisans des libertés des femmes se sont activés ; pas mal de chants ou chansons ont envahi, alors, les disques de gramophone, et ces mélodies, aussi, remplissaient les oreilles des gens, dans les cafés ou sur les passages.
- Dans la foulée, les femmes enseignantes et les filles se sont vues, en 1935, interdites de porter le tchador et les officiers de police étaient chargés d'empêcher les femmes portant ce voile traditionnel de circuler dans les rues ! En début d'automne 1934, à Téhéran, fut créé le «Foyer des Dames» où les femmes fréquentaient les hommes, avec affabilité, et, enfin, le 7 janvier 1935, Reza Shâh interdit aux femmes le port du voile et imposa aux hommes l'obligation de s'habiller «à l'occidentale», afin que l'Iran et les Iraniens soient reconduits, à sa guise, aux portes de la civilisation ! Mais le peuple iranien ne toléra pas cette culture inappropriée, importée de l'étranger, qu'il a donc rejetée, et le résultat des efforts du peuple, sur le chemin de la revivification de sa religion et culture musulmane, s'est, enfin, cristallisé, dans la Révolution islamique de 1979.

............................................................

Et bien, le Spécial Auditeurs est terminé, pour aujourd'hui. A très vite, pour une autre émission, prévue très, très, prochainement !

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir