This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 15 juin 2015 08:54

Spécial Auditeurs du 15 juin 2015 (1ère partie)

Spécial Auditeurs du 15 juin 2015 (1ère partie)
IRIB- Au menu de cette émission : Les bazars anciens de l'Iran.
- Bonjour et bienvenus à une nouvelle édition du Spécial Auditeurs, programme, qui vous est, entièrement, consacré. Comme d'habitude, nous lirons, d'abord, vos messages, et vous parlerons, ensuite, de divers sujets touchant la civilisation, l'histoire, la culture et la société iraniennes.
- Permettez-moi, d'abord, de dire Bonjour, moi aussi, à nos chers auditeurs. Et quant à l'émission d'aujourd'hui, nous allons parler des bazars anciens de l'Iran. Restez avec nous !
.........................................................

- On va, donc, commencer le programme, par une revue de vos lettres, mails, messages ou petits commentaires. (Ecoutons ensemble notre collègue, qui va nous parler de vos messages. C'est parti) :
.........................................................

- Bonjour, chers collègues et chers auditeurs ! J'ai une fois de plus l'honneur et le plaisir de vous parler des messages de nos chers interlocuteurs. Et on commence par Chérif, un internaute, qui a réagi à une actualité ayant pour titre : «Si l'accord de paix ne se réalise pas, l'Autorité autonome de la Palestine sera dissoute», (Erekat), voici ce qu'il nous en dit :
- Les Palestiniens ne doivent pas compter sur cette "autorité", qui a collaboré avec l'ennemi, pour réprimer la Résistance, en Cisjordanie.
- Merci Chérif de votre petit commentaire ! Notre fidèle internaute, Allouche, aussi, nous a écrit quelques mots, pour commenter une actualité, sur les dires de M. Larijani, qui disait : "L'Occident veut diviser les Musulmans", et Allouche, de nous faire savoir :
- C'est, déjà, fait ! Que reste-t-il du monde musulman, alors que les massacres ne se font que sous de faux drapeaux ? En tant que Sunnite, je dis : Qu'Allah bénisse la RII !
- Merci Allouche de vos mots de solidarité ! Mais vous avez bien dit : tous ces crimes, sous de faux drapeaux ...Et oui, la solidarité des vrais Musulmans s'impose plus que jamais. Un autre internaute, avec «Hopeless», pour identifiant, s'est attardé sur le titre d'actualité, qui annonçait la mort d'un commandant du Hamas, tué par Daesh, pour nous dire :
- Daesh se vante de ses exploits, mais tout le monde a bien compris que c'est l'œuvre du Mossad israélien.
- Exploits ou barbarie, disons...Et merci et bienvenu, parmi les auditeurs ou internautes de la radio francophone iranienne. Nous tenons, également, à remercier Barra Mansa RJ, qui nous a écrit, depuis le Brésil, et envoyé une carte postale. Merci à vous et à tous ceux qui nous suivent sur les ondes courtes ou dans l'espace virtuel.
.........................................................

- «Bazar» (en persan : بازار, bāzār) est un terme persan, dont l'origine, en langue pahlavi, aurait été «Bahâdjâr», qui signifie le lieu des prix ! Du point de vue historique, «Bazar» se disait d'un marché ou d'un ensemble de magasins où biens et services sont disponibles à la vente et à l'achat.
- Les archéologues ont trouvé des traces de bazars, dans différentes parties de l'Iran : près de Kermânchâh, (9.000 ans av. J.C.), à Tappe Sialk et Hasanlu, (6.000 ans av. J.C.), à Shahr-e Soukhteh, (3.000 ans av. J.C.), et à Suse, (depuis l'an 4.000 av. J.C.).
- À l'époque achéménide, les artisans étaient catégorisés et le bazar était une partie distincte de la ville, comme l'a commenté Xénophon. À l'époque Parthe, l'économie de l'Iran était basée sur l'agriculture et le commerce. C'est à cette époque qu'ont été construits les premiers caravansérails, sur les routes commerciales, qui reliaient la Chine à Rome. Les bazars étaient, alors, placés au centre des villes.
- Certains disent qu'en Iran, le complexe de bazar, comme nous l'imaginons, aujourd'hui, est apparu, à l'époque sassanide, (3ème -7ème siècle de l'ère chrétienne), dans les villes, qui connaissaient une activité commerciale prospère. En tant qu'institution sociale et économique, le bazar est considéré comme étant la charpente même des grandes villes et des grands villages.
- Le noyau préliminaire de la plupart des bazars du passé se formait, près de la porte principale des villes, et s'étendait en direction de leurs passages principaux. Le bazar urbain est, historiquement, le cœur de la ville iranienne. Dans, pratiquement, toutes les villes, le bazar est constitué par des rues et des allées couvertes, bordées de petites échoppes, regroupées par service ou par produit.
- Le dynamisme du bazar dépend, largement, de la bonne interaction et coordination entre les éléments qui constituent le bazar. Il s'agit, par exemple, des «Râsteh», (rue principale). Ce premier système de déplacement, dans le bazar, Râsteh est un axe de circulation central, généralement, couvert, sur toute sa longueur, et bordé, sur ses deux côtés, de magasins ou d'ateliers. Il y a, aussi, des «Timtcheh» ou des halles couvertes, un complexe économique, qui est conçu de la même manière que le sérail, mais de taille, généralement, plus petite, et souvent recouvert d'un toit. Les "Timcheh" sont des bazars, pour des produits spéciaux, comme, par exemple, tapis, antiquités, etc...)
- Et en parlant de sérail, le sérail (en persan : sarâ, qui signifie maison), est un complexe à étage de magasins, vendant les mêmes types de produits, situés autour d'une cour non-couverte, possédant, souvent, un jardin ou un bassin. Le Sérail est relié au râsteh, par un couloir étroit, appelé «dehliz» ou «dâlân», qui est bordé de magasins, souvent, du même type que ceux vendus au sérail. Les magasins sont au rez-de-chaussée et les ateliers, à l'étage.
- Les magasins et les ateliers, appelés «hodjreh» sont plus simples et plus petits que les "Timtcheh", mais ils sont l'élément le plus important d'un bazar. Ils sont situés de chaque côté d'un râsteh et des couloirs secondaires. Dans les bazars du passé, il y avait, aussi, le caravansérail, sorte d'hôtel, pour les caravanes et les voyageurs individuels, avec la possibilité de stocker des marchandises, pour le commerce.
- Si l'on veut citer les noms des bazars anciens d'Iran, il faut parler du bazar de Minâb, une ville de l'actuelle province de Hormozgân, au Sud. Dans un passé lointain, Minâb faisait partie d'un port prospère, qu'on appelait Hormoz, et où accostaient des centaines de bateaux de commerce, venus de différentes régions du monde, notamment, la Chine, l'Inde et l'Afrique. Le marché des jeudis de Minâb, fier d'une ancienneté de milliers d'années, reste, toujours, populaire et fréquenté, de nos jours.
- On ne peut pas parler des bazars d'Iran, sans parler du bazar d'Ispahan, l'un des plus grands et des plus anciens, dans tout le Moyen-Orient. De par sa prolongation géographique, le bazar d'Ispahan s'étend, jusqu'à «Masdjed Djâme'», (Grande Mosquée), puis, au Marché des Arabes. Eu égard à son statut de voisinage avec le Dôme de Nezâm-ol-Molk, le bazar d'Ispahan est, également, connu sous le nom de bazar de «Nezamiyeh» ou «Nezâm-ol-Molki». Ce bazar a de vastes embranchements.
- Certains disent que le bazar le plus ancien et toujours actif de l'Iran n'est d'autre que le bazar de Zandjân, construit il y a plus de 300 ans, et dont l'exploitation remonterait à l'an 1213 de l'hégire lunaire, à l'époque du roi qâdjâr, Fath Ali Shâh.
- Mais le plus grand bazar iranien, toujours, actif de nos jours, reste le bazar de Kermanchâh, un marché couvert, hérité de l'époque qâdjâr, où vous pouvez, toujours, vous régaler, en goûtant à la saveur des petits gâteaux et des célèbres pains, spécialité gourmande de la région, sans oublier le savoureux kebab d'entrecôte, que vous ne trouverez pas ailleurs...N'oublions pas, non plus, que la région de Kermanchâh a été du point de vue géographique, la porte de la Mésopotamie vers l'Iran, jouissant d'une importance particulière, depuis les temps lointains, d'autant plus que les convois de pèlerins, à destination de Nadjaf et de Karbala, passaient par cette ville.
.........................................................

Et bien, le Spécial Auditeurs, c'est fini, pour aujourd'hui. On se retrouvera, très, très prochainement. Donc, à très vite !
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir