This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 10 juin 2015 09:29

Spécial Auditeurs du 9 juin 2015 (2ème partie)

Spécial Auditeurs du 9 juin 2015 (2ème partie)
IRIB- Au menu de cette émission : Les Iraniens découvrent, pour la première fois, le bruit du train !
..............................................................

- Bonjour et bienvenus à cette émission du Spécial Auditeurs, programme, qui vous est présenté en deux volets, chaque semaine.
- Un chaleureux Bonjour, de ma part, aussi, à tous nos chers interlocuteurs, que ce soit des auditeurs ou des internautes fidèles à la Radio francophone iranienne, à ceux ou celles-là mêmes qui viennent de la découvrir.
- Revue de vos messages et des sujets culturels, comme toujours, au menu de cette émission. Et dans l'émission d'aujourd'hui, nous allons parler, brièvement, de deux thèmes : l'historique des chemins de fer, en Iran, et une fleur, qui fait de certaines régions iraniennes des destinations touristiques d'exception. Restez à l'écoute !
..............................................................

- Comme à l'accoutumée, le programme commence par la revue de vos lettres, mails, messages ou commentaires. (Nous saluons notre collègue qui va nous parler de vos messages et lettres. C'est parti!
...........Le rapport téléphonique commence ici.....
- Chers collègues, chers auditeurs et internautes, Bonjour ! C'est, de nouveau, le temps de parler de vos messages, et n'hésitez pas, les suggestions et critiques, aussi, on va également en parler...On commence par Jalal, auquel nous souhaitons la bienvenue, parmi les auditeurs et internautes de la radio francophone iranienne, et dont nous lisons ici une petite analyse. A une actualité portant sur «La demande de Bachar al-Jaafari à la communauté mondiale», Jalal nous a écrit :
- Malheureusement, tous les peuples du Moyen-Orient ne sont organisés, pour dénoncer, en masse, les deux poids et deux mesures des "instances internationales", et, à leur tête, l'ONU. Les peuples de Turquie, de Jordanie devraient faire, comme les peuples d'Irak, du Liban et de l'Iran, pour exprimer, en masse, leur désaccord avec la politique criminelle d'agression contre la Syrie. D'Algérie, j'exprime ma protestation contre les agissements du gouvernement de Turquie et contre la position injuste du Conseil de sécurité, et pour son laisser-faire vis-à-vis de la Syrie.
- Merci cher ami et bonne navigation, sur les pages Web de la Radio ! Des «comments» d'internautes, nous en recevons beaucoup ; voici, à titre d'exemple, la réaction d'un autre nouvel internaute, répondant au nom de Schedir, à un titre d'actualité, façon interrogative : «Paris souhaite-t-il le démembrement de la Syrie ?», et Schedir, y répond par une autre question, formulée de cette façon :
- Mobilisation contre Daesh, quand on sait maintenant qu'il est soutenu par les Occidentaux? (et il continue) ? Cessez donc de vous moquer du monde, Français et vos compagnons d'aventure. On sait maintenant que Daesh est maintenu par les Occidentaux! (...)
- Merci de votre message Schedir et à la toute prochaine fois. Et pour terminer, saluons une fidèle auditrice de longue date, notre amie Hadassah Boreman, qui a eu l'amabilité de nous adresser ces quelques mots :
- Je me réjouis de recevoir un mail de la part de l'IRIB. (De rien, Mme Boreman !) Je souhaite que la nation iranienne réussisse à rester dans les pas de l'Imam Khomeyni, afin de pouvoir surmonter toutes les difficultés des ennemis, avec l'aide du Tout-Puissant et de votre Guide suprême, l'Ayatollah Ali Khamenei, qu'il soit en bonne santé et béni par la sagesse. Que le feu de la Révolution islamique vous anime !
- Chère Hadassah, vos mots d'amitié et de solidarité nous vont droit au cœur. Et nous vous savons gré d'avoir fait preuve d'une si grande fidélité, au fil des années, envers Radio Téhéran, en langue française. Encore, merci ! Acceptez nos meilleurs vœux de paix et de santé et à la prochaine fois!
..............................................................
- Beaucoup de touristes, qui ont voyagé, en Iran, auraient pu utiliser, au moins, une fois, les lignes ferroviaires, et dans cette même édition, on a, déjà, parlé des tournées se faisant, entièrement, à bord de trains de luxe européens, qui passent par le vaste territoire iranien. Le voyage, par train, est à l'honneur, aussi et surtout, dans l'émission d'aujourd'hui, car on va parler, brièvement, de l'historique des chemins de fer, en Iran.
- Les antécédents de l'installation des lignes ferroviaires, en Iran, remontent à il y a presque 130 ans. Depuis, et surtout après la victoire de la Révolution islamique, on a été témoin de progrès considérables, dans le sens de développement de ces lignes de transport stratégiques.
- L'histoire de la construction et de l'exploitation de la première ligne de chemin de fer, en Iran, remonte, en fait, à 1886, marquée par l'installation de lignes ferroviaires entre Mahmoud Abad et Amol, dans la province du Mazandaran, au Nord. Au départ, ce projet était censé continuer, jusqu'à Téhéran, mais à cause des atermoiements des sociétés belges, partenaires du projet, le plan a échoué et a été remplacé par le projet de l'installation du télégraphe.
- En 1882, (1262 de l'hégire solaire), une ligne de tramway avait été retracée, quand même, entre Téhéran et Shah Abdol Azim, un sanctuaire chiite, à Rey. D'une longueur de 8.700 mètres et d'une largeur d'un mètre, cette ligne a été construite par un Français, mais le projet fut confié, plus tard, à un Belge.
- Le 9 novembre 1890, le Roi Nassereddin Shah Qâdjâr signa un accord avec la Russie tzariste, qui empêchait l'Iran de pouvoir construire des chemins de fer, jusqu'à 10 ans. Cette restriction a été reconduite, en décembre 1899, avec un manuscrit de Mozaffareddin Shah, pour 10 ans de plus, conformément à un prêt de 60 millions de Francs venant de la Russie.
- Plus tard, en 1918, une ligne ferroviaire d'une longueur de 60 km, a été retracée par les Anglais, de Bouchehr à Borazjan, au Sud. Cette ligne avait plutôt une fonction militaire, mais facilitait, à la fois, l'importation des marchandises britanniques, depuis le port de Bouchehr.
- On peut dire, en gros, que le premier itinéraire des lignes ferroviaires, qui s'emploient, encore, de nos jours est la ligne Tabriz-Jolfa, dont l'exploitation remonte à 1920. Après que le Ministère des Routes se fut chargé, à l'époque de Reza Shâh, de compléter les lignes de chemin de fer, deux autres lignes, à savoir, la ligne Garmsâr-Mashhad et la ligne Téhéran-Tabriz se sont ajoutées, en 1945 et 46, au réseau de chemin de fer iranien. Les travaux de construction et de développement se sont poursuivis, en dents de scie, mais après la Révolution islamique de 1979, ce domaine a enregistré des progrès plus perceptibles.
- Avec 8.442 km de ligne ferroviaire, l'Iran occupe, actuellement, la 25ème position mondiale ; ce score place le pays dans un rang supérieur à la Hongrie, au Pakistan et au Chili, et inférieur à Cuba, à la Turquie et à la République tchèque, tandis que les Etats-Unis, avec 224.792 km, disposent des plus grands chemins de fer et le Liechtenstein, des plus petits, au monde, avec, seulement, 9 km de lignes ferroviaires.
..............................................................

Une fleur bénéfique, pour le tourisme iranien !
- On la trouve, aussi bien sur les chapiteaux des colonnes de l'architecture sassanide, qu'au musée Tâq Bostân, à Kermânchâh, dans les bas-reliefs montrant le roi sassanide. La légende dit que cette fleur a été témoin d'une tragédie, lorsque le héros de la mythologie persane, Siâvosh, fut assassiné par Garsivâz. C'est pourquoi cette fleur a la tête penchée, pour verser, lentementn des armes, et pleurer l'innocence de Siâvosh.
- Il s'agit d'une fleur, qui s'appelle, en persan, «Lâle-ye Vâjgun» ou «Lâle-ye Negunsâr». Dans le lexique botanique, on l'appelle «Fritillaire impérial», une fleur d'une beauté exceptionnelle, de couleur rouge, que les persans appellent, aussi, «Ashk-e Maryam» ou «Lâley-e Ashk», (Tulipe de larme), et cette larme est, en fait, une sève incolore amassée à l'intérieur de la fleur, qui la verse, parfois, vers le bas.
- En Iran, les plaines de Fritillaire impérial sont répandues plutôt, dans la province de Chahar Mahaal et Bakhtiari. Mais on en trouve, également, dans les régions montagneuses de Kermânchâh et d'Ilâm, mais aussi, dans l'Ouest de la province d'Ispahan et à Aligoudarz, une ville de la province du Lorestan, limitrophe de la province d'Ispahan. Mais, malheureusement, une grande partie des plaines de Fritillaire impérial a été détruite, ces dernières années ; sinon, où qu'elle se trouve, encore de nos jours, cette fleur reste, à elle seule, une belle attraction touristique des régions iraniennes, qui attire beaucoup de touristes, chaque année, et pour en profiter, votre voyage, en Iran, doit être prévu, en avril...
..............................................................

- Chers auditeurs, notre émission se termine ici. N'oubliez pas que vos suggestions et critiques, sur tout le contenu Web ou Ondes Courtes de la radio francophone iranienne, seront les bienvenues. Suivez les différentes pages de la Radio, sur Facebook, et n'hésitez pas à y réagir ! Au revoir !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir