This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
samedi, 21 février 2015 13:23

Spécial Auditeurs du 22 février 20215 (1ère partie)

IRIB- Au menu de cette émission : Un peu d'Ispahan, au cœur de Vienne ! Exposition internationale du Tourisme, à Téhéran - Les Iraniens à la Berlinale 2015, plus, la messagerie
- Bonjour et bienvenus à une nouvelle édition du Spécial Auditeurs, programme, qui vous est, entièrement, consacré. Comme d'habitude, nous lirons, d'abord, vos messages, et vous parlerons, ensuite, de divers sujets touchant la civilisation, l'histoire et la culture iraniennes. On s'intéressera, aussi, à la vie de la société iranienne, au rythme des importants événements ou évolutions du jour, que ce soit de la culture, du sport, des sciences ou autres, ayant un rapport quelconque avec l'Iran ou les Iraniens. Et quant à l'émission d'aujourd'hui, elle vous parlera des traces de l'architecture orientale, en Occident, d'une l'exposition sur le tourisme et de l'actualité du cinéma. Restez avec nous.

..........................................................

On va, donc, commencer le programme, par une revue de vos lettres, mails, messages ou petits commentaires. Voyons quel est le premier message d'aujourd'hui :
- «Un journaliste italien appelle Kerry et Ban Ki-moon à convaincre l'Algérie d'intervenir, au Proche-Orient». Ce titre d'actualité a fait réagir notre internaute Allouche, qui nous a écrit ce premier message de l'émission d'aujourd'hui, en ces termes :
- Que le monde arabo-musulman se décide, une bonne fois pour toutes, à mettre un terme à l'hégémonie sioniste, sur la planète.
- Ravis de vous relire Allouche et à la toute prochaine fois. Le message suivant vient d'un autre internaute Ettaieb, qui a réagi à un titre d'actualité qui disait : «L'Iran et l'Algérie signent le nouveau document de coopération». Voici ce qu'en pense Ettaieb :
- Bonne initiative, de la part de l'Algérie. L'Iran est un partenaire sérieux, discret et compétent, dans beaucoup de domaines.
- Merci Ettiaeb de votre assiduité à suivre l'actualité du jour, à travers la radio francophone iranienne. Et pour fermer la page de la messagerie de cette émission, voyons ensemble le petit commentaire qu'un autre fidèle internaute, Grandloup74, nous a écrit, en réaction au titre disant : «Quand Athènes défie Israël...». Et voici ce qu'il nous en dit :
- Il est regrettable que, seul, ce parti grec soit lucide ! Il reste évident que la politique de massacre israélienne doit être dénoncée et combattue. On ne peut prétendre "être Charlie " et laisser massacrer des peuples entiers, au nom d'idéologies douteuses, sans protester et le dénoncer haut et fort. Une fois de plus, que font les journalopes accrédités ? Où sont leur conscience et leur déontologie ?
- Merci, Grandloup74, de votre fidélité à la radio francophone de l'IRIB, et à la prochaine.

..........................................................

Un peu d'Ispahan, au cœur de Vienne !!
- Se trouver face à un bâtiment style oriental, et, surtout, iranien, en pleine capitale d'Autriche, serait, sans doute, une expérience intéressante ! Cela faisait l'objet, récemment, des paroles de l'orientaliste autrichien, Markus Ritter, devant la conférence «Ispahan, à Vienne» !
- Il s'agit, en fait, de l'Usine Zacherl (Zacherlfabrik, en allemand), construite au 19ème siècle, dans le style architectural d'Ispahan. «L'utilisation de l'architecture orientale et iranienne, en Occident du 19ème siècle, relève d'une sorte d'échange culturel, qui se serait effectué, à l'époque», affirme le Professeur Markus Ritter.
- «A quel moment du 19ème siècle, exactement, l'architecture, style d'Ispahan, a pris de l'importance, en Europe, et pourquoi le propriétaire de cette usine avait-il préféré la construire, dans le style iranien ?» Telles sont les questions auxquelles l'orientaliste autrichien, Markus Ritter, a tenté de répondre.
- «Dans cette usine, on remarque les traces d'une architecture, style Mosquée Imam d'Ispahan», affirme Marjus Ritter, qui précise, ensuite, que, dans le bâtiment de l'usine Zacherl, on a utilisé, en réalité, deux styles d'architecture, iranien et d'Andalousie : le premier, au niveau de la façade extérieure du bâtiment, et le deuxième, dans la salle des machines et les espaces intérieurs. «La façade à l'iranienne constitue, pourtant, une partie importante du bâtiment, illustrant, ainsi, une image de l'architecture orientale passée par la mentalité européenne», ajoute l'orientaliste, pour dire que le plan de cette construction est, complètement, européen.
- «Le propriétaire de cette usine, qui s'occupait du commerce entre les pays, comme l'Afghanistan, la Géorgie et l'Europe, faisait entrer une sorte de boue, depuis l'Orient, en Occident ; à partir de boue séchée, on fabriquait, à l'époque, une matière insecticide, qui s'employait dans la préservation du tapis», toujours, selon le Professeur Markus Ritter, qui préside l'Institut d'«Histoire des Arts» de l'Université de Vienne.
- «Cette usine ressemble plutôt aux villas luxueuses de son temps ; une fois devenu riche, son propriétaire l'aurait construite, pour se faire remarquer», ajoute l'orientaliste.
- L'usine Zacherl est, donc, une ancienne usine, dans le 19ème arrondissement de Vienne, Döbling. Selon les encyclopédies en ligne, le bâtiment de l'usine et ses jardins étaient vides, depuis plusieurs décennies, jusqu'à ce qu'en 2006, Veronika et Peter Zacherl, en coopération avec le fonds d'art jésuite, ouvrent l'ancienne usine, pour des projets artistiques. Depuis lors, des expositions et des soirées de musique ont lieu, dans le bâtiment, chaque été.

..........................................................

La 8ème exposition internationale du tourisme, à Téhéran
- La 8ème exposition internationale du tourisme et des industries concernées a ouvert ses portes, jeudi 12 février, à Téhéran.
- Cette exposition a été conçue, dans le cadre de l'un des principaux principes et objectifs du développement de l'industrie du tourisme ; cet objectif consiste à transformer l'Iran en un foyer d'attractions variées, faisant valoir la nature, la culture, la civilisation et l'artisanat, à l'échelle régionale et internationale, afin d'absorber, ainsi, les investissements, dans les projets de tourisme iraniens.
- Les expositions de ce genre permettent aux professionnels du tourisme des secteurs privé et étatique et aux opérateurs de tours iraniens et étrangers de se rencontrer, dans un climat approprié. Offrir aux visiteurs des «paquets de voyage», pour les vacances d'été et de printemps, et présenter les potentialités touristiques, culturelles et artistiques des différentes provinces iraniennes, font, également, partie des programmes prévus dans le cadre de cette 8ème exposition internationale du tourisme, qui a eu lieu, du 12 au 15 février, à Téhéran.
- Environ, 2.000 sociétés iraniennes et étrangères, ainsi que plusieurs pays du monde, tels que l'Allemagne, la Turquie, la Malaisie, Chypre, l'Italie, l'Autriche, les Pays-Bas, la Suisse, l'Espagne et la Grande Bretagne, ont participé aux différentes éditions de cette exposition.

..........................................................

Deux prix, pour le cinéma iranien, à la Berlinale 2015
- La Berlinale 2015 a réservé deux prix aux cinéastes iraniens. Le «Taxi» de Jafar Panahi a gagné le prix FIPRESCI du Festival du film de Berlin de cette année 2015.
- De même, le film d'un autre réalisateur iranien, Hamed Rajabi, «Paridan az ertefa'e kam» «A Minor Leap Down», qu'on pourrait traduire en français, «sauter d'une petite hauteur», a obtenu le prix de la section Panorama de la Berlinale 2015. Ce film raconte l'histoire d'une femme enceinte de 4 mois. Elle découvre, soudainement, que son embryon est mort, et décide de n'en parler à personne...
- On reste dans le thème de cinéma, avec un bref aperçu des résultats du 33ème Festival international du Film de Fajr, qui a fermé portes, le mercredi 11 février. «La tour folle», réalisé par Abol Hassan Davoudi, en remportant quatre Simorgh principaux, a été le grand gagnant du festival. «La Tour folle» raconte l'histoire de jeunes qui se connaissent par un rendez-vous sur Internet ; ils se voient impliqués, dans un événement très compliqué et très angoissant, à la suite d'une blague et d'un pari. Un événement, qui engendrera pour eux une nouvelle conception de la vie et de la société.
- Dans la catégorie Art et Expérience, l'Outre-Tombe, (Rouz-e Mabada) de Faezeh Azizkhani et «L'Homme qui est devenu cheval» de Amir-Hossein Saqafi, ont obtenu, respectivement, les statuettes de meilleur film et de meilleure réalisation.
- Dans la catégorie Regard Neuf, le Simorgh en cristal de la meilleure réalisation de film est allé à «Sans Frontière» de Amir-Hossein Asgari, tandis que le «Mercredi, 19 Ordibehesht», produit par Mohamad-Hossein Lotfi, a été désigné meilleur film de cette catégorie.
- Le Simorgh en cristal de meilleur cinéma de la catégorie, Quête de Simorgh, a été décerné à Roya Mohaqeq, pour avoir écrit «Le Temps des Amours».
- Baran Kothari a gagné le Simorgh en cristal de la meilleure actrice, pour son rôle dans «La Ruelle sans nom», tandis que Houman Seyyedi a remporté le Simorgh en cristal de meilleur acteur, dans un second rôle, pour son interprétation, dans un film, qui s'appelle «Je suis Diego Maradona».

..........................................................

- Ici s'achève cette édition du spécial Auditeurs. On se donne rendez-vous, très, très prochainement, pour un autre volet de l'émission. A la toute prochaine fois.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir