This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 05 février 2015 08:20

Spécial Auditeurs du 2 février 2015, (2ème partie)

IRIB- Au menu de cette émission : A la mémoire d'un poète et compositeur au zèle nationaliste !
Un Iranien aide à la découverte de l'alphabet électrique du cerveau ; plus, la messagerie...

...................................................................

- Bonjour et bienvenus à cette émission du Spécial Auditeurs, programme, qui vous est présenté en deux volets, chaque semaine. Revue de vos messages et des sujets culturels, comme toujours, au menu de cette émission. Et quant à cette émission, elle vous parlera d'un poète compositeur iranien de l'époque de la révolution constitutionnelle et d'une nouvelle découverte en neuroscience, qui implique, aussi, un Iranien. Restez à l'écoute !
...................................................................

- Comme à l'accoutumée, le programme commence par la revue de vos lettres, mails, messages ou commentaires. Merci, avant tout, à tous nos chers auditeurs ou internautes, qui nous écrivent leurs opinions, et c'est parti pour le premier message d'aujourd'hui :

- " Yémen : Abdelmalek al-Houthi, Nasrallah "bis"?" Ce titre a fait réagir un internaute, répondant au nom de Loulou2015, qui l'a commenté, ainsi, dans son message :

- Cette nouvelle année promet de gros problèmes, pour les gouvernements de l'Ouest. Condoléances aux familles des martyrs.

- Et nous vous disons bienvenu au club des internautes et auditeurs de Radio Téhéran, version française. Place au message suivant, celui que notre internaute Georges nous a écrit, pour commenter le titre qui disait : «Pourquoi Israël a-t-il tué un général iranien? Reuters répond». Et voici ce qu'il en pense :

- Israël veut mettre le Hezbollah au pied du mur. Israël teste la résistance, en allant de plus en plus loin, et continuera, jusqu'à que le Hezbollah réponde. Le dernier discours de Nasrallah était, pourtant, clair, quant aux agressions israéliennes ...

- Merci Georges et ravis de vous lire, à propos du contenu Web du site de la Radio. Passons au message suivant qu'un internaute, avec VV, pour identifiant, nous a écrit, pour réagir au à un titre d'actualité, qui disait : «Les navires de guerre israéliens, en Méditerranée!» Voici ce qu'il nous en dit :

- Les champs gaziers palestiniens et libanais, précisions!

Qui pille, qui corrompt la justice, qui est partial, qui est opportuniste, qui spécule sur le gaz qatari, pompé sur les nappes iraniennes, et sur le gaz palestinien et libanais?
Ne doutons pas que les conflits actuels de l'OTAN avec la Russie reposent sur les prévisions du pillage du gaz libanais, iranien et palestinien! D'où le fait qu'une guerre durable va se mettre en place et qu'elle s'importera, en Occident! L'OTAN n'a rien de pacifiste (...)

- Merci VV et à la toute prochaine fois. Et le dernier message que nous lisons, aujourd'hui, c'est un commentaire, à propos de l'émission Persan sans peine, qui est diffusée par la radio. Une internaute ou auditrice, qui se dénomme DURAFFOURD, nous a écrit :

- Je suis française et avais commencé à étudier le persan, en autodidacte, sans, réellement, faire de progrès. J'ai découvert ces cours, il y a un peu
plus d'une semaine, et je les trouve très bien faits. Je progresse bien plus rapidement. Oui, les phrases sont lues rapidement, mais on s'y habitue, et c'est comme ça, dans "la vraie vie". Donc : bravo pour vos cours.

- Bravo et bonne continuation à vous, chère amie, et bienvenue, parmi les auditeurs et internautes de la radio francophone iranienne !

...................................................................

Aref Qazvini, poète et compositeur de l'époque de la révolution constitutionnelle

- Le 1er ou le 2ème jour du mois Bahman, (21 ou 22 janvier) marque, dans le calendrier iranien, l'anniversaire de la mort, cette année, il y a 80 ans, d'un poète et compositeur de renom, Aref Qazvini, un artiste, qui, par ses œuvres, a marqué un rôle important, dans l'histoire du courant constitutionnel, en Iran.

- Né en 1882, (1261 de l'hégire solaire), à Qazvin, Abolghassem Aref Qazvini fut le fils du poète et fonctionnaire religieux, Molla Hadi Vakil. Les premières bases de formation musicale furent fondées en lui par Hadj Sadeq Kharrazi, ce dont l'artiste s'est beaucoup servi, plus tard, dans la création de chansons.

- Suite à un mariage pas réussi à un jeune âge, Aref Qazvini s'installa, pour un certain temps, à Rasht, au Nord, avant de retourner, de nouveau, à Téhéran. Divorcé, Aref ne se maria plus jamais de sa vie, qu'il consacra, à cette époque-là, à chanter les Tasnifs, une forme de musique traditionnelle persane.

- La belle voix et le contenu différent des poèmes d'Aref Qazvini ne passèrent pas inaperçus aux oreilles du roi qâdjâr Mozaffaredin Shâh, qui l'invita, alors, à la cour royale. Cela contredisait l'esprit de liberté, chez Aref, pour qui beaucoup de problèmes de la société iranienne de l'époque puisaient leur racine, dans la vision unilatéraliste imposée par le roi.

- Par contre, Aref se rapprocha du mouvement constitutionnel. Avec Aref Qazvini, ses contemporains ont pu connaître une poésie politique et une musique engagée, qui ont, largement, contribué à la victoire de la révolution constitutionnelle. A travers ses poèmes inspirés d'un fort sentiment de nationalisme, Aref soufflait de l'espoir et de l'enthousiasme, dans l'âme des combattants de la voie de la liberté, à une époque, où l'Iran était aux prises avec d'innombrables évolutions politiques, dont le mouvement de Tabriz et les pressions des puissances arrogantes, comme la Russie et l'Angleterre.

- Cette situation agitée perdura, jusqu'au début de la Première Guerre Mondiale. Trop occupées, sur les champs de bataille, les puissances lâchèrent, alors, un peu, les pressions sur l'Iran. Cela permit aux combattants pour la liberté de reprendre souffle et de se soulever contre la tyrannie. Cette période coïncidait au court règne d'Ahmad Shâh Qâdjâr, contre qui plusieurs émeutes se déclarèrent, un peu partout, dans le pays.

- Naturellement, l'esprit de liberté, très présent dans la personnalité d'Aref Qazvini, lui coûta cher : il était obligé de se déplacer et de ne pas rester longtemps, dans une même ville, pour être à l'abri des intimidations de l'Etat.

- Aref s'installa, donc, à Boroujerd, à Arak, à Bagdad, et même, à Istanbul. Vers la fin de sa vie, il se rendit à Hamadan, dans l'Ouest iranien, pour guérir de sa maladie de larynx, dont il ne se rétablit jamais. Il reste, donc, à Hamadan, y passant le reste de sa vie, dans une maison ancienne.

- Plus tard, en 1312, (1934), Aref Qazvini décéda. Son corps fut inhumé, à Hamadan, près du tombeau d'Avicenne. On pourrait dire qu'Aref Qazvini a connu une renommée plutôt posthume. Ses poèmes et chansons ont été chantés par ses contemporains, mais aussi, par les chanteurs des générations suivantes, comme Abdollah Davami.

...................................................................

Nouvelle découverte sur l'alphabet électrique du cerveau

- Avec l'aide de ses collègues à l'école internationale pour les recherches avancées, (International School for Advanced Studies, (SISSA), de Trieste et de l'Institut Italien de Technologie, (IIT), de Rovereto, le scientifique iranien, Houman Safaï, a réussi à démontrer que l'alphabet électrique du cerveau est un mélange de taux et de minutage précis des impulsions électriques.

- Selon l'agence estudiantine iranienne, ISNA, cette étude montre que le système nerveux dispose d'une langue "multicanal", qui construit le code neural ou l'alphabet de traitement d'information dans le cerveau. Les signaux nerveux sont constitués de séquences d'impulsions électriques, (les «pointes»), qui se déplacent, le long des canaux de communication ou circuits neuronaux.

- Selon les résultats des études effectuées par Houman Safaï et ses collègues, publiés dans la revue "Current Biology", le minutage des pulsions serait d'un impact plus important que le taux des pulsions. En outre, ces deux codes se complètent, mutuellement, pour former un message plus informatif.
...................................................................

- Chers auditeurs, notre émission se termine ici. N'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions et critiques, sur tous les programmes diffusés par notre radio. Avant de se dire au revoir, je rappelle, aussi, que vous pouvez suivre les pages Radio Francophone, Palestine libre, Afrique IRIB, Islam IRIB et Culture iranienne, sur Facebook. Vous y trouverez des sujets intéressants auxquels vous pourrez réagir. Et n'oubliez pas, vous pouvez nous proposer des sujets culturels touchant l'Iran ou votre propre pays. Au revoir !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir