This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mardi, 20 janvier 2015 10:17

Spécial Auditeurs du 18 janvier 2015, (1ère partie)

IRIB- Au menu de cette émission : A la mémoire d'un grand réformateur de l'histoire iranienne ! Actualité du cinéma, plus, la messagerie...

- Bonjour et bienvenus à une nouvelle édition du Spécial Auditeurs, programme, qui vous est, entièrement, consacré. Comme d'habitude, nous lirons, d'abord, vos messages, et vous parlerons, ensuite, de divers sujets touchant la civilisation, l'histoire et la culture iraniennes. On s'intéressera, aussi, à la vie de la société iranienne, au rythme des importants événements ou évolutions du jour, que ce soit de la culture, du sport, des sciences ou autres, ayant un rapport quelconque avec l'Iran ou les Iraniens. Et quant à l'émission d'aujourd'hui, nous allons parler d'une figure marquante de l'histoire iranienne et de cinéma. Restez avec nous.

...................................................................

- On va, donc, commencer le programme, par une revue de vos lettres, mails, messages ou petits commentaires. Voyons quel est le premier message d'aujourd'hui.

- Le premier message d'aujourd'hui vient de notre internaute Reuche, qui, pour commenter le titre disant : «L'échec de Daesh commencera, en Irak", (Hachemi Rafsandjani)», nous a écrit :

- L'échec de Daesh a commencé, en Syrie! Depuis 2011, avec la complicité de l'Occident, il casse ses dents de "rat" contre le peuple SYRIEN! L'IRAK doit le détruire, comme le fait la SYRIE...

- Ravi de vous relire Reuche, et à la toute prochaine fois. Le message suivant vient d'un internaute, qui se présente comme étant Boufedji. Et voici son commentaire, pour réagir au titre d'actualité, qui disait : «L'Arabie et le Venezuela se mettent d'accord, sur le rehaussement du prix du pétrole» !

- «L'Arabie saoudite est prisonnière des accords secrets passés avec les USA ; elle est un peu responsable de la chute des prix du pétrole».

- Merci Boufedji et bienvenu au club des internautes et auditeurs de la radio francophone iranienne. Et pour fermer la page de la messagerie de cette émission, lisons les quelques mots que notre internaute Djamel a écrit, pour commenter le titre qui disait : «France: un danger plus grand que le terrorisme, par Abdel Bari Atwan» ; et voici ce qu'en pense Djamel :

- La vérité cachée est que cet événement "Charlie Hebdo" n'est qu'une atteinte supplémentaire porté aux Musulmans...

- Merci Djamel et bonne lecture, sur les pages Web de la radio francophone iranienne, et bonne écoute, aussi, sur ses ondes courtes !

...................................................................

A la mémoire d'un grand réformateur de l'histoire iranienne

- Le 20ème jour du mois de Dey marque, dans le calendrier iranien, le jour anniversaire de la mort en martyr d'«Amir Kabir», qui remonte à l'an 1230 de l'hégire solaire. Ce jour est tombé, cette année, le 10 janvier, et nous avons trouvé intéressant de parler, dans cette émission, de cette grande personnalité de l'histoire iranienne.

- Mirza Taghi Khan Farahani ou Amir Kabir est parmi les personnalités les plus fortes marquant l'histoire iranienne. Son esprit de réformateur et son amour profond de la liberté, de l'indépendance et de l'autorité de la nation musulmane iranienne, répondirent à l'appel au secours du peuple opprimé, à une époque de l'histoire, où toute la grandeur et toutes les richesses du pays risquaient de tomber entre les mains cupides et malsaines du colonialisme et de l'Arrogance, tandis que la cour royale corrompue et les hommes politiques stipendiaires ne faisaient même plus aucun effort, pour dissimuler leur impertinence et leur asservissement envers l'Est ou l'Ouest.

»Amir Kabir ou Mirza Taghi Khan Amir-Nezam, (19ème siècle), qui devint le chancelier de l'empire Perse, sous le règne de Nasseredin Shah, est né à Hazâveh, à proximité d'Arak. Son père, Karbalaï Ghorban, était cuisinier, au service du chancelier Gha'em-Magham Farahani, ce qui permit à Mirza Taghi Khan d'apprendre le fonctionnement de la cour.

- Amir Kabir a été envoyé auprès de l'empire ottoman, en tant que représentant de la Perse, aux cours des négociations visant à mettre fin aux centaines d'années de guerre entre les deux empires. Il a, aussi, aidé Nasseredin Shah à monter sur le trône, ce pour quoi le Shâh le fit chancelier et lui donna sa propre sœur en mariage.

- Amir Kabir fut à l'origine de vastes réformes, à la cour royale, et dans la société iranienne de son temps. Selon les documents historiques, les dépenses du gouvernement furent, fortement, réduites, pendant son gouvernement, et une distinction fut établie entre les possessions publiques et privées. De plus, Amir Kabir diminua les ingérences des puissances étrangères, dans les affaires domestiques de l'Iran. Cela a engendré la colère des puissances étrangères, qui lui proposèrent, à plus d'une reprise, des pots de vin qu'Amir Kabir n'hésita pas à refuser.

- Amir Kabir a mis en place de nombreuses réformes. Il a beaucoup travaillé, pour faire prospérer l'agriculture et l'industrie, en Iran du 19ème siècle. Son rôle fut aussi grand, dans le sens du rehaussement du niveau de la santé publique, dans la société iranienne de son temps. En outre, il fonda l'école Dar-ol Fonoun, la première Université iranienne, inspirée du modèle européen. Il contribua à la fondation du premier journal iranien, à très grand succès, à savoir, Vaghaye-e etefaghiyeh, (les événements), et diminua, considérablement, les salaires que les membres de la famille royale recevaient du trésor national, ce qui poussa ceux-ci, menés par la mère du Shâh, Mahd Olia, à inventer des accusations contre lui. Ces derniers ont convaincu le Shâh de démettre Amir Kabir de ses fonctions et de l'envoyer en exil, à Kashan, (la capitale du royaume étant Téhéran).

- L'ambassade russe aurait offert un refuge, en Russie, à Amir Kabir, ce qu'il aurait refusé. Une version historique nous apprend que, plus tard, à un moment où le Shâh était ivre, la mère du Shâh et Mirza Agha Khan Nouri, un homme d'Etat très proche de Mahd Olia et très hostile à Amir Kabir, réalisent leur vilain complot et arrachent des mains du souverain, et cela, par l'intermédiaire d'une femme, parmi ses préférées, le décret royal d'assassinat de l'ex-chancelier.

- Cet ordre fut, promptement, exécuté, dans les bains du jardin de Fin, (Bagh-e Fin), près de Kashan, avant que le Shâh ne puisse l'annuler. Amir Kabir, en toute connaissance de cause, accepta, sans résistance, l'ordre impérial. Il demanda, simplement, de choisir de quelle manière il serait exécuté. Ce qui fut accepté. On lui coupa les veines. L'Université de Technologie Amir Kabir de Téhéran porte, aujourd'hui, son nom.

...................................................................

Actualité du cinéma

- «La Grenade est le fruit du paradis», le film du réalisateur iranien, Teymour Ghaderi,  a reçu la statuette du meilleur film, au Festival du film de Yılmaz Güney, en Turquie, plus, un prix en argent de 3.000 dollars. Ce film avait, déjà, récolté des prix, à divers festivals cinématographiques, comme en Suède, en Corée du Sud et au Portugal. Tournant autour des thèmes socioreligieux, ce film traite des rêves et des jeux des enfants d'un village isolé.

- De même, le film «Le Poisson et le Chat» de Shahram Mokri a été désigné meilleur film de la catégorie "fiction" du Festival des films iraniens, à Prague, en République tchèque.

- Mokri a réalisé «Le Poisson et le Chat», en s'inspirant de la forme narrative des Mille et une nuits, des peintures de Maurits ESCHER, dessinateur et graveur hollandais, et des cinéastes, qui ont brisé les structures courantes, pour inventer de nouvelles formes de narration. Le film raconte l'histoire d'un groupe d'étudiants, qui vont lancer leurs cerfs-volants, dans une forêt vierge du Nord iranien. Aux alentours de leur camping, ils remarquent des individus bizarres et sont témoins d'événements mystérieux. Il s'agit, donc, d'un drame de suspens et de frisson, qui a su gagner, jusqu'ici, pas mal de prix internationaux...

...................................................................

- Ici s'achève cette édition du spécial Auditeurs. On se donne rendez-vous, très, très prochainement, pour un autre volet de l'émission. A la toute prochaine fois.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir