This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 29 décembre 2014 08:01

Spécial Auditeurs du 28 décembre 2014, (1ère partie)

IRIB- Au menu de cette émission : Je suis tombée amoureuse de ce pays ! (Monica Byrne), Un nouvel album de musique traditionnelle persane enregistré en France, plus, la messagerie...

- Bonjour et bienvenus à une nouvelle édition du Spécial Auditeurs, programme, qui vous est, entièrement, consacré. Comme d'habitude, nous lirons, d'abord, vos messages, et vous parlerons, ensuite, de divers sujets touchant la civilisation, l'histoire et la culture iraniennes. On s'intéressera, aussi, à la vie de la société iranienne, au rythme des importants événements ou évolutions du jour, que ce soit de la culture, du sport, des sciences ou autres, ayant un rapport quelconque avec l'Iran ou les Iraniens. Et quant à l'émission d'aujourd'hui, nous allons parler de l'émerveillement d'une écrivaine  américaine, qui a publié, sur la Toile, les impressions exaltantes qu'a suscitées un voyage, en Iran, mais aussi, très brièvement, de la musique. Restez avec nous.

............................................................

- On va, donc, commencer le programme, par une revue de vos lettres, mails, messages ou petits commentaires. Voyons quel est le premier message d'aujourd'hui.

- Le premier message d'aujourd'hui vient d'Amadou Diallo, Directeur de l'Agence "Djannatou Ahlil Baït"

Bamako, (République du Mali), qui a eu la gentillesse de nous écrire ces mots d'amitié :

- Salâm! Merci pour tout le travail que vous faites au service de l'Islam.

- Et nous vous disons, nous aussi, merci à vous et bienvenu au club des internautes et auditeurs de la radio francophone iranienne. Le message suivant, c'est celui de notre internaute Hachem, qui l'a écrit, pour commenter le titre disant : «Khodorkovski s'est dit prêt à prendre la tête d'un gouvernement de transition, en Russie», et Hachem de nous en dire :

-Paris, Dakar, Washington, Oujda, Tel-Aviv et Ouarzazate ont besoin de gouvernements de transition. Qu'attend-t-ils pour s'y présenter ?

- Et pour fermer la page de la messagerie de cette émission, voici le message envoyé par Manseri Latifa, en réaction au titre qui disait : «Les USA jalousent les succès des autres et se félicitent de leurs revers, (Rogozine)». Il en va, ainsi, de son petit commentaire :

- L'Occident n'aime pas qu'on lui ressemble. Il aime qu'on lui obéisse.

- Merci à Latifa, à Hachem, et à tous les autres internautes ou auditeurs, qui nous font profiter de leurs opinions.

............................................................

Iran, une fleur que nous contemplions de loin...

- Monica Byrne est une romancière et dramaturge newyorkaise. Son premier roman, «The Girl on the road» (La fille, sur la route), est paru en mai 2014. Monica est, aussi, une blogueuse active, qu'elle se trouve aux Etats-Unis ou ailleurs, dans le monde.

- Il y a peu de temps, Monica Byrne est venue, en Iran, pour apaiser sa soif de longue date de connaître ce pays ancien. Après cette visite de 30 jours, en Iran, elle a publié, dans l'espace virtuel, les beaux souvenirs et les impressions intéressantes qu'elle garde de cette rencontre inégalable avec l'Iran et les Iraniens. Loin des jugements politiques, elle raconte sa passion, pour les attractions touristiques, le poète persan, Hafez, le peuple et les gourmandises iraniens, et déplore, même, l'absence de connaissances et les idées plutôt négatives que certains dans son pays se font, à propos de l'Iran et des Iraniens.

- Le petit carnet de voyage un peu particulier de Monica Byrne, sur son un mois de séjour, en Iran, a été publié par le site web LeBlog. Nous l'avons trouvé intéressant et vous présentons, dans cette émission, la version française presque complète, qui, d'ailleurs, nous oblige à en garder la moitié, pour la prochaine émission. Restez, donc, avec nous. Cette jeune écrivaine américaine, passionnée de l'Iran, aura des choses intéressantes à nous raconter.


- ''Avant de me rendre, en Iran, je ne voulais pas lire quoi que ce soit, sur ce pays, certes,  rien d'écrit ou diffusé par les médias du courant dominant américain, qui montrent, souvent, une caricature absurde de l'Iran. Je voulais y arriver avec un cœur ouvert.

- Mais je savais que le fait d'avoir un cœur ouvert ne signifiait pas, forcément, être un esprit ignorant. D'ailleurs, je ne prétendais pas avoir plus qu'une connaissance superficielle des relations irano-américaines. Je ne veux pas passer sous silence les erreurs des deux pays. J'étais juste un écrivain, avec mes motivations à moi: le voyage est essentiel, pour ma carrière d'écrivain, et j'ai des amis iraniens, en Amérique, qui se passionnent, pour leur patrie, ce qui m'a rendu curieuse; et pour leur bien et le mien aussi, je veux la réconciliation entre nos deux pays. Et ce n'est pas une petite tâche, bien sûr. Pas quand les gens des deux pays ont travaillé, pour atteindre cet objectif, depuis que la révolution de 1979 a renversé un monarque pro-américain, en Iran, et l'a remplacé par une République islamique.

- La nouvelle génération, y compris, mes amis et moi-même,  nés après 1979, n'a pas de mémoire de la révolution, ou l'occupation de l'ambassade américaine, à Téhéran. La nouvelle génération est curieuse sur le pourquoi des événements. Le fait que l'Amérique fasse preuve de fidélité, à la fois, envers l'Arabie saoudite et Israël, paraît étrange et hypocrite. Pendant que j'étais, en Iran, j'ai demandé à mon guide d'expliquer la raison qui repose derrière les sanctions. Il ne pouvait pas vraiment l'expliquer. Moi non plus, je ne trouvais aucune explication. Les sanctions semblent, tout simplement, inutiles et arbitraires.

- Et comme un Américain, je vois, d'abord, la responsabilité de la réconciliation, dans la cour de l'Amérique. Nous sommes beaucoup plus ignorants et hostiles envers les Iraniens que les Iraniens ne le sont envers nous. C'est une honte. En Amérique, il y a des gens qui ne peuvent même pas localiser l'Iran, sur une carte? Oui. Je les rencontre tous les jours'', écrit Monica Byrne.

............................................................

- ''Près de la ville historique de Passargad, où se trouve la tombe de Cyrus le Grand, j'ai eu une expérience merveilleuse, jouant le rôle d'un touriste américain, dans un documentaire, qu'on tournait tout près de la maison d'hôtes, où j'étais installée. L'équipe de tournage m'a appris à dire, en farsi, un vers d'un poème de Hafez : «Derakhte dusti Benshan, ke kame del be bar arad». Ce qui signifie : "Plante l'arbre de l'amitié, pour qu'il mène à floraison le désir du cœur.

- Même, maintenant, après avoir quitté l'Iran, ce poème retentit, encore, en moi. Je ne suis pas politicien. Je n'ai pas l'oreille de quiconque au pouvoir. Je n'ai pas accès, non plus, aux négociations, sur le programme nucléaire iranien. Mais Voyage et amitié: ce sont des outils, qui sont disponibles, pour moi. Ils sont, également, disponibles, pour des millions d'Américains.

- En Voyage, je ne veux pas rejoindre un groupe méga-tour aveugle, dont les membres n'interagissent avec personne, sauf dans le viseur de leurs caméras. Je veux dire, voyager, comme un acte conscient et aux aspects multiples, ce qui consiste à rechercher la réconciliation entre soi et autrui.

- L'Etat va agir, au niveau de l'Etat, à Vienne ou ailleurs. Mais les individus peuvent agir en individu, que ce soit sur le territoire iranien ou américain : voir et être vu, entendre et être entendu, connaître et être connu'', ajoute, sur son voyage, en Iran, la jeune écrivaine américaine, Monica Byrne, que nous retrouverons, très, très prochainement, pour découvrir, ensemble, la suite de ses impressions et souvenirs d'Iran.

............................................................

L'album d'Ali Reza Qorbani, enregistré en France

- Le nouvel album de l'éminent chanteur iranien, Ali-Reza Qorbani, "Lost in Love", sera enregistré, à Paris, rapporte l'agence ISNA. Cet album de chansons est enregistré par la société française Accords Croisés.

- Les chansons ont été inspirées par les œuvres des poètes classiques persans, Abu-Saeïd Abul-Kheir et Mowlavi et de celles des poètes contemporains, Fereidoun Moshiri et Mohammad-Reza Shafi'i Kadkani.

- «Lost inLove » a été composé par le musicien iranien, Saman Samimi, qui est, aussi, un maestro de Kamancheh - un instrument à corde. L'album sera, sur le marché, avec le titre français d'«Eperdument», le 27 janvier 2015.

- Ali-Reza Qorbani a effectué, auparavant, des tournées de concerts, dans un certain nombre de pays, comme l'Allemagne, la Belgique, l'Algérie, la Grèce, la Turquie, le Danemark et l'Irlande.

............................................................

- Ici s'achève cette édition du spécial Auditeurs. On se donne rendez-vous, très, très prochainement, pour un autre volet de l'émission. A la toute prochaine fois.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir