This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
dimanche, 16 novembre 2014 09:21

Spécial Auditeurs du 16 novembre 2014, (1ère partie)

IRIB- Au menu de cette émission : A la mémoire du compositeur de l'hymne, «Ey Iran», les cinéastes iraniens, applaudis à Abou Dhabi, la chaire de langue persane, à l'Université de Belgrade, plus, la messagerie...

 

..........................................................

- Bonjour et bienvenus à une nouvelle édition du Spécial Auditeurs, programme, qui vous est, entièrement, consacré. Comme d'habitude, nous lirons, d'abord, vos messages, et vous parlerons, ensuite, de divers sujets touchant la civilisation, l'histoire et la culture iraniennes. On s'intéressera, aussi, à la vie de la société iranienne, au rythme des importants événements ou évolutions du jour, que ce soit de la culture, du sport, des sciences ou autres, ayant un rapport quelconque avec l'Iran ou les Iraniens. Et quant à l'émission d'aujourd'hui, nous allons parler d'une figure de la musique persane, des succès des cinéastes iraniens à l'étranger et de la place de la langue persane, dans un pays des Balkans. Restez à l'écoute.

..........................................................

- On va, donc, commencer le programme, par une revue de vos lettres, mails, messages ou petits commentaires. Voyons quel est le premier message d'aujourd'hui.

- Le premier message de l'émission d'aujourd'hui vient d'un internaute répondant au nom de Franc de Bordeaux, et qui a commenté le titre disant : «L'Iran, "générateur de l'anti-américanisme"!!», pour nous en dire :

- Les Français sont, aussi, générateurs de l'anti-américanisme. Nous n'en voulons plus de ces Sionistes satanistes...

- Et nous vous disons, Franc de Bordeaux, bienvenu au club des internautes et auditeurs de la radio francophone iranienne. Le message suivant est une réaction au titre qui disait : «Qui veut une troisième Intifadha?, par Sami AMIN» ; et c'est notre internaute, Ahmed Garoui, qui le commente en ces termes :

- Le plus grand ennemi des PALESTINIENS sont les vetos des américains, qui, de plus, aident et arment le lobby sioniste, depuis déjà 60 ans, mais les présidents ARABES sont complices, par leur silence et leur inaction, ils sont juste bon à faire des réunions bidons, INCHALLAH, LA PALESTINE VAINCRA.

- Merci Ahmed Garoui de votre réflexion, et à la toute prochaine fois. Nous fermons la page de la messagerie de cette émission par le message de notre internaute, SilberShark110, qui s'est attardé sur la liste qui disait : «Lettre d'Obama au Guide: la réponse des Pasdaran?!», et voici son message :

- Ne jamais, jamais, faire confiance au GRAND SATAN, (USA ou United Snakes of America), l'Amérique est aux mains des Juifs sionistes, l'Aipac et la juiverie contrôlent Tout !

- Merci SilberShark110 de votre assiduité à suivre l'actualité, à travers la radio francophone de Téhéran.

..........................................................

A la mémoire du compositeur de «Ey Iran» !

- Le 21 Aban du calendrier iranien, qui tombe, cette année, le 12 novembre, marque l'anniversaire de la disparition d'un grand musicien, compositeur et chef d'orchestre iranien, Rouhollah Khaleghi. A cette occasion, nous vous présentons, dans cette émission, un court thème sur sa vie et son œuvre.

- Rouhollah Khaleghi naquit en 1285 de l'hégire solaire, (1906), dans la ville de Mahan, dans la province de Kerman. A peine quelques mois après sa naissance, sa famille a déménagé, à Téhéran, la capitale. Dès son enfance, il est attiré par la musique. Il apprend à jouer du târ, malgré l'opposition de son père. À 17 ans, son père l'autorise à apprendre le violon. Il est parmi les premiers élèves de l'Institut de Musique de Téhéran, (Honarestan-e musiqi). En parallèle, il continue ses études, à l'École Normale de Téhéran.

- Khaleghi a été l'élève et le disciple du colonel Ali-Naghi Khan Vaziri, un maître de la musique iranienne, au 20ème siècle. En 1946, Khaleghi fonde l'association de la musique d'Iran, (Anjoman-e Moussighi-ye Iran), et, en 1949, l'Institut National de la Musique, dont il devient le président. À la radio, il devient chef d'orchestre du programme Gol Ha («Les fleurs»), une émission constituée de cinq catégories de programmes de musique classique iranienne, dont la musique iranienne savante et les musiques régionales.

- Khaleghi a écrit deux livres en dehors de ses créations musicales et des cours qu'il donnait, à l'Institut national de la musique: Nazari beh musiqi-ye Iran, («Une vue sur la musique iranienne»), en 2 volumes, et Hamahangui-ye Musiqi, («Harmonie de la musique»). Le nom de Khaleghi reste indissociable de l'hymne «Ey Iran», dont il fut le compositeur de la musique. Les paroles sont de Gol-Golāb. Cette œuvre, d'une beauté épique impressionnante, était diffusée par la radio-télévision nationale, en tant qu'hymne national de l'Iran, jusqu'aux premières années de l'après Révolution islamique.

- Khaleghi décède, à 68 ans, le 21 Aban 1344, (1965), à Salzburg, en Autriche. Sa dépouille mortelle a été transférée, en Iran, et inhumée, à Zahir-od-dowleh, un cimetière des personnalités artistiques et culturelles, à Téhéran.

- Khaleghi a beaucoup œuvré à la mise en place de méthodes d'enseignement de la musique, dans son pays. Parmi ses disciples, on compte, notamment, Jalal Zolfonun, grand maître de setâr, décédé, en 2012.

..........................................................

Chaleureux accueil réservé aux films et acteurs iraniens, à Abu Dhabi

- Avec à son casting, le nom de l'Iranien, Peyman Maadi, et de l'Américaine, Kristen Stewart, le film  Camp X-Ray de Peter Sattler est sorti, récemment, sur l'écran du 8ème Festival du film d'Abu Dhabi, aux Emirats arabes unis, dans le secteur de compétition de la catégorie Nouvel Horizon. Un grand public, surtout, des Iraniens, résidant aux E.A.U, avaient occupé les chaises du salon 6 du centre cinématographique Marina Mall d'Abu Dhabi. Dans ce film, Peyman Maadi joue le rôle d'un prisonnier du camp X-Ray de la prison de Guantanamo.

- De même, un film de la réalisatrice iranienne, Rakhshan Bani-Etemad, «Tales», (Ghesse-ha, en persan), est, également, projeté à l'écran du Festival d'Abu Dhabi, catégorie compétitive principale, et a attiré l'attention des critiques de cinéma, des journalistes et des spectateurs de différentes nationalités.

- En outre, le court métrage «Bacheh», (The Baby, le Bébé), une production irano-italienne, réalisé par Ali Asgari, et avec Farnoosh Samadi, comme scénariste, a été présenté, dans la catégorie de compétition des courts-métrages du festival.

..........................................................

L'Université de Belgrade se dotera d'une chaire de langue persane et d'une chambre de l'Iran

- «La chaire de langue persane et la chambre spéciale de l'Iran vont être créées, à la faculté de linguistique et de littérature de l'Université de Belgrade». Cette heureuse nouvelle a été annoncée, après une rencontre entre l'ambassadeur et l'attaché culturel de l'ambassade iranienne, en Serbie, (Majid Fahimpour et Mahmood Shalooei) et le recteur de l'Université de Belgrade, Vladimir Bumbasirevic.

- «Nous regardons, avec admiration, la civilisation et la culture iraniennes, et éprouvons un grand respect envers ce pays qu'est l'Iran et dont les grands progrès culturels et scientifiques sont de notoriété publique», a affirmé le recteur de l'Université de Belgrade, qui a une ancienneté de 200 ans. Lui-même, Médecin chevronné de renom, dans la région des Balkans, le Professeur Vladimir Bumbasirevic a, aussi, évoqué la compétence des médecins iraniens, dans le monde, et, surtout, en Serbie, ce qui offre, selon lui, un exemple de la spécialisation et de l'esprit de persévérance des Iraniens.

- Pour sa part, l'attaché culturel de l'ambassade d'Iran, à Belgrade, Mahmood Shalooei, a décrit les antécédents de l'enseignement de la langue persane, dans les Balkans, et de son processus croissant. «L'enseignement de la langue persane a commencé, il y a plus de deux décennies, dans les pays des Balkans, et des dizaines d'étudiants ont terminé, jusqu'à aujourd'hui, leurs cours, dans différents centres de l'éducation du persan», a ajouté le diplomate.

..........................................................

- Ici s'achève cette édition de spécial Auditeurs. On se donne rendez-vous très, très prochainement, pour un autre volet de l'émission. A plus.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir