This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 18 juin 2014 10:27

Spécial Auditeurs du 17 juin 2014, (Seconde partie) : La mode iranienne...

IRIB - Bonjour et bienvenus à la seconde partie de l'émission Spécial Auditeurs.

Revue de vos messages et des sujets culturels, comme toujours, au menu de cette émission. Restez à l'écoute.

- Comme à l'accoutumée, le programme commence par la revue de vos lettres, mails, messages ou commentaires. Merci, avant tout, à tous nos chers auditeurs ou internautes, qui réagissent aux infos diffusées par la radio francophone iranienne, ou aux titres publiés, par son site Internet, et voici le premier message d'aujourd'hui :

- Le premier message d'aujourd'hui nous a été écrit par un internaute répondant au nom de NZOTO JOANES. En réaction à ce titre publié sur le site, disant : «Assad, Président qui n'a pas laissé seul son peuple!!», cet internaute adresse, en fait, la parole au peuple syrien, en ces termes :

- Victoire ! Peuple syrien, célébrons la victoire ! Malgré le complot occidental, qui appelle les buveurs de sang à vous exterminer, et sous les roquettes de tueurs sans scrupule, vous venez de montrer que vous êtes capables, que vous aimez votre pays et vos dirigeants (...) Ici, en Afrique, nous sommes avec vous. Allez toujours de l'avant ; Dieu est grand, vous gagnerez. Cette victoire s'inscrit, dans autant d'autres, que votre forte armée continue de marquer. Congratulations !

- Merci NZOTO JOANES, pour ces mots de solidarité. Et on passe, maintenant, à un autre commentaire, en réaction à un article portant, toujours, sur la Syrie, disant : «Pourquoi les Syriens ont, massivement, voté? CBS News répond.. ». Et c'est un fidèle internaute, Cass, qui l'a libellé en ces termes :

- Al-Sissi a, à peine, 47% de votants, donc, son élection n'est pas valable. Celle du docteur Bachar, oui! (...)

- Merci Cass pour votre fidélité à la radio francophone iranienne et votre judicieuse remarque. A très bientôt.

- Place, maintenant, au petit commentaire écrit par notre internaute, Grandloup74, par lequel se ferme la page de la messagerie de cette émission. C'est une réaction au titre disant : «Un avion US, intercepté par un chasseur russe», et Grandloup74, de nous en dire :

- Le Pentagone (est) inquiet, parce que l'avion russe s'est montré supérieur en détection et en interception ! (...)

- Merci à vous et à tous les chers auditeurs ou internautes qui contribuent à l'émission par leurs messages.

- Qu'est-ce que la mode et quand-est ce qu'elle a fait son entrée, en Iran ? Pourrait-on assimiler à la mode, le fait d'être différent des autres ? Les vêtements iraniens ont-ils la capacité d'exportation, comme un produit mondial? Telles sont les questions, dont nous vous parlerons, brièvement, dans cette partie de l'émission.

- Etre à la mode et mis à jour puisent ses racines dans l'aspiration au changement. L'être humain aime, par nature, le changement et la beauté. Il est, donc, difficile, voire, impossible, de maintenir l'homme, dans un forme apparente inchangeable. D'autre part, les changements d'apparence se produisent très vite et sont capables d'apporter des changements profonds, voire, culturels.

- La mode signifie, littéralement, le goût, le style, plus précisément, un style temporaire, qui, en fonction du goût des membres d'une société humaine, s'impose à son style de vie, ses codes vestimentaires, son architecture, bref, sa manière d'être et de vivre. Le mot Fashion est un concept généraliste, qui s'emploie, pour parler des manières courantes du jour, dont se comportent, et, surtout, s'habillent les gens. L'usage le plus courant du mot Fashion concerne l'habillement des membres d'une société considérée dans son temps ; et lorsqu'on parle de la mode, on entend dire, souvent, les vêtements portés par la majorité des gens d'une société quelconque.

- Tout remonte à l'époque où la première dame de Fath Ali Shâh , (18ème et 19ème siècle), recevait quelques invités, dont Mme Elisabeth McNeill, épouse de l'envoyé spécial de la Grande Bretagne, venu à la cour du roi Qadjar, pour ouvrir un nouveau chapitre, dans les relations des deux pays.

- Lady MacNeill portait une robe en satin blanc orné de broderie, sous un manteau rouge en soie. Ses vêtements n'avaient rien à voir avec les habits trop lourds et faux brillants des dames de la cour. Le coup de cœur de la première dame de la cour de Fath Ali Shâh, pour les vêtements de Lady MacNeill, devient le point de départ des changements vestimentaires des femmes de la cour Qâdjâr.

- La mode, style européen, arriva, en Iran, vers la fin de l'époque Qâdjâr. Sous le règne de Nassereddin Shâh, l'influence de sa fille, Tâdj-os-Saltaneh, une fille cultivée et partisane de l'émancipation des femmes, a facilité ce processus, et on pourrait même dire que Tâdj-os-Saltaneh, fille de Nassereddin Shâh, a été le premier designer ou la première créatrice de mode irano-européenne.

- Les habits traditionnels iraniens ont commencé, progressivement, à changer, au milieu du 19ème siècle, permettant les pantalons plus courts et des jupes de différentes longueurs. Ces nouveaux codes se sont pourtant adaptés à la tradition. A titre d'exemple, les vestes adoptaient des boutons. Les robes longues à jupe épaisse se portaient avec des vestes ou parfois des manteaux, tandis que les longs manteaux prenaient, parfois, la place du tchador, dans les déplacements en ville.

- Indépendamment des changements qu'ont subis les codes vestimentaires iraniens, jusqu'à nos jours, nombreux sont les professionnels de la mode à croire que la mode et les vêtements iraniens ont, bel et bien, la capacité de devenir mondiale.  «Pour mondialiser la mode et le vêtement iranien, il faut découvrir et connaître les potentialités des créateurs et renforcer leurs liens avec les producteurs. Les vêtements iraniens réunissent les conditions pour répondre aux besoins de la société. «Avec une planification correcte, il serait possible de propager la mode vestimentaire iranienne, non seulement, à l'intérieur, mais aussi, à l'extérieur du pays», affirme Hamid Qobadi, Chef du groupe de travail, pour l'ordonnancement de la mode vestimentaire, au sein du ministère de la Culture.

- «L'habillement et l'apparence "faciale" !!! sont les icônes les plus saillantes de la mode, qui ont subi, malheureusement, certains changements venus de la culture capitaliste ; il conviendrait, donc, de propager la culture de la mode irano-islamique et d'encourager la jeune génération à l'adopter», ajoute le responsable.

- Pour Zahra Ebrahimi, experte en création de vêtements, au lieu d'être le simple consommateur de la mode étrangère, surtout, occidentale, nous devrions penser à créer des vêtements qui respectent notre culture et nos valeurs sociales. «Tous les arts acquièrent leur prestige des artistes créateurs ; une fois connus les artistes les plus compétents, dans le domaine du design vestimentaire, l'art de la création de vêtements et la mode irano-islamique retrouveront leur place, sur le plan économique et industriel, et la mondialisation de la mode irano-islamique dépassera le niveau de la parole», ajoute Mme Ebrahimi.

- «Tout en essayant de propager la culture islamique, il ne faut, pourtant, pas oublier que la mode irano-islamique doit paraitre intéressante et attractive aux yeux de la jeune génération qu'elle est censée séduire. D'autre part, lorsqu'une œuvre de création de mode porte, publiquement, la signature d'un créateur ou d'une créatrice, cette œuvre devient, d'un coup, précieuse, comme une toile de peinture. Cela empêche les copies, donc, les dommages dont souffrent les designers vestimentaires», ajoute, aussi, cette experte en création de vêtements.

- On continue l'émission par de l'actualité scientifique.

- «Les dossiers de propriété spirituelle ont connu, l'année dernière, une hausse de 2,5%», a affirmé le vice-ministre iranien des Sciences.

- «Nous avons envisagé, pour cette année, (iranienne), en cours, 1393, l'enregistrement de 500 inventions, à l'échelle internationale, en plus des enregistrements, à l'échelle nationale», a précisé M. Akbari, et d'ajouter que l'organisation iranienne pour les recherches scientifiques et industrielles envisage, aussi, au moins, 60 cours et ateliers d'entraînement internationaux.

- Selon le vice-ministre des Sciences, 46 laboratoires de référence sont actives, actuellement, au sein de l'Organisation pour les recherches scientifiques et industrielles, qui a offert, l'année dernière, 12.000 cas de services aux étudiants des cours supérieurs, des services, qui pourraient quintupler, cette année.

- Pour terminer l'émission, nous vous présentons un court thème sur l'activité artistico-coranique d'un Iranien.

- Un artiste iranien, originaire de la province de l'Alborz, a écrit les versets du noble Coran, sur des feuilles de bronze, une tâche qu'il a accomplie, d'ailleurs, en l'espace d'un seul mois.

- Asghar Moussavian est l'un des rares artistes iraniens à avoir gravé, en moins d'un mois, les versets coraniques, sur 66 feuilles de bronze aux dimensions de 20 sur 16 centimètres. Ces feuilles de bronze sont casées, d'une très belle manière, à l'intérieur de trois cadres, aux dimensions de 1 sur 1 mètre et demi. Une fois dévoilée, cette œuvre d'art devra être offerte à l'organisation en charge du saint mausolée de l'Imam Reza, (Béni soit-il), dans la ville de Meched.

- Treize styles d'écriture coranique ont été dévoilés, jusqu'aujourd'hui, tous, signés Moussavian, l'artiste iranien, qui a commencé l'écriture des versets coraniques, sur les conseils de son père, il y a 25 ans.

- Autodidacte dans la calligraphie, Asghar Moussavian a exécuté l'écriture du Coran, avec des outils assez variés et en différents styles, dont le Thulth, le Nasta'liq et Reyhan, en utilisant des outils, comme le burin, le stylo, ou tout simplement, un petit morceau de métal.

- «J'étais très occupé avec d'autres boulots et j'étais obligé de travailler très tard, la nuit, parce que je souhaitais terminer, simultanément à une occasion religieuse. Et pour accélérer, j'ai essayé une innovation : j'ai composé la gravure au burin, à la gravure à l'aiguille», dit l'artiste, originaire de la province de l'Alborz, qui a réussi, enfin, à terminer cette œuvre d'art, sa 14ème œuvre spirituelle, en matière d'écriture calligraphique des versets coraniques.

- Chers auditeurs, notre émission se termine ici. N'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions et critiques sur tous les programmes diffusés par notre radio. Réagissez aux émissions onde courte et au contenu Web de la radio et proposez nous des sujets culturels touchant l'Iran et votre propre pays. Au revoir.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir