This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mardi, 10 juin 2014 10:19

Spécial Auditeurs du 10 juin, (Seconde partie) : Attachez vos ceintures, destination Brésil !

IRIB- Bonjour et bienvenus à la seconde partie de l'émission Spécial Auditeurs.

Revue de vos messages et des sujets culturels, comme toujours, au menu de cette émission. N'allez nulle part, restez à l'écoute!

- Comme à l'accoutumée, le programme commence par la revue de vos lettres, mails, messages ou commentaires ; et c'est parti pour le premier message d'aujourd'hui :

- Le premier message d'aujourd'hui nous est parvenu de notre internaute Haydar, qui a réagi au titre de l'actualité disant : «Quand les députés US ordonnent à la France!!!», et c'est ce qu'il nous en dit :

- La France n'a aucune indépendance, c'est la marionnette des US et la catin d'Israël ; c'est pour les intérêts d'Israël que l'Amérique veut la confrontation entre l'Europe et la Russie, les 2 sortiront affaiblies et le grand gagnant sera l'entité maléfique d'Israël  et les USA!

- Merci Haydar de votre attention à l'actualité publiée sur le site de la radio francophone de l'IRIB. Place maintenant à un autre message écrit par un internaute, qui a, apparemment, choisi la formule MERRY FRENCH SPRING, pour l'identifiant. Pour commenter l'actualité disant sur Marine Le Pen : «Nous bloquerons l'avancée de l'UE !», cet internaute nous a écrit : Ca y est, nous y sommes. Le printemps français est en marche avec, à la clé, une refonte de la classe politique française (...)

- Et pour terminer la page Messagerie de cette émission, nous lisons un comment écrit en réaction à ce titre : «L'Amérique vaincue par l'Iran, la Russie et la Chine». Et «Fils de Kadhafi» est le pseudo d'un internaute, qui le commente, en ces termes :

- Ce qu'il faut savoir, c'est que chaque peuple a besoin de liberté, et, aussi, le droit d'accéder à la technologie ; ce que les Américains ne veulent pas comprendre. Qu'il sache que les choses ont changé et qu'ils ne peuvent rien y faire (...)

- Grand merci à tous les auditeurs ou internautes qui contribuent à l'émission, à travers leurs messages.

- Si vous vous en souvenez, chers auditeurs ou internautes, nous nous étions dits «A la prochaine fois!», en 1942, au premier grand stade de foot de la capitale iranienne ! Place, maintenant, à la suite de l'histoire du football iranien.

- Pendant la période 1940-1960 : le football devient une institution, en Iran. Après la fin de l'occupation de l'Iran, pendant la Seconde guerre mondiale, le football commença à devenir une véritable institution : l'Equipe d'Iran de Football, (surnommé «Team Melli»), fut fondée, officiellement, en août 1941, et joua son premier match, à Kaboul, face à l'équipe nationale d'Afghanistan, (0-0). Pourtant, la FIFA n'a jamais reconnu ce premier match de l'équipe iranienne, car cet événement précédait la formation de la Fédération d'Iran de Football, (1946), et son affiliation à la FIFA, depuis 1948.

- La fédération iranienne est membre de la Confédération asiatique de football, (AFC), depuis 1958. Il conviendrait ici de saluer la mémoire du fondateur et premier entraîneur de l'Equipe d'Iran de football : Amir Hossein Sadaghiâni ; (1903-1982).

- On arrive, ensuite, à la période 1968-1978 : la belle époque des Coupes d'Asie des nations et de la première Coupe du monde. A partir de la fin des années 1960, la team Melli domina, largement, le plus haut niveau du football continental, pendant une dizaine d'années, en gagnant, trois fois de suite, la coupe d'Asie des nations, (1968, 1972, 1976). A cette époque, apparut une génération légendaire de footballeurs, dont il faut citer ici les noms : Parviz Ghelitchkhâni, Hossein Kalâni, Safar Irânpâk, Ali Jabbâri, Homâyoun Behzâdi, Gholâm-Hossein Mazloumi, Hassan Roshan, ... et les deux icônes de l'histoire du football iranien : Nâsser Hejâzi, (1949-2011), gardien de but des Bleus (Esteghlal, autrefois, Taj), et Ali Parvîn, (né en 1946), milieu de terrain des Rouges, (Persepolis FC).

- Avant cette époque, le championnat d'Iran n'était pas national, mais régional. En effet, les clubs de chaque ville ou province participaient aux compétitions organisées, au niveau local, et les meilleurs footballeurs qui y évoluaient, étaient invités à l'équipe nationale, dont la plupart des membres étaient sélectionnés parmi les clubs de Téhéran. Le premier championnat national fut fondé, en 1973, et permit aux clubs de province d'avoir plus de visibilité. Cet âge d'or du football iranien fut couronné par la qualification, pour la première fois, de la Team Melli à la phase finale de la Coupe du monde de 1978, en Argentine.

- Après la Révolution islamique de 1979, l'équipe nationale a eu des performances irrégulières. La Team Melli se qualifia pour les Jeux Olympiques de Moscou, en 1980. Mais l'Iran boycotta les compétitions, pour protester contre l'occupation du pays voisin, l'Afghanistan, par l'Armée rouge. Pendant la guerre irano-irakienne, (1980-1988), la machine du football ne s'arrêta pas, mais le championnat d'Iran dut se régionaliser de nouveau. Pendant la guerre, l'Iran ne s'inscrivit pas aux tours préliminaires des coupes du monde de 1982, (Espagne), et de 1986, (Mexique). En 1990, l'Iran gagna, pourtant, la médaille d'or du football, aux Jeux asiatiques de Pékin.

- Le football iranien connut une nouvelle ère, à partir des années 1990 : en 1989, un nouveau championnat national fut organisé et le football se professionnalisa, dès 2000. La Team Melli ne se portait pas, encore, très bien, pour espérer une qualification aux Coupes du monde de 1990, (Italie), et de 1994, (Etats-Unis). Mais l'équipe nationale ne fit pas attendre, éternellement, ses fans, qui assistaient à la naissance d'une nouvelle génération légendaire de footballeurs : Ahmad-Rézâ Abedzadeh, Ali Daei, Karim Bâghéri, Khodâdâd Azizi, Mahdi Mahdavikiâ, ... qualifièrent l'Iran, pour la Coupe du monde de 1998, (France), après deux matchs nuls en barrages inter-zone, face à l'Australie, grâce à la règle des buts marqués à l'extérieur.

- En France 1998, la Team Melli fit sans doute sa meilleure Coupe du monde, sans se qualifier, pourtant, pour la 8e de finale. L'équipe nationale s'inclina, logiquement, face à l'Allemagne, alors, trois fois championne du monde, (2-0), et perd le match de justesse face à l'équipe de l'ex-Yougoslavie, (1-0). Pourtant, la Team Melli gagne «le match du siècle», face aux Etats-Unis, (2-1), grâce aux deux magnifiques buts de Hamid Estili et Mahdi Mahdavikiâ.

- Après la Coupe du monde de 1998, l'équipe nationale eut une évolution de plus en plus irrégulière : de nombreux footballeurs iraniens commencèrent leur carrière internationale, en adhérant aux clubs européens ou aux clubs riches des pays du Sud du golfe Persique. La Team Melli eut, pourtant, un bilan plutôt décevant, au niveau continental, sans pouvoir gagner le championnat d'Asie des nations, et rata deux Coupes du monde, en 2002 et 2010, en se qualifiant, toutefois, pour la Coupe du monde de 2006, en Allemagne. A partir de 2000, le championnat d'Iran se professionnalise, mais les clubs iraniens n'ont pas pu gagner le championnat des clubs d'Asie.

- Grâce aux efforts louables du sélectionneur croate, Branko Ivanković, (2002-2006), la Team Melli se qualifia, avec une grande facilité, pour la Coupe du monde 2006. Mais en Allemagne, la Team Melli ne réussit pas à faire mieux qu'en 1998, et ne gagna qu'un seul point : deux défaites contre le Mexique, (1-3), et le Portugal, (0-2), et un match nul contre l'Angola, (1-1).

- En juin 2014, la sélection iranienne va au Brésil, pour faire sa quatrième Coupe, en espérant se qualifier, pour la première fois, pour la 8e de finale. En ce qui concerne le parcours de la Team Melli, pour aller au Brésil, cette fois-ci, 43 équipes participèrent aux éliminatoires de la zone Asie. La Team Melli fut exempte du premier tour, et fit son entrée, dans la compétition, au second tour, pour rencontrer, en matchs aller-retour, les Maldives, en juillet 2011. L'Iran gagna les deux matchs, (4-1 et 1-0), et se plaça à la tête du Groupe E, avec 12 points, trois matchs gagnés, trois matchs nuls et aucun match perdu. L'Iran et le Qatar furent qualifiés, pour le quatrième tour.

- Les dix pays qui restèrent, pour le quatrième tour, furent répartis en 2 groupes de 5 équipes, dont les deux meilleures, dans chaque groupe, allaient se qualifier, directement, pour la Coupe du monde 2014 ; Groupe 1 : Iran, Corée du Sud, (qualifiés), Ouzbékistan, Qatar, Liban, (éliminés), et Groupe 2: Japon, Australie, (qualifiés), Jordanie, Oman, Irak, (éliminés). Les rencontres du troisième tour eurent lieu, du 3 juin 2012 au 18 juin 2013. L'Iran se plaça à la tête du Groupe 1, avec 16 points, cinq matchs gagnés, un match nul et deux matchs perdus. Mais cette qualification restait incertaine, jusqu'au dernier match. Sa victoire, sur le terrain de la Corée du Sud, (1-0), grâce à un but de Rézâ Ghoutchân-Néjâd, à la 60e minute, permit à l'Iran de prendre la première place de son groupe. Cette victoire iranienne déstabilisa, pendant les trente dernières minutes du match, la Corée du Sud, qui ne se qualifia, finalement, qu'en raison d'une meilleure différence de buts, sur l'Ouzbékistan. En phase finale de la coupe du monde 2014 du Brésil, l'Iran est en Groupe F, avec l'Argentine, le Nigeria et la Bosnie-Herzégovine. L'équipe nationale iranienne devra affronter, le 16 juin, le Nigeria, le 21 juin, l'Argentine, et le 25 juin, la Bosnie.

- En Iran, l'enthousiasme n'a pas de limites, comme l'a remarqué le portugais, Carlos Queiroz, sélectionneur de la Team Melli, depuis 2011. Nous espérons plein succès, pour Queiroz et ses disciples, Javâd Nékounâm, Rézâ Ghoutchân-Néjâd, Karim Ansârifard, Ashkân Dejâgah et d'autres footballeurs de l'équipe nationale iranienne, à la coupe du monde 2014 du Brésil.

Chers auditeurs, notre émission se termine ici. N'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions et critiques sur tous les programmes diffusés par notre radio. Réagissez, aussi, aux informations, et envoyez-nous vos commentaires. Au revoir.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir