This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mardi, 06 mai 2014 09:09

Spécial Auditeurs du 6 mai 2014, (Seconde partie) : Une comédie de Molière à Téhéran ...

IRIB- Bonjour et bienvenus à la seconde partie de l'émission Spécial Auditeurs.

Revue de vos messages et des sujets culturels, comme toujours, au menu de cette émission. N'allez nulle part, restez à l'écoute!

 - Comme à l'accoutumée, le programme commence par la revue de vos lettres, mails, messages ou commentaires. Merci, avant tout, à tous nos chers auditeurs ou internautes, qui réagissent au contenu ondes courtes ou virtuel de la radio francophone iranienne, avec, juste pour le rappel, cette adresse : http://french.irib.ir. Et c'est parti pour le premier message d'aujourd'hui :

- Le premier message d'aujourd'hui vient de Hadassah BORREMAN, l'une de nos auditrices et internautes de longue date, qui commente ce titre : «Réconciliation aux dépens de la cause palestinienne, par Maaz Karaja», pour dire :

- Tout est dit dans le titre de cet article. C'est le jeu du Sionisme, tout comme Oslo fut un leurre ! Malheureusement, le peuple palestinien est, officiellement, représenté par des traîtres, ceux-ci reconnaissent les Sionistes, avec leur entité, en Palestine, et les laissent avoir la domination sioniste illégale de la terre palestinienne arabe. Il va de soi que les Sionistes ne sont pas le Peuple Juif (...) Il ne reste que l'obligation d'une troisième et dernière Intifada! (...) On ne discute pas avec l'occupant sioniste; il ne lâchera rien de tout ce qu'il a volé, de ce qui appartient aux Palestiniens, (terre, identité, vie, le matériel, la culture).

- Merci Hadassa BORREMAN, nous vous savons gré de votre fidélité à La VRII.

- «La France peut jouer un rôle positif et constructif, dans les négociations nucléaires, (Zarif)», tel est le titre qui a fait réagir notre internaute, François RAUCY,  qui nous fait savoir :

- Monsieur Zarif, vous êtes intelligent. Comme le dit si bien son Éminence, le Guide, continuons les négociations, mais ne nous faisons pas d'illusions. Il ne faut pas faire confiance à ces Occidentaux. Hier, c'était ceci et cela, ensuite, le nucléaire, puis, le programme balistique, puis, ce sera d'autres choses, (comme le soutien aux E.A.U, pour Abou Moussa et les Petite et Grande Tombes), où pousser les arabes et d'autres à changer le nom historique du golfe Persique. Pas pour taquiner Téhéran, mais bien avec l'arrière pensée d'une quelconque contestation au devoir historique de l'Iran, sur ce golfe, puis, ce sera le pétrole et ses gisements. Puis, l'espoir d'une soumission complète de la Perse antique (...)

- C'est en disant «merci et bienvenu au club» à François, qu'on passe au dernier message de l'émission d'aujourd'hui, celui d'un internaute qui se dénomme LO, et c'est en réaction à ce titre «Les visées de Washington sur l'Ukraine», qu'il nous dit :

- Très Bonnes analyses. Profondeur et objectivité, à la différence des médias ''mainstream'', qui véhiculent la pensée unique des chancelleries occidentales.

- Grand merci à LO et bonne navigation, sur le site de la radio.

- Depuis le 17ème siècle, Molière, (1622-1673), reste l'auteur dramatique français le plus joué, en France, et dans le monde. L'œuvre de Molière est celle d'un auteur au génie universel. Allant au-delà de la France et de la francophonie, cette œuvre est traduite et jouée, dans toutes les langues. Sur les scènes des cinq continents où sont jouées les pièces de Molière, les couleurs et les accents changent, mais Molière est toujours là : toutes les générations semblent y retrouver leurs sensibilités contemporaines.

- Une adaptation du Mariage forcé de Molière a été présentée au Théâtre Irânshahr, (les 28 et 29 janvier), et au Tâlâr Vahdat, (salle Roudaki, du 30 janvier au 7 février 2014), alors que la capitale iranienne célébrait le 35ème anniversaire de la victoire de la Révolution islamique, avec plusieurs événements artistiques, dont le Festival international du théâtre de Fajr.

- Dans cette adaptation, un nouvel élément attire, immédiatement, l'attention des amateurs de Molière. Le metteur en scène, Dâriush Moaddabiân, explique l'élément, qui «iranise» cette adaptation du Mariage forcé : «Nous y avons introduit un conteur - dont je joue le rôle moi-même - qui prend la parole, par intervalles, pour raconter en persan, ce qui se passe sur scène». La présence de ce nouveau personnage - absent dans le texte original - s'explique par le souci d'informer les spectateurs non francophones. Mais il devient, aussi, un élément de mise en scène, car il crée un effet de style : le conteur - selon la tradition du spectacle iranien - ne raconte pas, uniquement, les événements qui se passent sur scène, mais s'adresse, directement, aux spectateurs, sur le modèle des conteurs (naghâl) du Shâhnâmeh (Livre des Rois), pour commenter les événements.

- Molière est le représentant, par excellence, d'un genre comique, dont nous sommes tous redevables, dans l'histoire du théâtre moderne d'Iran. Ce théâtre moderne iranien a commencé d'exister, il y a 200 ans, avec des traductions et des adaptations d'œuvres de Molière», dit M. Moaddabiân. Le metteur en scène fait allusion à l'adaptation, en persan, du Mariage forcé, il y a près de 130 ans, par Mohammad Tâher Tabrizi.

- Les premières pièces de théâtre, en langue persane, datent des dernières années du 20ème siècle, avant la Révolution constitutionnelle, (1905-1911). Mais l'art dramatique moderne avait, déjà, commencé son aventure, en Iran, sous forme d'adaptations d'œuvres dramatiques européennes, surtout, françaises.

- Pour cette adaptation du Mariage forcé, le metteur en scène, Dâriush Moaddabiân, a travaillé avec le «Groupe du théâtre français», formé, en 1997, par M. Hamid-Rezâ Shairi. Les membres de ce groupe sont de jeunes étudiantes et étudiants, en langue et littérature françaises. Il compte à son actif la représentation d'une dizaine de pièces, en français.

- Depuis près de seize ans, cette unique troupe théâtrale francophone de l'Iran améliore ses performances, dans l'ensemble des genres et des registres : de la tragédie à la comédie, des auteurs classiques aux modernes, notamment : Oreste d'Euripide, (1997), Le Bourgeois gentilhomme de Molière,  (1999), Bonjour l'an 2001 de H.-R. Shairi, (2001), Le retour de l'étranger, (2003), Le Médecin malgré lui de Molière, (2005), Le caillou de monsieur Pierre de Pierre-Yves Millot, (2008), et Le Mariage forcé de Molière, (2014). En 2005, la troupe a été invitée, en France, pour présenter Le Médecin malgré lui, au Festival «Le Mois Molière», événement annuel de théâtre et de musique, organisé, tous les ans, du 1er au 30 juin, par la ville de Versailles, depuis 1996.

(Avec Revue de Téhéran, N° 101, avril 2014)

- On continue l'émission par une actualité, au sujet d'un grand événement culturel à se produire, en Iran.

- La 27ème Foire Internationale du Livre de Téhéran a ouvert ses portes aux passionnés de livres, mercredi matin, le 30 avril 2014. Le public aura, jusqu'à 10 jours, pour visiter l'exposition, qui avait pourtant, officiellement, commencé ses travaux, un jour, auparavant, mardi 29 avril, en présence du Président iranien, Hassan Rohani.

- La Foire de livre a été organisée, au Grand Mossalla, (Grande salle de prière) de Téhéran, sur une superficie de 125.000 mètres carrés. Près de 3.000 éditeurs iraniens ou étrangers ont présenté plus de 398.000 titres de livres, au cours de cette exposition.

- Beaucoup de pays, dont l'Allemagne, la France, la Turquie, le Japon, le Venezuela, le Mexique, la Russie, le Qatar, la Syrie, le Koweït, le Sultanat d'Oman, le Liban, l'Azerbaïdjan, l'Arménie et la Chine ont participé, cette année, à la Foire du livre de Téhéran. 4.500 stands de livres ont été érigés, dans l'exposition, qui accueille les éditeurs des livres d'éducation ou universitaires, des livres destinés à la jeunesse, ou d'autres catégories, qui se vendent en monnaie nationale et en devises.

- La 26ème Foire internationale du livre de Téhéran a attiré, l'année dernière, 5.000.000 de visiteurs, et on s'attend, aussi, cette année, que le bilan des visiteurs soit au même niveau ou presque, cette année.

- Place maintenant à un court thème, pour clôturer l'émission d'aujourd'hui.

- Le 10 Ordibehesht, (qui tombait, cette année, le 30 avril), est baptisé, dans le calendrier iranien, la journée nationale du golfe Persique. Ce jour marque l'anniversaire de l'expulsion des Portugais du détroit d'Hormuz et du golfe Persique.

- A cette occasion, l'Organisation iranienne pour le patrimoine culturel a glorifié ceux ou celles qui avaient fait preuve d'une activité remarquable, dans le domaine des arts ou de la culture, en rapport avec le golfe Persique.

- Mohammad-Baqer Vossouqi, chercheur et auteur du livre «L'histoire de l'immigration des ethnies, dans la région du golfe Persique», s'est vu décerner une plaque de commémoration, de la part du président de l'Organisation pour le patrimoine culturel, et  des mains du ministre de la Culture ; tout comme Amir-Houshang Anvari, chercheur et auteur de 5 livres, au sujet du golfe Persique, M. Attarpour, documentariste, et Mohsen Charifian, pour avoir publié des livres et des albums de musique, toujours, au sujet du golfe Persique.

- Chers auditeurs, notre émission se termine ici. N'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions et critiques sur tous les programmes diffusés par notre radio. Réagissez, aussi, aux informations, et envoyez-nous vos commentaires. Je vous rappelle que vous pouvez nous proposer des sujets culturels touchant l'Iran et votre propre pays. Au revoir.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir