This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mardi, 06 mai 2014 09:07

Spécial Auditeurs du 5 mai 2014, (Première partie) : le chiffre 11, l'énigme et l’architecture !

IRIB- Bonjour, Chers amis. Ravis de vous retrouver, pour une nouvelle édition du Spécial Auditeurs.

Vous connaissez, déjà, le cadre de cette émission qui vous est, entièrement, consacrée: nous lirons, tout d'abord, vos messages, et vous parlerons, ensuite, de divers sujets touchant la civilisation et la culture iraniennes. Il nous arrive, aussi, de nous attarder sur l'actualité marquante du jour, que ce soit de la culture, du sport, des sciences ou autres, ayant un rapport quelconque avec l'Iran ou les Iraniens. Restez à l'écoute.

- Comme à l'accoutumée, nous commençons le programme par une revue de vos lettres, mails, messages ou comments, et c'est parti pour le premier message d'aujourd'hui !

- Le premier message d'aujourd'hui nous est parvenu d'un fidèle internaute, Djilali Benmouffok, qui commente ce titre : «Quand Poutine imite Ahmadinejad ..», pour en dire :

- Bonne idée, si elle n'est pas exclusive ; c'est à dire qu'un réseau internet limité à un ou certains pays doit être une option à l'internet international. La solution, c'est que l'actuel serait toujours payant ou plus encore, et celui limité à un espace géographique serait gratuit, ce qui permettrait au plus réticent d'accéder aux nouvelles technologies, tout en relançant l'industrie d'outils numériques.

- Merci Djilali Benmouffok de votre assiduité à nous lire sur le site de la radio, et, surtout, à y réagir.

- «Plan d'attaque contre la Syrie, pour sauver l'Ukraine», c'est le titre qui a fait réagir un autre cher internaute, Cass, et voici ce qu'il en pense :

- Et il est fort improbable que Washington intervienne, pour défendre l'Ukraine. Ça veut dire quoi? Puisqu'en fait, ''Washington and co'' ont mené un coup d'Etat contre L'Ukraine ; en réalité, Washington agresse l'Ukraine, c'est ça la réalité.

- Nous remercions Cass pour sa fidélité à radio Téhéran, version française, et on passe au message suivant, écrit par Magrof Magnauma, en bas de ce titre : «L'Iran insiste sur la lutte contre le terrorisme». Voyons ce qu'il nous en fait savoir :

- La Russie et l'Iran n'ont fait que se défendre et prendre des mesures de précaution contre les vautours qui sont venus, surtout, le 11 sept 2001. (...) Il en va de soi que la Russie et l'Iran sont 2 acteurs incontournables de l'équilibre de la paix, sur le continent eurasien! Mais quand le leadership échappe à certains, il va de soi qu'ils vont semer le désordre, chez les autres et près de leurs frontières (...)

- Merci Magrof Magnouma de votre attention aux articles parus, sur le site de la radio francophone iranienne.

- Et pour le dernier message d'aujourd'hui, nous lisons les mots qu'un autre internaute, Adrien, nous a écrits, en réaction à ce titre : «Khazaï: "Israël est impliqué dans l'assassinat du savant atomiste iranien"». C'est en ces termes qu'Adrien nous fait connaître son avis :

- L'utilisation de l'énergie nucléaire, à des fins civiles est une technique du siècle dernier, coûteuse, dangereuse, et, finalement, inutile. L'Iran n'a pas besoin de l'atome, pour devenir une grande nation (...)

- Merci Adrien, pour votre contribution. Mais comme vous le savez, l'électronucléaire est, toujours, courant, dans le monde, et malgré certains désavantages, il faut quand même penser à trouver des ressources de remplacement aux énergies épuisables, sans oublier, d'ailleurs, la nécessité de faire rappeler ses droits, au monde entier...

- Il vous est, sans doute, arrivé d'apprendre que certains monuments historiques dissimulent une vieille histoire ou une énigme. Qu'elles soient réelles ou non, ces histoires font, parfois, l'objet de livres ou de films intéressants.

- Mais ce que nous allons vous raconter, dans cette émission, c'est le résultat des études effectuées par un chercheur mathématicien néerlandais, sur un mystère dissimulé derrière l'architecture du mausolée de Shâh Nematollah Vali, à Kerman.

- Le mausolée du soufi mystique, Shâh Nematollah Vali, est situé, dans le village de Mahan, à 35 kilomètres, au Sud-Est de la ville de Kerman, Chef-lieu de la province du même nom, dans le Sud-Est iranien. L'édifice aurait été érigé, en 1436, par Ahmad Chah Vali, avant d'être agrandi et restauré, sous le règne du Roi Shah Abbas 1er, en 1601. Il y a peu de temps, le mathématicien hollandais, Vincent Karels, effectuait une recherche sur l'architecture de la coupole de cet édifice qui, selon lui, cache un mystère !

- «Les architectes perses ont utilisé une méthode exceptionnelle, dans la conception et la construction de la coupole du mausolée de Shâh Nematollah Vali. J'ai réalisé que cette coupole est divisée en 11 sections égales, dont la base est en bas de la coupole et les pointes se relient à l'apex», dit le mathématicien hollandais.

- «Il est difficile, du point de vue mathématique, de diviser la périphérie d'un cercle en un nombre impair de sections égales. Avant tout, ça doit être intéressant de découvrir comment ont fait les architectes de ce mausolée de l'ère safavide, pour arranger, l'une à côté de l'autre, ces 11 sections égales de la coupole. D'ailleurs, ils auraient voulu, ce faisant, transmettre un message», ajoute Vincent Karels.

- Vu les résultats des études qu'il a effectuées sur l'alphabet numérique d'Abjad, le mathématicien néerlandais réalise que le chiffre 11 est conforme au terme «Hoù» qui dit «Allah». Il estime probable que le choix de ce chiffre, dans la conception et la construction du mausolée de Shâh Nematollah Vali, s'explique par le goût et le souci des architectes de l'édifice, qui auraient voulu mettre, ainsi, en relief la foi et la grande pureté spirituelle de celui qui y dort.

- A noter que Shâh Nematollah Vali fut un poète et mystique des 8ème et 9ème siècles de l'hégire lunaire. Une version historique nous apprend qu'il décéda, en l'an 832 ou 834 de l'hégire lunaire, à Kerman, et fut inhumé, dans un jardin, à Mahan actuel.

- On continue l'émission par une information scientifique.

- On a, déjà, parlé, dans cette même édition, des grands progrès accumulés par les scientifiques iraniens, dans différentes disciplines des sciences, grâce aux cellules souches, et cette fois-ci, il s'agit des opérations, sur la cornée de l'œil, autrement dit, la greffe de cellules souches, dans la kératoplastie. En Iran, la chance de réussite de cette chirurgie délicate est parvenue, aujourd'hui, à, environ, 80%, un chiffre, qui s'estimait à seulement 15%, auparavant.

- Selon le Président de l'Hôpital Farabi de Téhéran, la greffe de cellules souches se fait, souvent, sur les patients ayant subi une brûlure oculaire, ou lorsqu'on réalise que les cellules souches de la cornée de l'œil d'un patient a été endommagé, pour une raison ou autre. Cette méthode s'utilise, aussi, dans la réparation des nerfs optiques, mais on est toujours à l'étape des tests sur les animaux. «Une fois que nous aurons obtenu des résultats définitifs, il sera possible d'utiliser la greffe des cellules souches, dans la réparation des nerfs optiques humains. Cette méthode sera, d'abord, utilisée, dans le traitement des patients ayant perdu la vue, à cause d'un glaucome ou d'un trauma», précise le Dr. Jabbarvand, Président de l'hôpital Farabi de Téhéran, une grande clinique spécialisée dans les maladies oculaires.

- On termine l'émission par une information culturelle. Bientôt, sortira un livre sur les chefs d'œuvres de l'art persan, se trouvant, en Hongrie.

- «L'un de nos projets consiste à identifier et à faire connaitre au monde entier les œuvres d'art iraniennes qui se trouvent dans des musées ou qui font partie de collections étrangères», dit Ali-Reza Esmaïli, Président de l'Institut Matn, lié à l'Académie des Arts d'Iran.

- «Dans ce droit fil, nous avons, déjà, publié un livre intitulé ''Les chefs-d'œuvre de l'art iranien, dans les collections polonaises'', et allons publier, à l'avenir, un autre livre, qui aura pour titre, ''Des éclats de l'art iranien, dans les collections hongroises''. Ce livre sera riche en articles et images sur les manuscrits, la peinture, la gravure et la sculpture, la céramique, l'émaillerie, la joaillerie, l'art du métal et beaucoup d'autres branches d'art ou d'artisanat iraniens», ajoute le responsable de l'Institut Matn, affilié à l'académie des arts d'Iran.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir