This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mardi, 11 mars 2014 12:02

Spécial Auditeurs du 10 mars 2014, (Seconde partie) : De l’argent allemand, au Lorestan… (Audio)

IRIB- Bonjour et bienvenus à la seconde partie de l'émission Spécial Auditeurs. Revue de vos messages et des sujets culturels, comme toujours, au menu de cette émission. N'allez nulle part, restez avec nous.

- Comme à l'accoutumée, le programme commence par la revue de vos lettres, mails, messages ou commentaires. Avant de commencer, un grand merci à tous nos chers auditeurs ou internautes qui réagissent aux infos diffusées par la radio francophone iranienne, ou aux titres publiés par son site Internet http://french.irib.ir, et voici le premier message d'aujourd'hui :

- Le premier message de l'émission d'aujourd'hui vient d'un internaute qui s'appelle Omega, et qui commente ce titre : «Syrie : 200 terroristes tués dans une embuscade de l'armée», et Omega de nous dire :

- C'est un travail remarquable, le fait d'éliminer des centaines de terroristes, mais la question qui se pose, vraiment, (est de savoir) d'où viennent ces monstres ?

- Oui, c'est ce qui est très important, Omega. Merci et à bientôt.

- Le message suivant nous est parvenu d'un autre internaute-auditeur, dont le pseudo est Grandloup74, en réaction à un titre disant : «Poutine déclare la guerre à l'Ukraine!!!», et voici ce que Grandloup74 nous en dit :

- Poutine ne fait que son devoir : Protéger les citoyens ukrainiens et russes, qui ont demandé sa protection, de façon démocratique. Les menaces US ne doivent pas l'intimider ; de toute façon, même sans intervention, ils ne savent faire que des coups tordus au monde entier.

- Nous remercions cet internaute, pour sa contribution, et on passe, ensuite, à un autre comment, écrit par V, en réaction à ce titre : «Amnesty accuse Israël d'avoir "la gâchette facile", en Cisjordanie». V nous a écrit :

- Tant que les USA, pilleurs et immoraux, auront un tel poids sur la justice internationale, Israël ne sera jamais condamné! Tant que la justice internationale fera l'objet de compromis, le podium des juges les plus corrompus de la planète, tant que l'ONU sera l'instrument du pillage légal, dénonçant, simplement, les pays qui ne laissent pas faire, rien n'ira dans le sens de la paix! (...)

- Merci cher internaute V, pour votre analyse et à qui nous  savons gré de votre assiduité, dans la lecture des titres publiés sur notre site. A très bientôt, donc.

- Et «Ukraine : BHL va-t-il envoyer l'aviation française bombarder Moscou ?», c'est, en fait, l'objet d'un commentaire, écrit par notre internaute Youyous, qui nous en dit :

- La France est une colonie qui appartient à l'entité sioniste, pour preuve : vous voyez le petit télégraphiste de l'empire, "BHL", agir, au nom de la France ! Et personne ne réagit, au gouvernement. Ils sont bien dociles et soumis, ces gouvernants français !

- Avec le message de Youyous, que nous remercions, infiniment, pour sa contribution à l'émission, on tourne la page des messages de cette émission, pour passer à la suite du programme. Restez, encore, avec nous.

- Dans la province iranienne du Lorestan, il existe un art, qui, en raison du manque de matières premières, risque de connaître un avenir sombre. En persan, on l'appelle «Varshosazi», (ورشوسازی), un artisanat qui consiste à travailler une alliage appelé «Varsho», ( ورشو), connu sous le nom de German Silver ou Argent Allemand, dans les pays européens. Il s'agit d'un alliage composé de cuivre, de nickel et, souvent, de zinc. Par rapport à l'ancienneté culturelle et civilisationnelle du Lorestan, (لرستان), l'arrivée de l'argent allemand, dans cette région, est assez récente, mais l'artisanat en métal du Lorestan remonte à l'ère du bronze. Les œuvres en métal découvertes, au Lorestan, datent d'une période allant de 1700 à 600 ans avant JC.

- L'art d'Argent Allemand est arrivé, en Iran, depuis la Pologne, d'où la ressemblance avec le nom de Varsovie, la capitale polonaise, qu'on prononce «Varsho», en persan. Cet art arriva à son summum, vers la fin de l'époque Qadjar et le début de l'époque Pahlavi. Les deux villes de Dezfoul, au Khuzestân, et de Borujerd, au Lorestan, sont le berceau de cet art ancien. Les artisans du Lorestan utilisaient le cuivre jaune, avant l'arrivée de l'argent allemand, dans le pays.

- Une fois que l'argent allemand fut arrivé, en Iran, les artisans talentueux de Borujerd, au Lorestan, ont adopté cet alliage, qu'ils ramollissaient, finement, avant de confier le résultat de leur travail aux maîtres ciseleurs, qui donnent vie aux objets ou récipients faits de cet alliage, par de beaux motifs, qu'ils cisèlent sur leur face extérieure. De nos jours, l'art de «Varshosazi» ou d'«argent allemand», est, de nos jours, toujours aussi présent et courant, dans la ville de Borujerd, tandis que le «Varsho» iranien et les artisans iraniens de cette discipline d'art sont de notoriété mondiale. Parmi les différents objets et, surtout, récipients faits d'argent allemand, les samovars en «Varsho» qu'on trouve un peu partout, en Iran, sont l'œuvre des maîtres «Varshosaz», ( ورشوساز), de cette ville.

- «Cet art est venu à Borujerd, depuis Dezfoul. Le premier samovar en argent allemand, en Iran, a été construit, à Boroujerd, par le Maître Ali Minâgar, qu'on connaît comme étant le Père de cet art», dit un maître ciseleur de la ville de Borujerd. «Les objets en argent allemand restent, longtemps, comme neufs, en raison de l'endurance de cet alliage, mais la production de cet alliage a baissé un peu partout, dans le monde, et de ce fait, les artisans '' Varshosaz'' connaissent beaucoup de problèmes, pour en trouver. Ils achètent, donc, de vieux objets en Varsho, (argent allemand), qu'ils font fondre, et en construisent de nouveaux produits. Bref, cet art risque de tomber dans l'oubli, parce que nous n'avons plus nos maîtres anciens», ajoute l'artisan.

- Les antécédents de l'art du métal, dans la province du Lorestan, remonte à il y a plus de 6.000 ans. Les objets découverts, dans la cave Kalmâkareh de Poldokhtar, en disent long, sur la civilisation ancienne de cette province, qu'on pourrait reconnaître comme le berceau de l'artisanat du métal, en Iran.

- On continue l'émission par une information culturelle portant sur un cinéaste iranien de renommée mondiale.

- Le cinéaste iranien, Asghar Farhadi, à qui on doit "A Propos d'Elly", "La Séparation" et "Le Passé" a été fait Officier des Arts et des Lettres, (vendredi 28 février), à Paris. Selon les sources d'information, c'est dans l'enceinte rococo du Ministère français de la Culture que le réalisateur de 42 ans a reçu sa distinction, des mains de la Ministre de la Culture, Aurélie Filippetti.

- Il était entouré de sa femme, Parisa Bakhtavar, mais aussi, du producteur Alexandre Mallet-Guy, du réalisateur Michel Hazanavicius et de son épouse, Bérénice Bejo, qui a été dirigée par Asghar Farhadi, dans "Le Passé". Le jeune Elyes Aguis, qui joue, lui-aussi, dans le drame nommé dans la catégorie Meilleur Film Étranger aux Oscars 2014, était, également présent. "Le Passé" est, également, en lice, pour quatre César : Meilleur Film, Meilleur Réalisateur, Meilleure Actrice, (Bérénice Bejo), Meilleur Scenario Original.

- Dans un discours tenu à cette occasion, la ministre française de la Culture, Aurélie Filippetti, a parlé du cinéma de Farhadi et de sa popularité, dans la société française. La France – a dit la ministre- s'intéresse au cinéma indépendant et engagé de l'Iran.

- «A l'âge d'adolescence, j'étais fasciné par des écrivains, comme Hedayat et Sa'edi, qui sont inhumés au cimetière du Père-Lachaise de Paris (...) Je tiens à attirer l'attention de tout le monde à cette question, en ce sens que l'Iran s'enorgueillit d'un théâtre et d'une littérature remarquables», a affirmé, à son tour, Asghar Farhadi, lors de cette cérémonie.

-Et une autre information culturelle, pour terminer l'émission : l'organisation iranienne de l'héritage culturel, de l'artisanat et du tourisme se lance dans la rédaction du dossier de l'enregistrement mondial des «Badgir», (بادگیر), de Yazd. «L'Organisation iranienne de l'héritage culturel, de l'artisanat et du tourisme s'occupe, sérieusement, de rédiger un dossier, pour tenter de faire enregistrer les Badgirs de Yazd, sur la liste du patrimoine culturel de l'UNESCO, en tant qu'une chef-d'œuvre de l'architecture iranienne», affirme le patron de cette organisation, Massoud Soltanifar. Cette question devient plus importante, lorsqu'on se rappelle que certains pays arabes, ayant imité l'architecture persane et construit des bâtiments équipés de Badgir, cherchent, maintenant, à le faire enregistrer, en leur propre nom, sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO !

- Pour rappel, le badgir, qu'on pourrait traduire en ''tour à vent'' ou "capteur de vent" est un élément traditionnel de l'architecture perse, utilisé, depuis des siècles, afin de créer une ventilation naturelle, dans les bâtiments. À chaque fois qu'un faible souffle de vent passe, à travers le sommet du capteur de vent, la différence de hauteur crée une faible différence de pression entre la base et le sommet de la colonne interne du badgir. La différence de pression aide, donc, à faire remonter l'air chaud vers le sommet et à amener de l'air frais vers le bas de la colonne. Couplé avec les propriétés de la terre crue, cela augmente les qualités de résistance à la transmission de la chaleur ; le capteur de vent peut, alors, considérablement, rafraîchir les espaces bas, dans les mosquées et les maisons, en pleine journée.

- Le badgir a été si efficace, dans l'architecture iranienne, qu'il a été utilisé, depuis très longtemps, comme élément réfrigérant. De nombreux réservoirs d'eau traditionnels ont été bâtis, couplés à des capteurs de vent, permettant, ainsi, de stocker l'eau à des températures, extrêmement, fraîches, pendant les mois d'été.

(IRIB avec http://www.albert-videt.eu)

-Chers auditeurs, notre émission se termine ici. N'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions et critiques sur tous les programmes diffusés par notre radio. Réagissez, aussi, aux informations, et envoyez-nous vos commentaires. Je vous rappelle que vous pouvez nous proposer des sujets culturels touchant l'Iran et votre propre pays. Au revoir.

Media

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir