This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 12 février 2014 11:09

Spécial Auditeurs du 10 février 2014, (Seconde partie) : festival de film de Fajr....

IRIB - Bonjour et bienvenus à la seconde partie de l'émission Spécial Auditeurs. Revue de vos messages et des sujets culturels, comme toujours, au menu de cette émission. N'allez nulle part, restez avec nous.

- Comme à l'accoutumée, le programme commence par la revue de vos lettres, mails, messages ou commentaires. Avant de commencer, un grand merci à tous nos chers auditeurs ou internautes qui réagissent aux infos diffusées par la radio francophone iranienne, ou aux titres publiés par son site Internet, et voici le premier message d'aujourd'hui :

- Le premier message d'aujourd'hui vient de notre internaute Sami24, qui a commenté ce titre : «Les Israéliens réagissent à la visite d'Erdogan et de Rajoub, en Iran », pour nous dire :

- Il est du devoir des croyants responsables ou croyants laïcs, de ne penser qu'au bien être de l'Ummat, si nous voulons que le nom du Seigneur soit le plus haut, et pour la gloire de l'Islam, rassembler les force vives de la foi, et arrêter de confondre vos poches et les trésors de l'Ummat ; BENIS soit ceux qu'y nous unissent, en respectant nos différences cultuelles (...)

- En fait, la planète Terre aurait été plus agréable à vivre, si, seulement, tous ses habitants apprenaient à pratiquer le respect mutuel, dans le sens large du mot. Et merci de votre contribution.

- Ce titre : «L'Iran porte plainte contre le Ministère britannique de la Défense» a fait réagir un autre internaute, dont le pseudo est, tout simplement, V. Il nous dit :

- De toute façon, l'embargo est injustifiable!! Depuis quand les meurtriers dominent la justice et les peuples jamais en guerre sont victimes d'embargos et accusés, abusivement, d'être une possible menace?? L'Iran n'a jamais débuté une guerre!! L'Iran est, toujours, victime de guerres, de sanctions disproportionnées! La menace est Israël, l'instrument des USA, le Cheval de Troie, en Orient, le manipulateur des religions!

- Merci cher V de votre précieuse contribution, et à bientôt.

- Un autre fidèle internaute Djilali Benmouffok, aussi, a écrit quelque chose en bas de ce titre publié sur le site : «Le Hezbollah saura-t-il vaincre le Takfirisme? Et Benmouffok de poser cette question :

- Je ne comprends pas pourquoi ces gens en armes ne chassent-ils pas les colons israéliens de la Palestine. C'est par la Palestine que passera leur bénédiction divine et non par ces révolutions tombées dans un patronage sioniste.

- Et le dernier message d'aujourd'hui nous est parvenu de Hassan de France, un autre fidèle internaute, qui réagit à ce titre : «Le conflit syrien radicalise les jeunes, en France et au Royaume-Uni» (Hollande), pour nous faire savoir :

- En France, 99% des jeunes et des moins jeunes, soutiennent Bachar...

- Merci Hassan de France, merci Djilali Benmouffok et merci à tous nos chers auditeurs et internautes, ceux ou celles, notamment, qui contribuent à l'émission par leurs messages.

-''Hermeneus'' est un mot d'origine grec qui veut dire ''traducteur'' et qui a rapport avec le verbe ''hermeneuo'', qui signifie ''expliquer, interpréter''. D'autres définitions du mot ''Hermeneus'' : ''agent, médiateur ou lien'' laissent entendre que les traducteurs ou plutôt, les interprètes, existaient à l'ère préhistorique, c'est-à-dire, avant l'apparition de l'écriture.

- Mais, en Perse, l'histoire de la traduction remonte à l'ère achéménide, (559-321 avant JC). Les Achéménides écrivaient des épigraphes, dans d'autres langues courantes, dans leur empire. Pourtant, les historiens disent que, dans  l'histoire iranienne, il y a 3 ères marquées par un mouvement de traduction.

- Le premier mouvement, en termes de traduction, apparut, sous le règne de Khosrow Anoushirvan, Roi Sassanide, (531-571 de l'ère chrétienne). Avec la création de Gondishapour, les sciences grecques, romaines, indiennes ou autres ont été traduites en langue pahlavi. Ces traductions ne consistaient, pourtant, pas en livres d'histoire.

- Le deuxième mouvement de traduction, en Iran, apparut vers la fin du 2ème siècle de l'hégire lunaire. C'est avec la création de Beyt ul-Hikma, sorte de cabinet de traduction et un centre ou se réunissaient des scientifiques et traducteurs, que la traduction a atteint son summum d'épanouissement ; beaucoup de livres sur la médecine, la chimie ou d'autres sciences grecques ont été, alors, traduits en arabe.

- Il est important de dire qu'à cette époque, aussi, sous l'influence de la sagesse et de la philosophie grecque, la plupart des œuvres qu'on choisissait, pour être traduites, portaient sur les sciences, comme la médecine, l'astronomie, les sciences naturelles, la logique, la théologie et la philosophie. On ne prêtait guère, encore, d'importance à la traduction des livres portant sur l'histoire, jusqu'à ce que à l'époque des Safavides, et avec l'extension des relations entre l'Iran et des pays européens, le besoin de traduction se fit, une autre fois, ressentir.

- A la moitié de l'époque Qâdjâr, le troisième mouvement de traduction a commencé, en Iran, suite aux échecs, face à la Russie, et avec, également, l'arrivée des délégations militaires étrangères, notamment, françaises. Dans la foulée, une imprimerie a été construite, à Tabriz, par Abbas Mirza, fils de Fath Ali Shah, et avec l'installation de l'école Darolfonoun, sous le règne de Nassereddin Shah, le mouvement de la traduction a atteint son paroxysme. Les premiers livres traduits des langues européennes vers le persan avaient pour thème les sciences militaires ; puis, ça a été le tour de livres aux sujets historiques, comme «Pierre le Grand», (fondateur de la Russie moderne), «Charles XII», (Carl de Suède), et «L'Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain», qui étaient traduits, puis, utilisés par les étudiants de Darolfonoun.

- Il reste, encore, bien de choses intéressantes à dire, sur l'historique de la traduction en Iran, mais devant répondre à des impératifs de temps, on les garde, pour les futures émissions, et on passe, pour l'instant, à un autre sujet tout aussi intéressant, mais plus contemporain.

- On continue l'émission par la revue des résultats de la catégorie «international» du Festival du film de Fajr, qui se déroule, chaque année, en février, en Iran. La cérémonie de fermeture du 32ème festival international du film de Fajr, pour cette catégorie, a eu lieu, le 4 février, à l'Hôtel Azadi de Téhéran.

- Le diplôme de la meilleure réalisation artistique et technique a été décerné, lors de cette cérémonie, à Mahmoud Behraznya, pour le film "Prince", une co- production de l'Allemagne et de l'Afghanistan. Le Simorgh (Phoenix) en cristal de cette catégorie a été décerné à Stephen Varbk, pour la bande originale de «Rouz-e Rastâkhiz», (le jour de la résurrection), d'Ahmad-Reza Darvish.

- Le Diplôme d'honneur du meilleur scénario a été décerné à Bakhtygvr Krymaf, du Tadjikistan, pour le scénario du film «Le Miroir mat» du Tadjikistan, et à Fayçal Svyysal, pour son film "Croisement", de la Turquie. Le Simorgh de cristal du meilleur scénario a été attribué au film «La Saison de la Récolte», co-production de la Géorgie et de l'Estonie, et à son scénariste, Zaza Yvrvshatz.
- Le Simorgh de cristal du meilleur réalisateur a été octroyé à Hani Abvasd, pour le film "Omar", tandis que le diplôme d'honneur spécial du Jury a été décerné à l'Iranien, Naser Zamiri, auteur-réalisateur de film «Bâ Digarân» (Avec les autres). Sachez, aussi, que le Simorgh de cristal, prix spécial du jury, a été décerné à Amir Baygazyn, auteur et réalisateur du film «Dars-hâye hamâvâzi», (les leçons d'harmonie), co-production du Kazakhstan, de la France et de l'Allemagne.

- L'Iranien, Ahmad-Reza Darvish, auteur-réalisateur du film «Résurrection» a gagné le prix Moustapha Akkad, (drapeau d'or), alors que le Simorgh de cristal du meilleur film a été décerné à  Zaza Yvrvshatz et Ivo Felt, pour le film «La Saison de la récolte», de la Géorgie et de l'Estonie.

- Les prix de la catégorie "Panorama mondial" ont, aussi, été présentés le même jour.

- Le Simorgh de cristal du meilleur acquis technico-artistique a été décerné à Yrmk Tvrsvnf, pour le film «The Old Man» (Le vieil homme), du Kazakhstan.

- Les Simorgh de cristal de la meilleure actrice et du meilleur acteur ont été décernés, respectivement, à Bianca Krykzmn et à Aysaka Savadvgv, pour le film «Nouveau Monde», des Pays-Bas.

- Mohammad Mehdi Askarpoor a reçu le Simorgh de cristal du meilleur film asiatique, pour le film qu'il a réalisé, intitulé, «Nous avons des invités».

- Toujours, dans cette catégorie "Panorama mondial", le Simorgh de cristal du meilleur scénario a été décerné au film «Cercles», et à ses scénaristes, Srdan Glvbvvych, Syriaque Kvlyvych et Mylna Puta Kvlyvych, pour cette co-production de la France, de l'Allemagne, de la Slovénie et de la Croatie.

- Le Simorgh de cristal du meilleur réalisateur a été attribué à Raeis Chilik, pour le film «La Nuit silencieuse», de la Turquie, ainsi que le Simorgh de cristal, prix spécial du jury, a été décerné au Russe, Yuri Baykvf, pour son film «Major».

- Et enfin, le Simorgh de cristal, prix spécial international du 32ème Festival de Fajr a été décerné à l'Iranien, Ebrahim Hatami- Kia, auteur et réalisateur de film «Che», tandis que Mark Berry, a reçu, lui aussi, le Simorgh d'or, en tant que producteur du film «Nouveau Monde», des Pays-Bas.

- Chers auditeurs, notre émission se termine ici. N'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions et critiques sur tous les programmes diffusés par notre radio. Réagissez, aussi, aux informations, et envoyez-nous vos commentaires. Je vous rappelle que vous pouvez nous proposer des sujets culturels touchant l'Iran et votre propre pays. Au revoir.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir