This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 03 février 2014 12:33

Spécial Auditeurs du 2 février (Première partie) : Ispahan, Yazd et leurs colombiers…

IRIB- Chers amis, bonjour et bienvenus à une nouvelle édition du Spécial Auditeurs.

Vous connaissez, déjà, le cadre de cette émission qui vous est, entièrement, consacrée: nous lirons, tout d'abord, vos messages, et vous parlerons, ensuite, de divers sujets touchant la civilisation et la culture iraniennes. Il nous arrive, aussi, de nous attarder sur l'actualité marquante du jour, que ce soit de la culture, du sport, des sciences ou autres, ayant un rapport quelconque avec l'Iran ou les Iraniens. Restez avec nous.

- Comme à l'accoutumée, nous commençons le programme par une revue de vos lettres, mails, messages ou comments, les petits commentaires que vous écrivez, en réaction aux infos ou articles publiés sur le site de la Radio. Voyons quel est le premier message d'aujourd'hui !

- Le premier message d'aujourd'hui vient d'un internaute qui se dénomme RIVIERE Hadria, et qui a réagi à ce titre, publié sur le site Web de la radio : «Montreux : le face-à-face Damas/opposition...», pour dire :

- Seule, une écrasante victoire militaire, sur le terrain, de l'armée de la République arabe, permettra, au peuple syrien de retrouver la tranquillité, pour, enfin, pouvoir commencer la reconstruction de son pays.

Toutes ces conférences - organisées par l'ONU, avec un choix des partenaires fait par les Yankees et leurs laquais saoudiens- ne servent à rien, si ce n'est à gagner du temps, pour permettre aux mercenaires salafo-wahalibistes, de massacrer davantage de Syriens, de progresser, sur le sol syrien etc... Mais tout cela, le gouvernement LÉGITIME syrien le sait....

- Merci chère RIVIERE Hadria, pour ce judicieux commentaire, et à très bientôt.

- «Ukraine : la fausse-vraie révolution orange» est un autre titre, qui a fait réagir notre internaute, Kharroubi Habib, qui s'exprime en ces termes :

- En Ukraine, les troupes de choc de l'impérialisme américano-européiste sont constituées de mercenaires nazis venus de toute l'Europe, engagés dans le groupe nazi ukrainien Svoboda, armés entraînés et guidés par la CIA et d'autres services secrets occidentaux

- Merci cher Kharroubi Habib de votre petite analyse et de votre attention aux articles publiés sur le site de la radio francophone iranienne.

- SEPH, un autre internaute a, pour sa part, commenté ce titre : «L'option militaire contre l'Iran est prête!!», et voici son commentaire :

- J'ai peur que l'Accord de Genève sur le nucléaire soit un marché de dupe avec les USA. En effet, cet accord pourra vite évoluer vers une situation à la Libyenne, du fait de la mauvaise foi des états-uniens. Les Américains, il faut les affronter de front, (...), sinon ce sera la mort, face à un serpent, qui trouvera toujours quelque chose à mordre.

- Ne vous inquiétez pas, cher SEPH. S'agissant de l'affaire nucléaire, la diplomatie iranienne en cours est forte, vigilante et fidèle à ses principes. Merci, et à bientôt.

- Et pour le dernier message d'aujourd'hui, nous évoquons ici celui de NZOTO JOANES, qui commente ce titre. «Bachar Assad, "personnalité de l'année 2013"», et voici ce qu'il nous en dit :

- Monsieur le journaliste, ajoute ma voix. Assad est un homme fort, courageux, intrépide, sûr de lui-même et qui ne cède pas à la menace de n'importe qui. IL EST LENT A LA COLERE. Il va lentement, mais sûrement. Il est l'homme de l'année 2013. Que le Dieu tout puissant le guide, dans ses décisions, et protège son pays contre les malfaiteurs, les terroristes et ceux qui les soutiennent (...).

- Merci à vous  NZOTO JOANES, pour votre commentaire, et grand merci encore à tous ceux et à toutes celles qui contribuent à l'émission, par leurs mails ou commentaires.

- Si vous prenez la route, dans les régions désertiques de l'Est de la province d'Ispahan, (au centre de l'Iran), vous remarquerez, à votre droite, à votre gauche, beaucoup d'édifices, sous forme cylindrique, dont la plupart, proches de la ruine. La vie moderne ne laisse, apparemment, aucune chance de survie à ces «colombiers», même, dans les déserts sans peuplement.

- La construction de colombiers était très courante, au début de l'ère safavide, notamment, à Ispahan et à Yazd (toujours au centre de l'Iran). Les colombiers étaient utilisés, pour loger et élever les pigeons, mais ces édifices avaient, aussi, d'autres utilités, en rapport avec l'agriculture, la tannerie, même avec la poudrerie. A l'époque, on utilisait les fientes accumulées, dans les colombiers, pour fabriquer de la poudre. Les colombiers étaient si importants, à l'époque, que le roi safavide Shâh Abbâs II recevait des taxes assez lourdes de ces édifices.

- En fait, parmi les monuments prodigieux de l'ère safavide, les colombiers semblent avoir été moins évoqués. (Selon le magazine "Revue de Téhéran"), ils firent, néanmoins, partie intégrante des faubourgs d'Ispahan de cette époque et furent un exemple du style architectural de l'ère safavide. Cet ensemble homogène d'architecture urbaine construit, en grand nombre, dans les champs verdoyants et fertiles des villages d'Ispahan, avait pour objectif principal, la récolte des fientes de pigeon, mais visait, également, à éloigner les pigeons des champs cultivables, pour les empêcher de dégrader ces terres, et, enfin, à chasser les pigeons, pour s'en nourrir.

- Nous ignorons, pourtant, la date précise de la construction des colombiers, en Iran ; nous sommes, cependant, certains, qu'il y a 700 ans, il y existait tout un commerce intérieur de colombiers entre les agriculteurs locaux et les propriétaires terriens, qui devaient payer, chaque année, des taxes à l'Etat.

- «Je crois que l'Iran est le pays où les meilleurs colombiers furent construits. Ces gigantesques tours sont six fois plus élevées que nos plus grands centres de recherche étudiant les différentes espèces d'oiseaux. J'ai dénombré plus de 3.000 colombiers, aux alentours d'Ispahan'' nous raconte "Chardin'', voyageur français, qui décida de partir pour la Perse et l'Inde, à l'âge de 22 ans, pour y faire du commerce de diamants.

- Très vite, il plût au roi de Perse, Shâh Abbâs II, qui en fit son marchand, jusqu'en 1670. Il publia, alors, Le couronnement de Soleiman troisième, Roy de Perse. En1673, il retourna en Perse et resta quatre ans, à Ispahan. En 1686, il publia la première partie des Voyages de monsieur le chevalier Chardin, en Perse, et autres lieux de l'Orient.

- Dans cette œuvre, il prétend connaître la ville d'Ispahan mieux que Paris. Chardin considérait que l'histoire et les monuments d'Ispahan étaient tellement uniques qu'il consacra l'un des dix volumes de son œuvre sur l'Iran à cette ville. Aujourd'hui, encore, ses écrits restent d'un grand intérêt et témoignent de la vie persane de cette époque.

- Il est important de noter que les styles architecturaux de ces tours sont très variés et diffèrent d'une région à l'autre. A titre d'exemple, au Nord-Est et au Sud d'Ispahan, la forme circulaire est dominante, tandis qu'à Khân sâr et Golpâygân, villes situées au Nord-Ouest, elles sont, le plus souvent, de forme quadrangulaire.

- Les plus anciennes formes sont les structures cylindriques. Pour maintenir la solidité de la colonne, le corps externe était construit en forme oblique, à l'opposé de la paroi interne, qui remontait, verticalement, jusqu'au toit. A l'extrémité du toit, se trouvait une coupole, qui servait à la ventilation, à l'éclairage, ainsi qu'au va-et-vient des oiseaux.

-Au milieu de la coupole de certaines tours, se trouvaient, également, d'autres tourelles de dimension moindre. Le plan de l'espace interne était élaboré, de façon à loger le plus grand nombre possible de pigeons, dans des petites chambres-cellules conçues à cet effet. Cet espace était assez vaste, pour permettre aux oiseaux de s'envoler, librement.

- Pourtant, les utilités représentées par le pigeon, pour les Iraniens et les Européens anciens, n'étaient pas, exactement, les mêmes. Les Français et Britanniques élevaient le ''pigeon voyageur'', une race, spécialement, sélectionnée, pour effectuer des voyages, afin de transmettre des messages, et dont les déplacements constituaient un vecteur de communication courant, et considéré comme très fiable, jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale.

- Les colombiers ont été, en Europe, un signe nobiliaire. En Europe du moyen-âge, les colombiers faisaient partie de la maison seigneuriale. Les lois européennes furent très vigoureuses, s'agissant de la maintenance de ces édifices. Les colombiers européens étaient, souvent, construits en pierre, couverts d'un toit, sous forme de dôme ou de mansarde munie d'une fente. Le plan du corps principal de colombier européen variait, souvent, d'un pays à l'autre.

- On va continuer l'émission par une heureuse information culturelle.

- Neuf enfants et adolescents iraniens ont obtenu le diplôme d'honneur de la 41ème exposition internationale des Beaux-Arts des enfants Lidice 2013, tenue, en République tchèque. 887 œuvres de peinture et 33 clichés de photos, tous, créés par les artistes iraniens de jeune âge, membres des centres de l'Institut de l'Education Spirituelle des Enfants et des Adolescents, de différents villes ou villages iraniens, avaient participé à ce concours.

- Le Secrétariat de cette compétition artistique internationale affirme avoir reçu, dans l'ensemble, 24.593 œuvres de 68 pays du monde.

- Etant donné que le 10ème anniversaire de la Convention de l'UNESCO, pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, était célébré, en 2013, à l'occasion de cet anniversaire, la 41ème édition a eu pour thème : Tradition et patrimoine du peuple de mon pays. L'exposition internationale des Beaux-Arts des enfants Lidice, une des expositions d'art les plus importantes, en Europe, et dans le monde, pour les enfants âgés de 4 à 16 ans.

- Place, maintenant, à une autre information culturelle, pour terminer l'émission.

- Le film «Chut ! Les filles ne crient pas» de la cinéaste iranienne, Pouran Derakhshandeh, a gagné le prix spécial du premier choix des téléspectateurs, à un festival américain, The Irvine International Film Festival, dans la catégorie compétition internationale. Après que son film réussi fut sorti à l'écran du festival Irvine, Pouran Derakhshandeh a, aussi, répondu à des questions des journalistes d'art et des passionnés du 7ème art venus à Orange County.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir