This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 15 janvier 2014 11:46

Spécial Auditeurs du 12 jan 2014 (Première partie) : Mustafa Prize, le petit Picasso iranien....

Spécial Auditeurs du 12 jan 2014 (Première partie) : Mustafa Prize, le petit Picasso iranien....
IRIB- Chers amis, bonjour et bienvenus à une nouvelle édition du Spécial Auditeurs, programme qui vous est, entièrement, consacré.

Nous lirons, tout d'abord, vos messages, et vous parlerons, ensuite, de divers sujets touchant la civilisation et la culture iraniennes, l'Iran d'aujourd'hui et d'hier.

- Comme à l'accoutumée, nous commençons le programme par une revue de vos lettres, mails et messages. Voyons quel est le premier message d'aujourd'hui !

- Le premier message d'aujourd'hui est un comment écrit par notre internaute, Cass, qui a réagi à ce titre : «Pourquoi une victoire, à Al-Anbar, serait-elle stratégique pour la Syrie?», et voici ce qu'il nous en dit :

- Heureusement que French IRIB existe, car sinon, je ne sais pas comment les Français, entre autres, feraient pour être, sainement, informés de nos jours.

- Merci, Cher Cass, pour votre fidélité à la radio francophone iranienne, et à la prochaine.

- Notre internaute, Abou Hussein, aussi, nous a écrit son petit commentaire à lui, sur ce titre : «Manuel  Valls, ministre de l'Intérieur ou de la morale ?», et de dire :

- Leur politique, au jour d'aujourd'hui, consiste à terroriser la population, en la pénalisant, lui interdisant une liberté de pensée ou de s'exprimer, librement, chacun, dans sa doctrine et sa pratique. Ils seront confrontés à un échec qui sera cuisant, car ils sont conscients qu'il se cramponne à leur fauteuil, mais pour combien de temps?

- Merci Abou Hussein, et nous sommes contents que les articles parus, sur le site, aient pu attirer votre attention.

- Le message suivant est un petit peu différent, car il concerne, exactement, cette même édition. Et c'est notre auditeur et internaute, Ghassem  Baygui, qui a apprécié le programme, pour dire :

- Merci mille fois pour ce travail bien fondé, et ce, enrichissant, en particulier, l'esprit ; une toute petite remarque marginale à faire ; si on augmentait un peu le débit, ça serait impec ! Bien à vous tous

- Merci cher Ghassem. Vos mots nous encouragent à faire encore mieux. Merci et à bientôt, sur les ondes ou sur la page Web de la radio francophone iranienne.

- Le dernier message d'aujourd'hui vient de notre ami, Ali, qui commente, ainsi, ce titre : «Le plan de guerre saoudien contre le Hezbollah?» :

- Les  Takfiris sunnites essaient de disperser et d'amoindrir les forces du Hezbollah, pour qu'elles ne sachent plus où donner de la tête, c'est-à-dire, entre leur engagement, en Syrie, contre Israël, et chez eux, au Liban.

- Merci, Cher Ali, et bonne lecture sur notre site http://french.irib.ir.

- Un prestigieux prix de sciences et de technologies, pour les scientifiques du monde de l'Islam, vient de naître. «Mustafa Prize, prix prestigieux, qui porte le nom du grand prophète de l'Islam, sera doté d'une récompense de 500.000 dollars et d'autres gratifications, sous forme de statuettes et de médailles. Le prix sera décerné, à chaque tour, à 4 scientifiques du monde de l'Islam», a affirmé le responsable de la direction des sciences et des technologies du bureau de la présidence iranienne, Sorena Sattari. «L'octroi du prix Mustafa Prize se fera, dans les trois domaines de la nanotechnologie, de la biotechnologie, de la médecine et de la technologie d'information, (TI ou IT, selon son abréviation anglaise), et un 4ème domaine général. Les cérémonies d'octroi du Mustafa Prize se dérouleront, pendant la semaine de l'Unité, tenue, durant le mois de Rabî'a al Awal du calendrier lunaire», ajoute-t-il.

- Selon le responsable de la direction des sciences et des technologies du bureau de la présidence iranienne, ce  sont les universités, les instituts scientifiques et les centres de recherche qui présenteront des candidats au prix Mustafa Prize, qui aura lieu, tous les deux ans.

- «La création de ce prix, spécialement, conçu, pour les scientifiques des pays musulmans, donne suite aux efforts contre les approches absolutistes aux domaines scientifiques et technologiques, et pour créer un climat de coopération et d'interaction entre les spécialistes et les scientifiques du monde de l'Islam», ajoute, également, le responsable iranien.

- Le petit Picasso iranien a inauguré son exposition de peinture.

- Isabelle Salari, artiste peintre irano-italienne que le monde de l'art connaît, depuis 15 ans, sous le nom de «Petit Picasso», expose à la galerie Melal, (Nations), de Téhéran. A la cérémonie d'inauguration, participaient, également, nombre de professionnels de l'art et des artistes italiens.

- «J'étais très triste, lorsque je dessinais certains de ces tableaux, là vous remarquez beaucoup de noir et de blanc ; par contre, les couleurs rouge et jaune foncés sautent aux yeux, dans certains autres de mes tableaux que j'ai réalisés dans une période où j'étais gaie», dit l'artiste, à propos de son œuvre. Isabelle dit qu'elle aime l'Iran et se réjouit d'avoir un père iranien, qui l'a aidé à amener ces toiles, en Iran.

- Critique d'art, écrivain, homme politique et une personnalité de la télévision italienne, Vittorio Sgarbi,  a dit, en marge de l'exposition, que lorsqu'elle avait rencontré cette adolescente, en 2013, il n'imaginait pas rencontrer un si grand artiste. Mais selon le critique d'art italien, Vittorio Sgarbi, Bien que certains médias l'appellent «le Petit Picasso», si l'on veut trouver une référence, pour l'œuvre d'Isabelle Salari, parmi les grands maîtres de la peinture, elle fait plutôt penser à Jackson Pollock, peintre américain de l'expressionnisme abstrait.

- Après de vastes concertations culturelles entre l'Iran et l'Italie et grâce à la coopération de la galerie «Melal», Isabelle Salari est venue exposer, pour la deuxième fois, en Iran, son pays d'origine, côté paternel. Isabelle a commencé la peinture, très jeune, à 3 ans. Elle a exposé plusieurs fois, en Italie, depuis l'âge de 7 ans. Isabelle a, également, participé à un tour du festival des œuvres plastiques des enfants et des adolescents, en Iran. Peintre abstraitiste, qui aime jouer avec les couleurs, Isabelle Salari dit, pourtant, qu'elle aimerait expérimenter tous les styles de peinture et créer des œuvres différentes.

- «Je n'avais que 8 ans, lorsqu'un soir, j'ai rêvé de me retrouver coincé, au milieu d'une grande quantité de peinture, en train de peindre. Depuis, j'ai décidé d'entrer, pour de bon, dans le monde de la peinture et des couleurs...», dit Isabelle Salari, la petite Picasso métisse irano-italienne.

- Place, maintenant, à une petite, mais, réjouissante information, disant que l'Iran se propulse dans les classements scientifiques mondiaux. Selon des sources dignes de foi, avec l'augmentation du nombre des projets de recherches et des articles élaborés par les chercheurs iraniens, la position scientifique de l'Iran s'est propulsée, permettant au pays de devancer la Suède, la Russie et la Turquie.

- «L'Iran occupe, maintenant, le premier rang, dans la région, en termes de production scientifique et le 16ème, dans le monde», précise le site officiel du Ministère des Sciences, et d'ajouter que des pays, comme la Russie, la Turquie et la Suède, occupent, respectivement, les 19ème, 20ème, 18ème places, dans le classement de la production de science, dans le monde.

- De tous les pays en développement, seuls, l'Inde, la Corée du Sud, le Brésil et Taïwan ont pu devancer l'Iran, en matière de production scientifique, pendant l'année écoulée 2013, ajoutent les sources bien informées, au sein du Ministère des Sciences.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir