Imprimer cette page
mardi, 26 novembre 2013 13:30

Seconde Partie : Spécial Auditeurs du 23 novembre 2013 : Les tripoux vieux de 4000 ans !

IRIB- Dans la seconde partie de notre émission, nous évoquerons quelques mails de nos amis internautes et auditeurs et nous vous proposerons un sujet sur l'horloge offerte par le calife Haroun al-Rachid à Charlemagne.

 

- Nous donnons, maintenant, la parole à nos amis auditeurs qui ont réagi aux informations et articles publiés sur notre site internet, mais aussi, nous répondrons à quelques mails envoyés par nos fidèles auditeurs.

- Un ami, qui s'appelle Dupond, réagit à cette information : «Nucléaire : Que demande la France à l'Iran?», et d'ajouter :

- «En tant que Français, je ne fais qu'approuver les efforts des autorités iraniennes, pour accéder, (enfin), à une autonomie énergétique, et je déplore, comme tout le peuple iranien, les comportements d'un gouvernement, dont je ne suis, absolument, pas solidaire....courage a vous, avec tout mon soutien».

- Un bien sympathique soutien, cher ami, pour lequel nous vous remercions infiniment.

- Et le dernier commentaire de cette émission est, toujours, de notre ami, Djilali Benmouffok, qui réagit à ce titre : «Beyrouth/Attentats anti- iraniens : le Hezbollah jure de se venger!»

- «Mes condoléances aux familles des victimes. J'ajouterai que, quand 300 millions d'Arabes réunis ne sont pas capables de rivaliser avec le savoir d'un seul Iranien, la jalousie finit par se transformer en crainte, et la crainte, en folie meurtrière. Gloire et paix aux Iraniens, fierté perpétuelle de l'Islam d'hier et de demain».

- La rédaction du programme français de la Voix de la RII vous remercie pour la compassion et la sympathie que vous avez su exprimer avec tant de gentillesse et de délicatesse. Encore une fois, merci et à très bientôt.

- Nous remercions infiniment tous nos amis auditeurs et internautes qui ont eu la gentillesse de réagir à l'actualité et de s'exprimer sur des questions différentes, sur nos ondes qui leur resteront toujours ouvertes.

- Amis auditeurs, dans cette partie de notre Spécial Auditeurs, nous évoquons les tripoux de 4000 ans, dont les traces ont été, récemment, découvertes,  en Iran.

- Une délégation commune d'archéologues iraniens et italiens, lors de fouilles, près du site historique de Tchôlô, près de la ville de Sankhô, ont  découvert deux tombeaux, et dans chacun d'entre eux, des plats de tripoux. Les tripoux iraniens ou Kalleh-Patcheh sont des tripes accompagnées de pieds de mouton ou de veau. Selon l'agence de presse de l'Organisation iranienne du Patrimoine culturel, du Tourisme et de l'Artisanat, ces excavations avaient débuté, depuis un mois. Lors de leur deuxième saison de fouilles, ils ont retrouvé nombre de tombes antiques qui datent  de 3700 à 4200 ans. Ces archéologues estiment qu'après la fouille de ce cimetière, ils ont découvert une civilisation, dite celle de BMAC ou la civilisation Baktériane-Marvide, connue, déjà, dans les pays voisins de l'Est et du Nord-Est de l'Iran.

- Rappelons que le site antique de Tchôlô fut découvert, en 2011. Les archéologues croient que de telles vestiges alimentaires montrent la croyance des Iraniens antiques à l'au de-là, il y a 5000 ans. La région de Tchôlô se trouve dans un corridor de circulation, de l'antiquité à l'époque qâdjâr. Cette région se limite, au Nord, par les chaînes de l'Alborz, et, au Sud, par le Désert central (Kavir-e-Djonoub)

- Des sources d'eau et des mines, ainsi que sa position stratégique, ont fait que le village de Tchôlô se transforme, tout au long de l'histoire, en une grande ville, dont, jusqu'à présent, 40 hectares ont été découverts.

- On poursuit ce programme par un sujet sur la découverte de la plus grande fresque  de l'Iran.

- Les études archéologiques effectuées dans un site historique, près de la ville de Malayer, ont abouti à la découverte  de l'une des plus grandes fresques iraniennes. Selon l'agence de presse Mehrnews, les archéologues ont identifié  des inscriptions, qui sont, en effet, des fresques éparpillées à travers une vaste étendue.

- La plupart des motifs montrent des loups, des cerfs, des chiens et des motifs symboliques. Parmi eux, celui de la chèvre avec des cornes longues. Les dessins montrent la chasse des animaux, par des archers. Esmaïl Hemmati, qui a examiné ces dessins, a déclaré que ces inscriptions datent de la préhistoire et des périodes ultérieures. Les dimensions de l'une de ces stèles est de 12×2,5 mètres sur laquelle sont peints 104 dessins.

- Chers amis, on termine ce programme par un sujet sur l'horloge à eau offerte par le calife musulman Haroun Al-Rachid au roi de France, Charlemagne.

- Haroun al-Rachid est né, en 765, à Ray, en Perse, et est mort, le 24 mars, en 809, au Khorasan, en Perse. Il a été l'un des plus grands  califes abbassides.

- Dans ses relations diplomatiques, le calife Haroun al-Rachid fait preuve d'une remarquable activité. Il impose, pendant quelques années, un tribut aux Byzantins. Il envoie, aussi, une ambassade à Charlemagne et lui offre une horloge à eau ou clepsydre. Le premier système, pour domestiquer le temps, et pour que la main de l'homme puisse, totalement, le contrôler, fut la clepsydre, car c'était un des seuls systèmes ne dépendant pas des évènements extérieurs, comme avec le gnomon ou le cadran solaire, que l'on ne pouvait utiliser que le jour.

- La clepsydre est une horloge à eau connue aussi bien des Egyptiens que des Amérindiens ou que des Grecs. Un vase percé d'un trou laisse couler de l'eau. Des graduations situées à l'intérieur permettent de mesurer des intervalles de temps. Cette clepsydre a une forme évasée, plus large, en haut, car le débit de l'eau est plus grand, quand la dénivellation est plus grande. Les graduations sont ici à peu près équidistantes. Si le cadran solaire donne l'heure, pendant le jour, la clepsydre fait la même chose, la nuit, et elle mesure, en plus, des durées plus brèves, avec une bonne précision.

- Parmi les réalisations les plus connues, citons la clepsydre offerte par le calife de Bagdad à Charlemagne, en 807, mettant en action des automates.

- On dit qu'il y eut échange d'autres  cadeaux et de correspondance entre Hârûn ar-Rachîd et Charlemagne, dont l'éléphant blanc Abul-Abbas. L'éléphant d'ivoire, appelé «éléphant de Charlemagne», conservé à la BNF, et faisant partie du trésor de l'abbaye de Saint Denis, a, longtemps, été considéré comme un cadeau fait par Hârûn ar-Rachîd. Il en est de même, pour un jeu d'échec qu'Hârûn ar-Rachîd aurait offert à Charlemagne, mais dont on sait, aujourd'hui, qu'il est postérieur (XIe siècle), et qu'il fut, probablement, construit à Salerne.

-Chers auditeurs, notre émission se termine ici. N'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions et critiques sur tous les programmes diffusés par notre radio. Réagissez, aussi ; aux informations ; et envoyez-nous vos commentaires. Je vous rappelle que vous pouvez nous proposer des sujets culturels touchant l'Iran et votre propre pays.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir