This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 10 juillet 2013 11:45

Seconde Partie : Spécial Auditeurs du 6 juillet 2013 : Le théologien Cheikh Sadough

IRIB- Dans la seconde partie de notre émission, nous évoquerons quelques mails de nos amis internautes et auditeurs, puis, nous vous parlerons, d'un grand théologien iranien répondant au nom de Cheikh Sadough.

- Nous donnons, maintenant, la parole à nos amis auditeurs, qui ont réagi aux informations et articles publiés sur notre site internet, mais aussi, nous répondrons à quelques mails envoyés par nos fidèles auditeurs.

- Notre très cher ami et philosophe français, Pierre  DORTIGUIER, réagit à ce titre : «Syrie : La Russie, prête à bombarder Riyad et Doha?!», et ajoute :

- «C'est une leçon utile. A force de tirer sur la corde, les monarchies du golfe Persique seront les premières victimes de leur bellicisme; et les crimes, de Bahreïn à la Syrie, devront être payés, un jour très proche!»

- Cher Pierre, merci pour votre intervention et à la prochaine, sur les ondes de la VRII.

- Mehdi Mountather  réagit à ce titre : «Egypte/Qatar/Turquie : Fin de l'idylle US avec les Frères?!!», et d'ajouter :

- «L'application de la charia islamique est un ordre d'ALLAH, les généraux et les gouvernements arabes n'ont pas voulu appliquer la charia islamique, pour satisfaire Satan et leurs secte satanique, la franc-maçonnerie».

- Cher ami, merci de votre participation et à bientôt !

- Un ami, du nom de POIROT, commente ce titre : «La "grande victoire" d'Assad, bientôt, annoncée? »

- «Je l'espère bien, car j'en ai ras le bol de voir tous ces pays arabes massacrés, pillés, et leurs chefs d'Etat, assassinés, surtout qu'ils ne nous ont absolument rien fait. Mais ras le bol de tout cela. Monde dégueulasse et pourri».

- Comme  notre auditeur, nous espérons que la guerre, en Syrie, et le massacre des Musulmans innocents prendra fin, Insh'Allah.

- Râleur commente cette information : «Afrique du Sud : les avocats musulmans demandent l'arrestation d'Obama»,  et dit :

- «Quand est-ce que viendra ce jour béni où l'on pourra juger tous les vrais criminels, les vrais terroristes qui dirigent ce monde pourri? La population mondiale est à la merci de dégénérés mentaux, qui sont à la tête des grandes puissances? Tous les commanditaires, avec à leur tête les présidents successifs des Etats-Unis, parlent de combattre le terrorisme, alors qu'ils en sont les plus grands. Ils ont mis la main sur toutes les organisations internationales, comme l'ONU, le CS, TPI etc. Les avocats musulmans ont eu le courage de demander l'arrestation du père du terrorisme actuel? Même si c'est un coup d'épée dans l'eau, ça permettra à plus de gens de réagir, de prendre conscience de la réalité que les US sionistes cachent».

- Cher ami, nous vous savons gré de ce commentaire, et, bien sûr, à la prochaine !

- Le dernier mail est de notre ami AA, qui réagit à cette information: «Vaste élan de générosité, pour nourrir les jeûneurs !», et d'ajouter  :

- «D'un côté, l'Arabie saoudite fournit des repas à des jeûneurs, et de l'autre, elle fournit des armes à des terroristes, en Syrie».

- Depuis le début de la guerre, en Syrie, (mars 2011), l'Arabie saoudite et ses alliés, comme les Etes-Unie et les gouvernements occidentaux, ne cessent pas de livrer des armes aux rebelles multinationaux.

- Chers amis, dans cette partie de notre programme, nous proposons un sujet sur le grand théologien iranien, Cheikh Sadough.

- L'un des hommes de science et théologien éminent de de la ville sainte de Qom fut Abû Jâfâr Mohammed ibn Ali ibn Moussa ibn Babawya al-Khorâsâni ar-Râzi, surnommé, populairement, "Cheikh Sadough". Né, en 306 ou 307 de l'Hégire, à Qom, sa famille était connue pour son érudition, et Ali bin Hossein bin Moussa bin Babawya bin Qomi, le père de Cheikh Sadough, était une grande autorité religieuse de l'époque. Doté d'une excellente mémoire et d'une capacité à apprendre inégalable, Cheikh Sadough provoqua la stupéfaction de ses précepteurs, dès le début de ses études. Il suffisait, notamment, qu'il écoute une fois un discours ou récit, quelle qu'en soit la longueur, pour qu'il le retienne, dans ses moindres détails. Outre ce trait distinctif, il était également connu pour son honnêteté et sa droiture, ce qui lui valut le surnom de "Cheikh Sadough", signifiant "le plus honnête".

- Sa famille ne possédait qu'une petite maison située près du bazar de Qom, et menait une vie très simple. A leur grand désespoir, ses parents ne purent avoir d'enfant, durant de nombreuses années. Nous étions, alors, à l'époque de la première occultation du dernier Imam chiite, durant laquelle les gens consultaient, fréquemment, ses représentants accrédités, pour trouver des réponses à leurs interrogations. Ainsi, selon les doctrines chiites, le Douzième Imam entra en occultation, en 874 ; il vivait, alors, caché, tout en continuant, dans un premier temps, à communiquer ses dogmes et prescriptions aux fidèles, par l'intermédiaire de quatre "agents". Cette période fut surnommée "l'occultation mineure". Abd al-Ghâssem Hossein ibn Rooh Nobakhti était, alors, le troisième représentant de l'Imam, à l'époque où vivait Ibn Babawya. Au cours d'un voyage, à Bagdad, ville de résidence de Nobakhti, Ibn Babawya était parvenu à le rencontrer et eut avec lui un long entretien, qui donna naissance à une profonde amitié entre les deux hommes. Quelque temps plus tard, il rédigea une lettre à l'Imam caché, dans laquelle il l'implorait de prier Dieu, afin qu'il lui fasse le don d'un enfant vertueux. Cette lettre fut, ensuite, confiée à Nobakhti, qui assura l'auteur d'obtenir la réponse en trois jours. A la fin de cette échéance, la réponse fut remise à Ibn Babawya. Selon les documents historiques retrouvés, la réponse de l'Imam indiquait que Ibn Babawya n'aurait pas de descendant de sa première épouse, en revanche, la seconde alliance qu'il allait conclure avec une servante Délimite lui donnerait deux garçons, qui seraient une source de bienfaits et de bénédiction, pour tout le peuple. L'Imam avait, par ailleurs, choisi leurs prénoms, baptisant l'un, Mohamed, et l'autre, Hossein. La lettre s'achevait par des prières demandant à Dieu que ses enfants lui apportent de nombreux bienfaits spirituels et matériels.

- L'un des événements majeurs de l'époque de Cheikh Sadough fut l'émergence de l'empire bouyide (932-1055 de l'ère chrétienne). Cette dynastie chiite, d'origine Perse, régna sur un vaste territoire, s'étendant de la Perse de l'époque à Bagdad, et jusqu'à la frontière syrienne. Créant un nouvel ensemble territorial, les Bouyides ne cherchèrent pas à persécuter les Sunnites majoritaires, ni à établir un califat chiite. Cependant, ils accueillaient, librement, des hommes de lettres et de science, contribuant, ainsi, à propager la tradition chiite fortement dénaturée, depuis la mort du prophète Mohammad.

- Un grand nombre de hadiths avaient été, en effet, falsifiés ou créés de toutes pièces entre temps. Dans la tradition chiite, les hadiths sont les paroles du prophète Mohammad et des Douze Imams Chiites, rapportées et transmises par leurs contemporains, qui expliquent, notamment, de manière claire et explicite, certains versets du Coran. Or, avec le passage du temps, il s'est, alors, avéré nécessaire de vérifier l'ensemble de ces paroles et de s'assurer de la fiabilité de leurs transmetteurs. C'est dans ce but que se développa, progressivement, la science du hadith. Composée de sources référentielles et de règles très précises, elle permet de déterminer l'origine et la fiabilité de la chaîne des transmetteurs de hadiths, ainsi que leur énoncé. De nombreux savants en sciences islamiques firent preuve d'une extrême sévérité et précision, dans le traitement et la classification des hadiths, afin d'en établir l'authenticité et la validité. Cheikh Sadough sillonnait, ainsi, régulièrement divers pays et villes - de Balkh à Boukhara, de Koufa à Bagdad, de Mashhad à Neyshâbour et de la Mecque à Médine - afin de rassembler de nombreux hadiths, non sans s'exposer à de nombreux dangers. Par la suite, il regagna la ville de Rey, où on l'avait invité à s'installer, après le décès de Cheikh Koleyni, le plus influent savant de la ville.

- Qualifié de "mu'allim" ("maître") par ses disciples, Cheikh Sadough se distingua par l'étendue et la profondeur de ses connaissances, dans de nombreuses disciplines. Dans son œuvre intitulée Al-Fehrest, Cheikh Toussi dénombre près de trois cents ouvrages écrits par Cheikh Sadough.

Cheikh Sadough rendit l'âme à l'âge de soixante-quinze ans. Il est enterré, à Rey, au cimetière d'Ibn Babawya, qui est depuis, devenu un lieu de pèlerinage, pour de nombreux Iraniens, qui viennent confier leurs prières et espérances à l'honorable Cheikh. Bien que la renommée de Cheikh Sadough fut, dès son époque, déjà, très répandue, un événement, qui se déroula, en l'an 1238 de l'Hégire, contribua à renforcer la piété populaire et provoqua un véritable afflux de pèlerins.

-En cette année de 1238, à l'époque du règne de Fath Ali Shâh, le dernier roi qâdjâr, de fortes pluies contribuèrent à endommager la tombe de Cheikh Sadough. Lors des travaux de restauration, plusieurs visiteurs entrevirent le cercueil, dans lequel se trouvait la dépouille du Cheikh, qui était, parfaitement, conservée, au point que le henné de ses ongles était d'une couleur éclatante, comme s'il datait de la veille. La nouvelle se répandit, à toute vitesse, à Téhéran, et Fath Ali Shâh, qui voulait en avoir le cœur net, se rendit, lui-même, sur les lieux, pour vérifier si les rumeurs étaient fondées, et, ayant constaté leur véracité, proclama la dépouille "saine" et en parfait état de conservation.

-Chers auditeurs, notre émission se termine ici. N'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions et critiques sur tous les programmes diffusés de notre radio. Réagissez, aussi, aux informations et envoyez-nous vos commentaires. Je vous rappelle que vous pouvez nous proposer des sujets culturels touchant l'Iran et votre propre pays. Chers amis, au revoir et à bientôt sur la radio francophone iranienne !

Media

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir