This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
dimanche, 30 juin 2013 14:38

Seconde Partie : Spécial Auditeurs du 29 juin 2013 : Colline de Sialk

IRIB- Dans la seconde partie de notre émission, nous évoquerons quelques mails de nos amis internautes et auditeurs et nous continuerons, ensuite, notre voyage en terre de civilisation, en terre bénie d'Iran.

- Nous donnons maintenant la parole à nos amis auditeurs qui ont réagi aux informations et articles publiés sur notre site internet, mais aussi, nous répondrons à quelques mails envoyés par nos fidèles auditeurs.

- Un auditeur se désignant comme SAMI24 commente ce titre : «Pourquoi le Hezbollah "s'ingère"-t-il, en Syrie?», et dit :

- «Il faudrait, peut-être, que le Hezbollah syrien voie le jour. Ce  serait une nouvelle belle épine, dans les pied des "mounafiq, et cela permettrait aux frères libanais de s'occuper des ennemis intérieurs du Liban ; le HEZBOLLAH a montré à tous, surtout, aux Libanais, qu'il est  digne de commandement, et  ceci concerne toutes les religions,  béni sois-tu YA HEZBOLLAH, tu es dans la droite voie, tu es une sunna vivante».

- Cher ami, nous vous savons pleinement gré de votre message ! Ami à bientôt :

- Jean de Peyrelongue analyse ce titre diffusé sur notre site : «Arabie : Livraison du premier convoi d'armes lourdes aux terroristes, en Syrie»,  et de préciser :

- «Si, c'est vrai, cela signifie que l'Arabie saoudite a, aussi, envoyé le personnel, pour servir ces armes sophistiquées. C'est, donc, une déclaration de guerre de l'Arabie saoudite à la Syrie. Le pays le plus rétrograde du Moyen-Orient s'attaque au pays le plus tolérant (au sens confessionnel et clanique) du Moyen-Orient, avec le support de l'Occident sioniste. Il n'y a pas de limites à l'immonde!»

- Cher Jean de Peyrelongue, nous vous remercions, infiniment, de votre participation, et à la prochaine !

- Le dernier mail de cette seconde partie nous est parvenu de notre fidèle ami, Diyani Mohamed, qui réagit à cette info : «Damas sanctionne, sévèrement, toute entrée illégale, sur le sol syrien!», et de dire :

- «Toute personne entrant en territoire Syrien, illégalement, doit être considérée comme un terroriste et doit être abattu, immédiatement, sans hésitations».

- Cher auditeur, merci pour votre commentaire. Au revoir et à bientôt sur la voix de la RII !

- Chers amis, dans cette partie de notre programme, nous allons vous emmener, dans une recherche archéologique, sur la colline de Sialk, à  Kâshân.

- Dans la région de Kâshân, à trois kilomètres, au Sud-Ouest de la ville baptisée du même nom se trouvent les hauteurs de Sialk, qui abritèrent, il y a bien longtemps, la première civilisation urbaine du centre de l'Iran. Cette civilisation datant de l'antiquité est considérée comme l'une des plus anciennes de l'histoire de l'humanité.

- Ce furent les Aryens, qui y fondèrent, pour la première fois, l'urbanisme. La civilisation Sialk et sa riche culture, vieilles de plus de sept mille ans, témoignent de la civilisation préhistorique, dans cette partie du monde.

- Un jour, à cet endroit, ont vécu des gens qui adoraient le Dieu Kachou. "Kassân","Kassiaân", et puis, "Kâshân", sont les noms qui nous viennent de cette époque.

- Trois mille cinq cents ans après leur indépendance, les tribus qui vivaient, dans la région, connurent une grande défaite, face à un assaut d'envergure lancé par les tribus aryennes, à la suite de quoi, ils furent contraints de rejoindre les civilisations de Suse et de Shoushtar. C'est là qu'ils apprirent l'écriture. D'où l'existence, aujourd'hui, de magnifiques épigraphes en terre cuite, sur lesquelles nous pouvons contempler les décorations, qui, la plupart du temps, représentent des chevaux et le soleil, et qui, à elles seules, révèlent au grand jour les signes d'une très ancienne civilisation, qui existait ici, jadis, sur ces collines.

- A partir de 1993, une équipe française, dirigée par Romain Grishman, a, pendant deux années, effectué des fouilles sur les collines de Sialk, qui ont abouti à des trouvailles fort intéressantes, pour les archéologues. Un vrai trésor a été découvert, endormi au cœur de la terre : De la vaisselle en terre cuite et en métal vieille de plus de trois mille cinq cents ans ! Les plus anciens objets, découverts sur les collines du Nord, dataient, quant à eux, d'environ sept mille cinq cents ans, et le dernier objet découvert, sur l'aile Sud du terrain, date, lui, d'il y a cinq mille ans. Mais la découverte la plus intéressante, mais aussi, la plus grandiose, est le Ziggourat, qui servait, en fait, de lieu de prière aux anciennes générations, en Iran. Ce bâti est fait d'argile et de terre cuite, de sorte que si vous vous promenez, sur les lieux ou aux alentours, vous verrez, partout, sur le sol, des morceaux de poteries datant de plusieurs milliers d'années.

- En 1380 de l'hégire, des fouilles plus approfondies furent effectuées, sur ces collines. De ces fouilles ont été retrouvés des ossements humains, des outils, dont ces hommes se servaient pour leurs travaux, à savoir du matériel, pour extraire des métaux précieux, comme l'argent. Des documents ont, également, été retrouvés, qui relatent de l'existence de populations, sur ces collines, à l'époque achéménide. De cette époque, il ne nous reste, aujourd'hui, que des décombres, mais il y a une chose, qui a survécu aux assauts du temps, et ce sont bien les légendes, de sorte que les habitants de Kâshân, surnomment cette ville : "La ville maudite".

- En étudiant les objets retrouvés, les chercheurs en déduisirent qu'il y a plusieurs milliers d'années, à Sialk, l'industrie de la fonderie était connue des habitants de cette région, qui maîtrisaient, également, parfaitement, l'art du tissage, et ce, entre autre, en raison des fuseaux retrouvés et datant du second et troisième millénaire avant Jésus-Christ.

Fort malheureusement, une grande partie de ces découvertes a été transférée à l'étranger. Une partie se trouve, au Louvre, à Paris, et une autre, moindre, est gardée, en Iran, dans les musées nationaux, et à Baghé Fine. Une partie des bijoux de cette ancienne civilisation se trouve, à Tokyo, chez un particulier.

-  Chers auditeurs, notre émission se termine ici. N'hésitez pas à nous faire part de vos suggestions et critiques sur tous les programmes diffusés de notre radio. Réagissez, aussi, aux informations et envoyez-nous vos commentaires. Je vous rappelle que vous pouvez nous proposer des sujets culturels touchant l'Iran et votre propre pays. Chers amis, au revoir et à bientôt sur la radio francophone iranienne !

Media

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir