This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 06 novembre 2013 12:02

Venez avec nous, en Iran (77)

IRIB- L'Iran est, certes, le pays des merveilles, des arts et des beautés.

 

Zanjan est l'une des provinces d'Iran. Elle est située dans le nord-ouest du pays et sa capitale est Zanjan. La province a une superficie de 22.164 km carrés et sa population, majoritairement rurale et Azérie, est d'environ un million d'habitants.

Elle est célèbre pour ses raisins sans pépin. La province est l'un des centres industriels de l'Iran grâce à sa position géographique stratégique. La province se situe à 330 km au nord-ouest de Téhéran et y est connectée par une autoroute. D'autre part, Zanjan est la ville la plus importante à proximité de Tabriz, qui est une des cités les plus industrialisées d'Iran.

Zanjan est connu pour ses magnifiques objets artisanaux comme les couteaux, les sandales traditionnelles appelées 'charoogh et les malileh. Malileh est un objet fait de fils d'argent. Les artistes de Zanjan font de nombreuses choses comme des plats décoratifs et leurs couvercles spéciaux ou encore de la bijouterie en argent. Dans les temps anciens, Zanjan était connu pour ses couteaux inoxydables et au fil très fin. Beaucoup de villageois de la province sont aujourd'hui des tisseurs de tapis, et c'est sûrement là l'artisanat le plus populaire de la province de Zanjan.

Zanjan a aussi une remarquable grotte appelée katala khor. Elle est située à côté de Sultaniyeh.

Dans la géographie de Ptolémée, la ville de Zanjan est appelée Aganzana. Il est dit que le roi Sassanide, Ardachîr Ier a reconstruit la ville et l'appela Shahin, mais l'a ensuite renommée en Zangan, dont le nom actuel est une forme arabisée.

Dans les temps antiques, le nom de la province était Khamseh, qui signifie « province aux cinq tribus »

Mais la province, à proprement parler, quels sont ses attraits touristiques ?

Le Dôme de Soltâniyeh, le plus grand dôme en brique du monde, en est un. Ce dôme se situe, dans la ville de Soltâniyeh, à 39 kilomètres de Zanjan. Il fut construit en 9 ans (de 704 à 713 de l'Hégire lunaire, ou au XIVe siècle), sous le gouvernement d'Oljâyto (Soltân Mohammad Khodâbandé). Avec une hauteur de 48,5 mètres et un diamètre de 25,5 mètres, il est le troisième plus grand dôme du monde, après celui de Santa Maria, à Florence, et celui d'Aya Sûfiâ, à Istanbul. C'est, aussi, le plus grand dôme en brique du monde. Il figure au patrimoine mondial de l'UNESCO et est le monument le plus visité par les touristes iraniens ou étrangers.

Il existe, encore, Raktshur khâneh ou le lavoir, un édifice, construit, en 1347 de l'hégire lunaire, dans le quartier le plus fréquenté de la ville. Cet édifice, qui s'appelait alors Bâbâ Djamâl Tchoguri (le fossé de Bâbâ Djamâl), était réservé au lavage des vêtements. Les femmes s'y rendaient, surtout, en hiver, et l'eau était fournie par le canal (qanât) souterrain de Mirbahâeddin, un fonctionnement très moderne, pour l'époque. Il est, aujourd'hui, transformé en musée.

Mais aucune cité ne peut se targuer d'être iranienne sans le bazar. De par son ancienneté, son architecture et sa structure unique, le bazar de Zanjan est répertorié comme l'un des plus importants monuments historiques de l'Iran. La construction de ce bazar a commencé, à l'époque de Aghâ Mohammad Khân Qâdjâr, pour s'achever, au début du XIXe siècle, à l'époque de Fath'ali Shâh. Au début du XXe siècle, on y a construit des mosquées, des maisons et des hammams. Recouvrant une surface de 15 hectares, il est le plus grand bazar couvert, de style qâdjâr, en Iran. Etiré comme une longue ligne parcourant la ville du Nord au Sud, il divisait, auparavant, l'ancienne ville, en deux parties, orientale et occidentale. Doté de 56 entrées, il reliait entre eux tous les différents quartiers de la ville. Et puis, vient le Kârvânsarâ Sangi ou Caravansérail en pierre, qui se trouve, au Sud de Zanjan, et qui fut construit, sous le règne de Shâh Abbâs II. Malheureusement, une grande partie de l'édifice n'est plus, et ce dernier a été transformé en restaurant où l'on sert des plats traditionnels iraniens et où l'on vend des objets artisanaux fabriqués localement.

Mais l'attrait extraordinaire de Zanjan sont ses hommes de sel (Mardân-e-namaki). En 1993, on a retrouvé des ossements, des vêtements, des cheveux et quelques outils, dans la mine de sel de Tchehrâbâd de l'un des villages de Zanjan . Des études archéologiques, menées, par l'Université d'Oxford, ont révélé qu'ils remontaient, à l'époque Sassanide, datant, donc, de 1.700 à 2.200 ans. Jusqu'à présent, les ossements de sept personnes ont été découverts, retenant l'attention des archéologues du monde entier.

Passé l'aspect culture, l'aspect nature de Zanjan a de quoi séduire les touristes. La grotte de Kataleh Khor (ou Kataleh Khorshid) se trouve à 140 km, au Sud de Zanjan, et à 80 km de la ville Khodâbandeh. Cette grotte de chaux, découverte, en 1951, appartient à l'époque jurassique, et a, donc, près de 120 millions d'années.

Elle est reconnue comme étant la plus belle grotte de chaux du monde, de par ses cristaux, et ses sept étages. Contrairement à la grotte Ali Sadr, à Hamadân, Kataleh Khor est une grotte presque sèche et sa chaux est plus nette et plus pure. Elle laisse, ainsi, passer la lumière entre les cristaux, créant, ainsi, de superbes "gandils" et effets de lumière.

Zandjan évoque, pour tout le monde, de beaux couteaux fabriqués avec art. Ainsi, dès son arrivée, dans cette ville, le visiteur pourra remarquer l'existence de nombreux ateliers où les artisans fabriquent des couteaux et des magasins où on les vend. En effet, en raison de son ancienneté - il y a, environ, 4000 ans, que l'on y fabrique des couteaux - et de sa qualité, le couteau zanjani a acquis une réputation mondiale. Deux cents ateliers de coutellerie, avec plus de 7.700 couteliers, fabriquent, ainsi, chaque année, plus de 700.000 couteaux de toutes sortes : couteaux de cuisine, de chasse, à cran d'arrêt, ornemental, poignards à lames courtes et larges, canifs, épées, couperets, ciseaux et petits marteaux à casser le sucre.

Ces fabriques sont, surtout, réputées, pour leur couteau à tailler la plume, qui était fabriqué, abondamment, à l'époque Safavide, alors que l'écriture nasta'lighe était très à la mode. Au XVIIe siècle, la ville fut un centre industriel très important, pour la fabrication des armes blanches, comme l'épée. Mais, à Zanjan, il y a, aussi, Tchâruq, qui est le plus ancien des arts manuels de cette ville, avec un passé de 1000 ans.

Une partie du vieux bazar de Zanjan est, ainsi, nommée "zone des couturiers de tchâruqs". Les tchâruqs sont des pantoufles à talons hauts ou bas destinées aux femmes. On les coud avec des fils de laine ou de soie. Sa semelle intérieure est de cuir. Elles sont, souvent, de couleurs vives et très diverses, et on y ajoute un ou deux pompons, comme ornement supplémentaire. Dans le passé, elles étaient, avant tout, portées par les femmes riches.

Un autre endroit touristique à visiter est le mausolée de Mollah Hassan Kashi, dans le sud-est. C'est le site historique de la tour de Soltanieh, à Zanjan, qui est érigé à l'époque du Shah Tahmsab, monarque safavide. Il est bâti dans le style architectural des monuments funéraires de l'époque safavide, c'est-à-dire le plan octogonal, qui se transforme à l'intérieur en un espace croisé.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir