This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
jeudi, 09 mai 2013 13:34

Venez avec nous, en Iran (70)

IRIB- Chers auditeurs, dès cette semaine, nous commençons notre voyage, au Golestan, dans le Nord de l'Iran.

Le Golestan est une des 31 provinces d'Iran. Elle est située au Nord-Est du pays, au Sud de la mer Caspienne. Sa capitale est Gorgan.

La province a été séparée du Mazandaran, en 1997. Le Gorgan, que l'on connaît, aujourd'hui, était appelé Esteraba ou Astarabad, jusqu'en 1937.

La population de la province s'élevait à 1,7 million d'habitants, en 2005, et sa superficie est de 20.380 km². Les départements de la province sont : Bandar Turkaman, Bandar Gaz, Ali Abad, Kord Kooy, Gorgan, Gonbad-e Qabus et Minoo Dasht.

Le Golestan a un climat tempéré, la plupart de l'année. Géographiquement, la province est divisée en deux parties, les plaines et les montagnes de l'Alborz. Dans la partie orientale de l'Alborz, les montagnes sont orientées vers le Nord-Est et l'altitude décroît? graduellement. Le point culminant de la province est le mont Shavar, 3.945 m.

Les premières traces d'installations humaines, dans cette région, datent de 1.000 ans av. J.-C. Les traces de la cité antique de Jorjan peuvent, toujours, être vues, non loin de la ville de Gorgan. Cette ville était importante, en Perse, car située sur la Route de la soie.

Les dynasties Bouyides et Ziyarides étaient originaires de cette région. Les dirigeants bouyides se faisaient appeler Shâhanshâh, qui signifie, littéralement, Roi des Rois, un terme utilisé par les Sassanides.

La minorité turkmène réside, dans le Nord de la province, particulièrement, dans les villes de Gonbad et Bandar Turkaman. D'autres minorités comme les Baloutches, les Turcs, les Afghans et les Arméniens résident, aussi, dans la région, et ont su préserver leurs traditions et leurs rituels.

La plus haute tour de briques du monde se trouve dans cette région. C'est la fameuse Gonbad-e Qabus, construite par un émir de la région, en 1007.

Gorgan est une ville du Nord-Est de l'Iran, à l'extrémité Sud-Est de la mer Caspienne. C'est la capitale de la province du Golestan, située, à 400 km de Téhéran.

Le Gorgan, que l'on connaît, aujourd'hui, était appelé Esteraba ou Astarabad, jusqu'en 1937, qui signifie la ville de l'Étoile.

Dans l'Antiquité, elle était nommée Tambrax ou Thambraces, et était la capitale de la région antique appelée Hyrcanie.

La ville fut la capitale, aux Xe et XIe siècles, sous les Ziyarides. L'un de ses notables fut Qabus, mécène d'al-Biruni, en l'an 1000, qui est enterré, dans la tour Gonbad-e Qabus voisine.

Parmi les différentes œuvres historiques du Golestan, on peut citer Sadd-e Iskandar (Mur d'Alexandre), Gonbad-e-Qabus etc.

Le Grand mur de Gorgan (également, appelé le mur de la défense de Gorgan et Sadd-e Eskandar) est un service défensif antique situé, dans Gorgan, région de du Nord-Est de l'Iran. Le mur a été construit, à l'époque de la Dynastie Parthe, pour protéger l'Iran contre les invasions des tribus nordique. Il a été reconstitué, pendant l'ère Sassanide. Sa construction est contemporaine de celle de la grande muraille de Chine, et il est considéré, en second lieu, comme le plus grand mur défensif ancien.

Le «mur d'Alexandre» est un rempart de briques construit, à l'époque parthe, et encore utilisé, à l'époque sassanide.

Ponctué de forts, tous les 3 à 6 km, et de petites cités ou d'installations plus importantes, tous les 16 à 20 km, il longe la rivière Gorgan et protégeait la plaine de Gorgan contre les invasions de nomades venant d'Asie centrale.

Au long des siècles, les eaux de la Caspienne se sont retirées des terres, si bien que le début du mur est aujourd'hui à 5 km de la côte. Il ne reste de cette puissante barrière qu'un petit talus.

La population du Golestan est peuplée de Turkmènes.

Les Turkmènes, anciennement, Turcomans, sont un peuple turc vivant, aujourd'hui, au Turkménistan, avec de petits groupes, en Iran, Afghanistan et Ouzbékistan, et parlant la langue turkmène.

Le nom Turkmène dérive du Turc, l'appellation d'un khanat ou confédération contrôlant les régions montagneuses de l'Asie centrale entre la Mongolie et l'Afghanistan, au VIIe siècle.

Sans doute issus d'une coalition de turcophones du massif de l'Altai, les Oghouz, ils prennent le contrôle de la vallée du Syr Daria et des plaines entre la Volga et la Moldova, au cours du Xe siècle.

Les Oghouz de Sogdiane prennent alors le contrôle des régions turco-iraniennes, au Sud de l'Amou Daria, contribuant à en turquiser la population davantage.

Ce groupe hétérogène se lance, alors, à la conquête de l'espace iranien, sous le contrôle des Samanides, de Hérat, au Khorassan, où le dialecte originel semble avoir persisté, jusqu'au massif Zagros.

Historiquement, les Turkmènes ont été présents, en Perse, (Iran), où ils ont créé plusieurs dynasties.

Aux XIVe et XVe siècles, deux dynasties parentes et rivales, les Qara Qoyunlu (des moutons noirs) et les Aq Qoyunlu  (des moutons blancs) sont présents, en Anatolie orientale, l'actuel Kurdistan irakien. À la fin du XVe siècle, les Aq Qoyunlu occupent une grande partie de la Perse.

Media

Plus dans cette catégorie : Venez avec nous, en Iran (79) »

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir