This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 01 mai 2013 14:10

Venez avec nous, en Iran (69)

Dans cette édition de la série d'émissions consacrées à l'Iran, nous terminons notre voyage, au Mazandaran, pour partir, dès la semaine prochaine, dans une autre belle province de l'Iran. Restez, donc, avec  nous, jusqu'à la fin de cette émission.

Parmi les villes touristiques du Mazandaran, dont nous avons, déjà, cité quelques-unes des plus importantes, la ville de Noshahr compte parmi les belles villes de cette province, avec un climat tempéré, des forêts et d'une côte aux eaux peu profondes, propres aux activités sportives, telles que la natation. Les parcs forestiers de «Varkavitch» et de «Sissangan» se trouvent dans cette même ville. Le parc forestier de «Sissangan» se situe à 25 km de la ville. Avec sa forêt dense et sa proximité de la mer, «Sissangan», attire, chaque année, des milliers de touristes iraniens et étrangers.

Le Parc National de Sissangan est l'une des principales destinations touristiques de la région. La forêt s'étend, sur une étroite bande de terre, de la côte Caspienne aux sommets des montagnes de l'Alborz, et offre une multitude d'activités, dont l'équitation, possédant, également, des aires de pique-nique aménagées.

Noshahr était, dans les temps lointains, un village qui s'appelait, Khatchak, rebaptisé, plus tard, «Habibabad». En 1939, la ville  a été dotée d'installations portuaires et d'un beau quai, construit, après le développement urbain. La ville a été, ensuite, appelée «Noshahr». C'est la ville portuaire la plus proche de Téhéran et l'une des 2 villes de la province ayant un aéroport. Noshahr est un important lieu de transit entre les pays bordant la mer Caspienne. Son climat doux, ses plages et la proximité du Parc Sisangan, en font un lieu de villégiature très réputé.

Ses produits agricoles sont le riz et les agrumes. Le kélim, le tapis et le jajim, ainsi que les nattes tissées comptent parmi les travaux artisanaux de la population de Noshahr.

Nous arrivons, maintenant, dans un espace verdoyant et de toute beauté, au cœur des forêts du Mazandaran. Le village de Kandelus, qui se trouve, à 75 km, au Sud-Ouest de Noshahr. Il se situe, dans une des belles vallées de la chaîne montagneuse de l'Alborz, à 1.650 mètre, au-dessus du niveau de la mer. Avec quatre mille ans d'histoire, au cœur des montagnes de l'Alborz, le village de Kandelus est l'un des plus beaux  villages, en Iran, qui brille, au cœur de la belle nature de cette chaîne. Avec un tissu dense d'habitations, sur une légère pente, au pied de la montagne, Kandelus est doté de sentiers tortueux, jalonnés de pierres. Des maisons à deux étages, pour la plupart, avec des toits en céramique. Des murs, en pisé, de petits iwans et des fenêtres en bois, témoignent d'une simple architecture, qui offre au randonneur, un très beau paysage.

La population de Kandelus diminue, en hiver. Les villageois gagnent leur vie, grâce à l'agriculture, l'élevage et le jardinage. Certains s'occupent d'artisanat. Une autre source de revenus de ce village est, certainement, les plantes médicinales. Ce qui explique l'existence du musée des plantes médicales, fondé, en 1986, sur un espace, couvrant une superficie de 10 hectares. 250 sortes de plantes génétiques précieuses sont cultivées, dans cet espace, pour, entre autres, être exportées, dans divers pays du monde.

Selon les découvertes archéologiques, l'ancienneté de Kandelus remonte au 3ème millénaire avant Jésus-Christ. Des traces de diverses civilisations ont été trouvées, dans ce village : des tombes et des cimetières des Zoroastriens et des Manichéens aussi bien que des objets et des vaisselles anciennes. Le complexe culturel de Kandelus, qui regroupe tous ces découvertes précieuses, est ouvert aux visiteurs et touristes, qui s'intéressent à la riche culture et civilisation de l'Iran.

A 200 km de Téhéran, Chalus relie la capitale aux provinces du Nord du pays et est situé au centre d'un grand nombre de stations balnéaires, situées en bord de mer ou dans la montagne. En raison de son emplacement idéal, c'est la ville la plus visitée de la province.

Elle s'est, aussi, appelée «Shalous» et «Salous». C'est une ville au climat tempéré et humide, avec une production agricole, telle que le riz, les agrumes et les produits laitiers. La rivière de Chalus, longue de 80 km, passe, dans cette ville, avant de se déverser, dans la Caspienne. La ville est très visitée, en raison de sa belle et généreuse nature, de ses cascades, ses forêts, etc. mais aussi, à cause de sa proximité avec Téhéran. «NamakAbroud» est un complexe touristique, à 12 km de la ville de Chalus. Un autre endroit touristique de Chalus est le «palais de Tchaikhoran», enregistré, sur la liste du patrimoine national de l'Iran. Un palais construit sur un terrain de presque 4.000 m², avec un rez-de-chaussée et un seul étage.

Un autre attrait touristique de Chalus, les monts couverts de neige, à 60 km, au Sud-Est de Chalus : le mont «Takht-e-Soleiman», qui culmine à 4.850 mètres d'altitude et «Alam Kouh», haut de 4.335 mètres, avec des glaciers naturels, qui accueillent, chaque année, des milliers d'amis de la nature et des alpinistes. Au pied de «Takht-e-Soleiman», apparaît un des plus beaux paysages naturels de l'Iran, Kelardasht, appelé «le paradis perdu», par les amoureux de la nature. Le lac «Valasht», d'environ 20 hectares de superficie, compte parmi les dix lacs d'eau douce de l'Iran. Long de 650 mètres, large de 300 mètres, et avec des eaux d'une profondeur de 30 mètres, dans certains endroits, le lac jouit d'eaux transparentes, propices à la pêche, la natation et à la navigation.

Kelardasht est, également, d'importance historique. En 1936, une tombe y a été découverte, datant d'environ 2000 ans, avant Jésus Christ, recélant des objets en or et des poteries. En 1939, un trésor a été découvert comprenant trois vaisselles en or, ainsi qu'une lame de couteau en or, sans compter un ensemble de vaisselles en argent, recouvert de motifs dorés. Tous ces objets sont gardés dans le musée national de l'Iran.

L'art le plus célèbre de Chalus est, certainement, le tapis de Kelardasht, qui s'exporte, aussi bien, en Autriche, en France, en Italie, au Canada et en Allemagne, que dans les pays du bassin du golfe Persique, sans compter ses ventes à l'intérieur du pays. La ressemblance des motifs du tapis de Kelardasht avec ceux des tapis du Kurdistan, du Fars et de Kermanshah, témoigne de l'immigration, dans les temps lointains, des tribus Lors et Kurdes des montagnes du Zagros vers cette région.

La dernière ville à vous présenter sera la ville de Ramsar. Entourée d'orangeraies, Ramsar est une station balnéaire bâtie sur une étroite bande de terre, sur la côte, à l'Ouest de la province du Mazandaran. La ville s'étend de la côte aux versants boisés des montagnes de l'Alborz. C'est la ville la plus touristique et la plus prestigieuse de la côte Caspienne, connue, pour ses bains d'eau de source naturelle chaude et ses plages de galets. Ramsar a toujours accueilli de nombreuses conférences internationales et personnalités importantes.

C'est tout pour cette semaine ; dès la semaine prochaine, nous commençons la visite du Golestan, une autre province du Nord de l'Iran. D'ici là, passez une bonne semaine.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir