This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 13 mars 2013 14:16

Venez avec nous, en Iran (65)

IRIB- L'Iran est, certes, le pays des merveilles, des arts et des beautés.

Le Mazandaran, appelé, autrefois, Tabaristan, est une province du Nord de l'Iran, délimitée par la mer Caspienne, au Nord. Le Mazandaran était une partie de la province de l'Hyrcanie, au temps de l'Empire perse. Son nom antique était Tabaristan. La capitale de la province est Sari. Jusqu'en 1977, le Golestan était une partie du Mazandaran.

La province couvre une superficie de 23.833 km². Les départements de la province sont Amol, Babol, Babolsar, Behshahr, Tonekabon, Chaloos, Ramsar, SavadKooh, QaemShahr, MahmoodAbad, Neka, Noor et Noshahr.

La mer Caspienne est située au Nord, les provinces de Téhéran et de Semnan sont situées, au Sud. À l'Ouest se trouve la province du Guilan, et à l'Est, se trouve le Golestan.

En 1996, la province comptait, approximativement, une population de 2,6 millions d'habitants.

Sari est la capitale de la province de Mazandaran, en Iran. Elle est située au Nord de la chaîne montagneuse de l'Alborz et sur la côte Sud de la mer Caspienne.

Le nom de la ville dérive de Sarouyeh, fils de Farkhan, le Grand, Roi du Tabaristan.

Les excavations, dans les cavernes de Hutto, ont révélé l'existence de campements, autour du site de Sari, dès le soixante-dixième millénaire, avant Jésus Christ. L'historien musulman Hamdellah Mostoufi attribue la fondation de Sari au roi Tahmoures Divband de la dynastie des Pishdadiens. La croyance populaire des habitants de Sari veut que la ville fût peuplée, environ ; au IVe millénaire ; av. J.-C., lorsque Kaveh, le forgeron, natif de cette ville, s'est révolté contre la tyrannie de Zahhak. Après ce succès, Fereydoun de Pishdadi, en remerciement à Kaveh, choisit cette ville, pour vivre, près de lui, jusqu'à sa mort. Après qu'Īrāj, fils de Fereydoun, fut assassiné, par Touraj et Salam, il fut enterré à Sari. Espahbod Tous-eNouzar, fils aîné de Fereydoun, est parfois considéré comme le véritable fondateur de la ville1. Les recherches des historiens grecs, sur Sari, remontent au VIe siècle, av. J.-C., durant la dynastie des Achéménides, et ils appelèrent la ville Zadrakarta. Celle-ci fut détruite, puis, reconstruite, par Alexandre de Macédoine, durant ses conquêtes. La ville fut rebaptisée Syrinx, d'après le nom d'un lieutenant-général d'Alexandre. La ville fut, à nouveau, une capitale régionale, sous les Sassanides.

Au VIIe siècle, Farkhan le Grand l'a reconstruite encore, et l'a appelée Sarouyeh, en hommage à son fils dont c'était le nom. C'est à cette époque que la ville prit le nom de Sari et devint la capitale du Tabaristan. La ville fut, ensuite, détruite, puis, reconstruite plusieurs fois, au cours des siècles suivants, après avoir subi les invasions des Mongols et des Turcs.

Shâh Abbas Ier, dont la mère était Saravi, (habitante de Sari, mais, en fait, Ashrafi), a intégré le Mazandaran, dans son empire, et a fait de Farahabad, la capitale alternative de son empire.

Sari retrouve son heure de gloire, quand Agha Mohammad Shâh proclame la ville capitale de son empire, le 21 mars 1782, à l'occasion de la nouvelle année persane. La capitale des Qadjar fut, ensuite, transférée à Téhéran, par Fath Ali Shâh, car elle se trouvait au beau milieu d'une région où les guerres étaient incessantes.

Le développement le plus notable de la ville a lieu, au XXe siècle, sous le règne de Reza Shah Pahlavi, qui la transforme en une gare importante, pour le tout nouvellement construit chemin de fer iranien. C'est de cette époque que datent la plupart des bâtiments de la ville.

Sari est, brièvement, occupée, pendant la Seconde Guerre mondiale, par les troupes soviétiques, qui la quitteront, à la fin de la guerre. Pendant la Guerre Iran-Irak, la ville accueillera des réfugiés de guerre, dont la plupart se sont, ensuite, installés sur place.

Les Arabes ne connaissaient cette région que sous le nom de Tabaristan ou Tapurstan, sur les monnaies persanes. Le nom de Mazandaran ne réapparaît qu'à l'époque des Seldjoukides. Certains distinguent le Mazandaran du Tabaristan : le Mazandaran comprenait Gorgân, Amol, Sari, dans la plaine côtière de la mer Caspienne, et le Tabaristan désignant les régions plus montagneuses, au Sud de cette plaine comprenant les villes de Semnan, FiruzKuh, Damavand.

Les conditions climatiques du Mazandaran n'ont pas permis une bonne conservation des monuments historiques. Bien qu'il y ait quelques vestiges des périodes pré-islamiques, dans la plaine côtière du Mazandaran, la province est, cependant, réputée pour être peuplée, depuis l'antiquité, tandis que le Mazandaran changeait de main entre différentes dynasties, depuis les premiers temps de son histoire. Il y a plusieurs forteresses, vestiges des temps sassanides et parthes, et plusieurs cimetières antiques sont disséminés, dans la province.

En l'an 651, durant le califat de Uthman ibn Affan, Sa'd ibn AbiWaqqas, le gouverneur de Kufa, a, le premier, conquis les côtes du Tabaristan. Pour les 200 années suivantes, le Tabaristan a connu une existence indépendante du califat omeyyade, qui a supplanté l'Empire perse, à partir du début du VIIe siècle, mais qui a été, temporairement, inclus au califat Abbasside, jusqu'à ce qu'un Etat distinct se détache, en tant qu'émirat alavide, dirigé par un descendant d'Ali et protégé par l'émirat saffaride, situé en son Sud-Est. Un État situé, à peu près, au même endroit, a vu le jour, un siècle plus tard, sous le nom d'émirat ziyaride.

Durant le califat abbasside d'Abou Jafar Al-Mansur, le Tabaristan a connu une vague de révoltes populaires. Au final, Vandad Hormoz a établi une dynastie indépendante, en 783. En 1034, le Sultan Mahmûd de Ghaznî est entré, au Tabaristan, par le Gorgân, suivi par l'invasion du Sultan Ala ad-Din Muhammad Khwârazm-Shahs, en 1209. Après cela, les Mongols ont gouverné la région et ont, finalement, été chassés du pouvoir par les Timourides.

Après la dissolution du gouvernement féodal du Tabaristan, le Mazandaran a été incorporé à l'Empire perse d'Abbas Ier le Grand, en 1596. Le Shâh de Perse, Abbas Ier le Grand, y mourut, en 1629.

Durant le règne de Nader Shah, la province était utilisée comme première ligne contre la Russie impériale.

Le Mazandaran est, géographiquement, divisé en 2 parties : les plaines côtières et les régions montagneuses. La chaîne de l'Alborz entoure les bandes côtières et la mer Caspienne, comme une immense barrière.

Il y a des chutes de neige fréquentes, en saison, dans la région de l'Alborz, qui est située parallèlement à la côte Sud de la mer Caspienne, divisant la province en de nombreuses vallées isolées.

La province étant une partie de l'ancien Tapurstan ou Tabaristan, deux fameux savants du IXe siècle sont originaires du Mazandaran, tous les deux étant, couramment, nommés Al-Tabari (signifiant, tout simplement, "qui vient du Tabaristan").

Riz, céréales, fruits, coton, thé, tabac, canne à sucre, et soie figurent, parmi les produits naturels cultivés dans la plaine côtière, le long de la côte de la mer Caspienne. La richesse due au pétrole a stimulé l'installation d'industries de transformation alimentaire, de ciment, de textile, de coton et de pêcherie (la région est une grande productrice de caviar).

Des conditions climatiques favorables, de magnifiques paysages et la proximité de Téhéran ont fait de cette région une des principales régions touristiques d'Iran.

L'organisation de l'héritage culturel de l'Iran liste plus de 630 sites d'importance, en faisant une richesse pour le développement touristique de la région.

Media

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir