This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
lundi, 18 mai 2015 14:48

Les dessous de l'opération us à Deir Ezzor ?

Les dessous de l'opération us à Deir Ezzor ?
IRIB-Les forces spéciales américaines
ont réalisé une opération héliportée à Deir Ezzor en Syrie et ont tué Abou Sayyaf, « ministre du pétrole » de Daesh. Mais les vrais buts de Washington restent encore dans l’ombre.il y a deux jours, Abou Sayyaf, responsables financiers de Daesh, a été tué lors d’une opération héliportée des forces spéciales américaines dans la province syrienne de Deir Ezzor. Cette opération a soulevé d’importantes questions portant sur les intentions des Etats-Unis. S’agit-il d’une nouvelle étape d’attaques américaines contre l’organisation terroristes de Daesh en Syrie ?
Le quotidien libanais As-Safir a essayé d’examiner les aspects plus ou moins mystérieux de l’opération des Américains à Deir Ezzor. D’après l’analyste d’As-Safir, il est probable que cette opération soit le début d’une nouvelle phase des opérations militaires des Etats-Unis contre Daesh, car c’est la première fois qu’une opération héliportée américaine n’avait pas pour but de libérer des otages, mais viser directement un haut commandant de Daesh.
D’après le quotidien libanais, il existe pourtant des ambiguïtés en ce qui concerne la nature et les vraies intentions des Etats-Unis. N’est-il pas vrai que les Etats-Unis ont organisé cette opération pour cacher l’échec de leurs opérations précédentes contre l’organisation terroriste de Daesh ?
As-Safir rappelle que le Département américain de la Défense a prétendu que lors de cette opération, Abou Sayyaf a été tué et sa femme a été arrêtée. La porte-parole du Conseil pour la sécurité nationale américaine, Bernadette Meehan a déclaré que cette opération a été menée avec succès en Syrie, avec « l’accord total des autorités irakiennes ». Elle a prétendu que le président syrien Bachar al-Assad n’avait pas été informé, et que Washington n’avait pas coordonné son action avec le gouvernement de Damas.
Le quotidien As-Safir ajoute : « L’opération de Deir Ezzor a été effectué sur ordre direct du président Barack Obama avec le soutien du Conseil de sécurité nationale qui confirmait l’importance de la cible choisie pour cette opération. Pourtant, la vraie identité d’Abou Sayyaf, sa nationalité et son vrai rôle au sein de Daesh ont été gardés secrets. Le secrétaire américain à la Défense, Ashton carter s’est contenté de dire qu’Abou Sayyaf était impliqué dans les opérations militaires de Daesh et dirigeait les opérations financières de cette organisation terroriste. Pourtant, les autorités américaines ont voulu intentionnellement ne pas révélé plus de détails à propos d’Abou Sayyaf pour prouver leur supériorité militaire aux terroristes de Daesh. »
La chaîne CNN qui a cité un haut responsable américain, a prétendu qu’Abou Sayyad était de nationalité tunisienne, et que les « responsables tunisiennes avaient été mis au courant de l’opération de Deir Ezzor ». D’autres médias arabes ont prétendu qu’Abou Sayyaf était le surnom de Nabil Sadiq al-Jabouri, de nationalité irakienne, originaire d’al-Qiyara dans la province de Ninive. Il a été présenté aussi comme « ministre du Pétrole » de Daesh ou « Abou Sayyaf, l’Américain ».
L’Analyste du quotidien As-Safir rejette toutes ces spéculations : « Si Abou Sayyaf était de nationalité tunisienne, il peut bien être le terroriste recherché depuis longtemps par les Américains qui avaient promis une prime de 3 millions de dollars pour son arrestation. Dans ce cas, son vrai nom serait Tariq al-Taher al-Harzi, l’homme que le Département américain au Trésor avait présenté en 2014 comme l’un des terroristes les plus dangereux du monde. »
D’après le quotidien libanais As-Safir, s’il s’avère qu’Abou Sayyaf tué à Deir Ezzor était bien était Tariq al-Taher al-Harzi, il aurait été le responsable des relations financières de Daesh avec les pays arabes du sud du golfe Persique, notamment le Qatar. Au sein de Daesh, il occupait aussi le poste d’Emir de la région frontalière entre la Syrie et la Turquie, ce qui expliquait son rôle important dans la circulation des terroristes venues de pays occidentaux dans la région pour entrer dans le territoire syrien.
Son frère avait été accusé par les Américains, d’avoir assassiné l’ambassadeur des Etats-Unis en Libye. Son frère avait pu se rendre en Syrie après être relâché par la justice tunisienne. Abou Sayyaf était membre du groupe d’Abou Musab al-Zarqaoui dès 2003. Il était emprisonné en Irak de 2004 à 2012 dans une prison à Tikrit. Il a été libéré en 2012 après une attaque de Daesh contre cette prison.
As-Safir ajoute : « Mais pourquoi les américains ont voulu garder secret la vraie identité d’Abou Sayyaf ? Les Américains ne savent peut-être pas avec certitude si Abou Sayyaf aurait été tué ou seulement blessé. Ce qui rend les choses plus compliquées, c’est que jusqu’à présent Daesh n’a ni confirmé ni démenti la nouvelle de la mort d’Abou Sayyaf. Pourtant, une source locale à Deir Ezzor a confirmé que la personne visée dans l’opération héliportée des Etats-Unis était Tariq al-Taher al-Harzi. Mais cette source ne peut pas dire avec certitude s’il aurait été tué ou seulement blessé. Mais cette source dit que la femme arrêtée par les forces spéciales américaines n’était certainement pas l’épouse d’Abou Sayyaf, mais l’une de ses esclaves sexuelles.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir