This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 24 juillet 2013 16:26

Irak : génocide à uranium appauvri

IRIB- Selon les rapports internationaux, le taux de leucémie et de nouveau-nés difformes  en Irak bat le record, en raison de l’usage par les Etats-Unis de l’uranium appauvri.

 

La chaîne d’informations Russia Today a diffusé, mercredi, les résultats d’un rapport, élaboré par le docteur Chris Basbi, expert de la Commission européenne pour le danger de la radiation en Irak. Selon le rapport, rendu par cet expert, les forces américaines et britanniques ont fait usage des munitions contaminées par l’uranium, pendant les dix années de l’occupation de l’Irak, à commencer à 2003. D’où la contamination des dizaines de milliers de personnes dont des milliers de femmes et d’enfants par les radiations radioactives. Selon l’expert européen, les preuves indéniables font part d’une réalité amère : un grand nombre de personnes ont été touchées par la leucémie et le nombre des nouveau-nés difformes se multiplie de plus en plus suite à l’usage, par les forces étrangères, des munitions contenant de l’uranium. D’après une recherche, faite auparavant par le bulletin allemand réservé à la contamination de l’environnement, le nombre des nouveau-nés malformés s’est multiplié par sept en Irak après de l’invasion de ce pays par les forces US. Le département américain à la Défense et l’ONU ont reconnu que les forces britanniques et américaines avaient employé entre 1.100 et 2.200 tonnes de munitions contenant de l’uranium appauvri au cours de l’invasion de l’Irak. Ce alors que l’usage des armes contenant de l’uranium appauvri contre les citoyens de tout pays est un crime de guerre. Selon les experts et les juristes internationaux, ce qui s’est passé en Irak représente en effet un certain génocide face auquel le Conseil des droits de l’Homme a observé un silence de marbre. En plus, les recherches que les Irakiens, eux-mêmes, ont rendues public sur les impacts des armes à uranium, montrent que le nombre des personnes touchées par le cancer s’est multiplié en Irak notamment dans la province de Bassora après la guerre déclenchée par les troupes étrangères d’autant plus que les enfants et les femmes constituent la plupart des victimes. D’après un autre rapport, publié par le ministère irakien de la Santé, le nombre des cancéreux et les nouveau-nés malformés s’est décuplé à Falloudja, à l’ouest de Bagdad, et à Najaf, au sud de Bagdad, c'est-à-dire dans les localités visées par les armes prohibés américaines. Leila Jabbar, une mère qui a perdu ses trois enfants due aux malformations innées, dit à ce propos : « La guerre n’a pas encore fini car les Irakiens souffrent toujours des conséquences de la guerre bien que les troupes US aient quitté le pays ». Cette mère dit que l’usage, par les troupes étrangères, des armes à uranium, est à l’origine de la malformation et de la mort de ses enfants si bien que son seul enfant, ayant huit mois, ne vivra qu’un an en raison de la malformation du système nerveux. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir