This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
samedi, 16 mai 2015 06:27

L’Iran, au cours de la semaine passée (33)

L’Iran, au cours de la semaine passée (33)
Pour commencer, nous vous parlerons de la réaction de la diplomatie iranienne au rapport de l'ONU sur les droits de l'Homme en Iran.

Mme. Marzieh Afkham, la porte-parole du Ministère iranien des Affaires étrangères a en effet qualifié de purs mensonges, les récentes allégations du rapporteur spécial de l'ONU pour les droits de l'Homme sur des exécutions sommaires et l'exécution des prisonniers politiques en Iran.
« Les points de vue de principe de la République islamique d'Iran sur la peine capitale ont été expliqués à plusieurs fois dans les prises de positions officielles de Téhéran ainsi qu'en réponse aux rapports établis par le responsable onusien. Les allégations sur la hausse du nombre des exécutions et la présentation des chiffres basés sur les allégations des sources non authentiques discréditent les déclarations du rapporteur onusien, a ajouté Mme Marzieh Afkham précisant : «Malheureusement le processus des activités du rapporteur de l'ONU montre qu'il n'est pas à la recherche des raisons authentiques et en dépit des explications documentées de l'Iran, ses allégations poursuivent des fins totalement politiques ». Mme. Afkham a de même affirmé que selon les lois en vigueur en Iran, la peine de mort s'applique exclusivement pour punir les délits les plus graves tels que le trafic de drogue.
« La mise en danger de la santé des citoyens, le transit d'envergure et organisé des stupéfiants, conjugués à des actes terroristes, étant donné la situation géographique de l'Iran, sont des aspects préoccupants du trafic de drogue, a conclu Mme Marzieh Afkham.

...................................................

L'autre affaire qui a fait réagir, durant la semaine passée, le ministère iranien des Affaires étrangères concerne les trois îles iraniennes, sujet de discorde depuis longtemps entre l'Iran et les Emirats arabes unis. La porte-parole de la diplomatie iranienne a souligné que les trois îles faisaient partie intégrante de l'Iran, affirmant que la répétition des allégations fallacieuses n'aurait aucun effet sur les vérités historiques.

En réaction au communiqué final de la réunion consultative des dirigeants du Conseil de Coopération du Golfe Persique, à Riyad, la porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Marzieh Afkham, a réaffirmé que les trois îles d'Abou Moussa, de grande et de petite Tomb font partie intégrante de l'Iran. " La répétition de telles allégations sans fondement seraient sans effet sur les vérités historiques", a-t-elle ajouté. Mme Afkham a indiqué que l'établissement des relations amicales avec les voisins sur la base du principe de non-ingérence dans les affaires intérieures et du respect réciproque faisaient la priorité de la politique extérieure de la RII, affirmant que Téhéran saluait toujours l'essor et l'approfondissement des relations amicales.

...................................................

A part la diplomatie extérieure, les médias iraniens ont annoncé, un événement interne, avec bien sûr retentissements à l'échelle internationale. Il s'agit de la grande manœuvre militaire "Beit-ol-Moqadas" qui aura lieu fin mai à Ispahan", selon le commandant de la force terrestre de l'armée iranienne, le général de brigade, Ahmad Reza Pourdastan. "Les dernières menaces proférées par les ennemis et leurs nouvelles tactiques exigent de nouvelles potentialités défensives, qui seront évaluées dans la deuxième étape de la manœuvre "Beit-ol-Moqadas", a précisé le général Pourdastan. En allusion aux menaces récemment formulées par les Etats-Unis contre l'Iran, le général Pourdastan a fait remarquer : "Ce n'est pas chose nouvelle, ces menaces ont toujours existé. Les forces armées de la RII observent tous les agissements des ennemis sur les frontières et au-delà des frontières et créent des potentialités défensives nécessaires conformément à ces menaces.


...................................................

Quant à la force navale de l'armée iranienne, le contre-amiral Habibollah Sayyari, commandant de la marine affirme la présence dans les eaux libres, les eaux du golfe d'Aden et du détroit de Bab el-Mandeb, avec pour but d'assurer la sécurité de la région. Par cette présence active, l'Iran veut transmettre le message de paix et d'amitié au monde entier et assurer les intérêts de l'Ordre islamique. «D'autres pays, aussi, sont présents, dans le détroit de Bab el-Mandeb, qui est l'un des plus grands itinéraires maritimes du monde, mais certains poursuivent d'autres objectifs, sous couvert des efforts censés instaurer la sécurité», a précisé le commandant de la marine iranienne.


...................................................

Rappelons à ce propos que le 34e groupe naval de la marine iranienne a lancé un avertissement à l'adresse des hélicoptères, des navires et des avions américains et français, voulant passer à une distance de moins de 5 miles dans le golfe d'Aden. Ce n'est pas la première fois que la Flotte 34 de l'armée de la RII a traversé 400 miles du golfe d'Aden pour protéger les intérêts économiques iraniens dans les eaux internationales, se mettant à escorter les bateaux de commerce iraniens et accomplir ses missions. En effet, les pays de la Coalition dont les Etats-Unis et la France se sont montrés sensibles envers la présence des navires de la marine iranienne dans le golfe d'Aden, précipitant leurs avions et hélicoptères vers le destroyer « Alborz » et le navire logistique « Bouchehr », mais ils se sont heurtés à un avertissement sérieux du commandant du destroyer « Alborz », ils ont fini par s'excuser auprès de la Flotte iranienne et changé de trajet.


...................................................

Toujours au sujet de la puissance défensive de l'Iran, le commandant en chef du corps des Gardiens de la Révolution islamique, le général Mohammad-Ali Jaafari, a, récemment, déclaré que malgré les tensions et les crises, qui se multiplient, dans divers pays de la région, une sécurité totale règne, en Iran. «Les frontières iraniennes sont en parfaite sécurité, et aucun ennemi n'aura le courage ou ne pourra même imaginer les agresser», a ponctué le général Jaafari.

...................................................

Restons dans l'ambiance militaire... «Les S-300 seront installés, dans des endroits prédéterminés», c'est ce qu'a annoncé le commandant de la base de la DCA aérienne, Khatam Al-Anbia, appartenant à l'armée de la RII le général Farzad Esmaïli. "Les forces iraniennes recevraient les formations nécessaires, pour pouvoir utiliser les S-300 russes. Ce système défensif et opérationnel n'a pas besoin de rétro-ingénierie», a ajouté le général Esmaïli. Conformément à l'accord Iran-Russie, les S-300 seront livrés à l'armée iranienne, d'ici la fin de l'année en cours.
Par ailleurs, le contre-amiral Ali Arasteh, l'adjoint du commandant de l'armée de terre de la République islamique d'Iran, a déclaré que les spécialistes iraniens cherchaient à produire des armes, à base scientifique (science-based).

...................................................

Place maintenant aux relations extérieures. Le président iranien, Hassan Rohani a reçu lundi, à Téhéran, la ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Maite Emily Nkoana-Mashabane, avec laquelle il a parlé de l'essor des liens économiques. Hassan Rohani, a insisté sur les efforts conjoints, dans le cadre de la lutte contre la violence et le terrorisme. Pour sa part, la ministre des Affaires étrangères sud-africaine a insisté sur l'engagement de son pays, en faveur de la coopération et du partenariat avec la RII. Elle a, aussi, plaidé, pour mettre à profit de bonnes relations politiques, dans le sens du renforcement des relations économiques bilatérales.

...................................................

La semaine dernière, il y a eu également une rencontre importante entre le président du Parlement européen, Martin Schulz et le président de la commission des relations étrangères du Parlement iranien Kazem Jalali à Bruxelles. Martin Schulz a insisté sur le souhait de l'UE à développer ses relations avec l'Iran dans divers domaines dont l'énergie, affirmant que l'Iran disposait de nombreuses capacités pour le règlement des questions régionales qu'il fallait utiliser et que le Parlement européen plaidait pour l'ouverture d'un bureau permanent à Téhéran. Il a apporté son soutien aux négociations nucléaires entre l'Iran et les 5+1, déclarant qu'il était optimiste quant à l'accès à un accord final sur le nucléaire iranien et que cet accord serait un grand pas historique. De son côté, le président de la commission des relations étrangères du Parlement iranien Kazem Jalali a tenu à expliquer les intérêts communs des deux parties disant que la RII constituait le meilleur scenario pour diverses ressources énergétiques en Europe. « L'Europe est censée à se référer aux sources énergétiques d'Iran, en tant que pays doté des plus grandes ressources gazières du monde », a-t-il indiqué.

...................................................

Dans le même cadre, l'Iran et l'Inde ont signé un contrat portant sur le développement du port iranien de Tchabahar, sur la côte iranienne de la mer d'Oman, (Océan indien). La signature de ce contrat a été réalisée, en dépit des vives pressions des Etats-Unis sur le gouvernement indien. Le but de ce contrat est de développer la coopération irano-indienne, pour développer le port stratégique de Tchabahar, en Iran, (Sud-Est). Avant la signature de ce contrat, les Etats-Unis avaient averti le gouvernement de New Delhi et les sociétés indiennes de ne pas participer aux projets de l'Iran, pour développer les infrastructures de la ville portuaire de Tchabahar, avant la conclusion d'un accord nucléaire final entre la République islamique d'Iran et les grandes puissances. Le contrat du développement des infrastructures de la ville portuaire de Tchabahar a été signé, mercredi dernier, par le ministre indien de la Navigation maritime et le ministre iranien du Transport. Après la conclusion de ce contrat, le gouvernement indien a annoncé, dans un communiqué, que, désormais, les sociétés indiennes participeront aux projets du développement de Tchabahar. En réaction à cet événement, l'ambassadeur des Etats-Unis, en poste, à New Delhi, a déclaré que les sanctions anti-iraniennes ne pourront, certainement, pas résoudre les différends autour du programme nucléaire de ce pays, mais il a incité d'autres pays à respecter ces sanctions anti-iraniennes, avant la conclusion d'un accord final entre la république islamique d'Iran et les grandes puissances, au sujet du programme nucléaire civil des Iraniens.






















 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




 

 

 

 

 


Rappelons à ce propos que le 34e groupe naval de la marine iranienne a lancé un avertissement à l’adresse des hélicoptères, des navires et des avions américains et français, voulant passer à une distance de moins de 5 miles dans le golfe d’Aden. Ce n’est pas la première fois que la Flotte 34 de l’armée de la RII a traversé 400 miles du golfe d’Aden pour protéger les intérêts économiques iraniens dans les eaux internationales, se mettant à escorter les bateaux de commerce iraniens et accomplir ses missions. En effet, les pays de la Coalition dont les Etats-Unis et la France se sont montrés sensibles envers la présence des navires de la marine iranienne dans le golfe d’Aden, précipitant leurs avions et hélicoptères vers le destroyer « Alborz » et le navire logistique « Bouchehr », mais ils se sont heurtés à un avertissement sérieux du commandant du destroyer « Alborz », ils ont fini par s’excuser auprès de la Flotte iranienne et changé de trajet.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir