This Website is discontinued. We changed to Parstoday French.
mercredi, 25 février 2015 14:26

L’Iran, au cours de la semaine passée (28)

L’Iran, au cours de la semaine passée (28)
Au terme des récentes négociations, les médias occidentaux, citant diverses sources officielles, ont diffusé plus de nouvelles que les Iraniens.

Selon eux, l'accord, qui est en train de se conclure, ces jours-ci, va plus dans le sens des intérêts de Téhéran que de ceux de Washington. La plupart des médias du monde, dont le "Wall Street Journal", le "New York Times", " La Voix de l'Amérique", le "Daily Star" et "The Globe and Mail", citant des responsables iraniens et américains, ont jugé constructives, sérieuses et productives, les négociations de quatre derniers jours, à Genève. Citant des responsables officiels, au sein des négociations, ainsi que des sources ayant requis l'anonymat, ces médias ont fait part d'un éventuel accès à un accord officiel ou officieux, d'ici fin mars. Le quotidien américain, "Wall Street Journal", ne s'est pas contenté de citer des sources américaines ou iraniennes, et il rapporté les propos du vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, étant, en même temps, le représentant de ce pays, aux négociations nucléaires, avant d'écrire: "La Russie reste optimiste, quant au processus des négociations". Le "Wall Street Journal", citant Riabkov, a écrit: "La Russie s'est montrée confiante, mardi, sur la conclusion d'un accord, sur le programme nucléaire de l'Iran". Dans un article analytique, ayant pour thème les récentes négociations nucléaires de Genève, le site web de la Radio américaine "NPR" a titré: "Alors que les négociations nucléaires ont enregistré des progrès, leurs détracteurs ont multiplié les reproches. Pour le site web de la Radio américaine, "NPR", la présence du Président de l'Organisation iranienne de l'Energie atomique, Ali-Akbar Salehi, et du secrétaire d'Etat américain à l'Energie, Ernest Moniz, aux négociations, montre le progrès de ce tour des discussions. Le quotidien libanais, "Daily Star", a, également, abordé les négociations de Genève et choisi comme titre:  "Les progrès, dans les négociations, malgré les divergences". Citant le ministre sioniste de la Guerre, Moshe Ya'alon, le "Daily Star" poursuit: "L'accord en question menace la sécurité d'Israël, car il libèrera l'économie iranienne, sur laquelle pèsent les sanctions, et, en même temps, la conclusion dudit accord permettra à l'Iran de poursuivre l'enrichissement".

L'Agence internationale de l'Energie atomique, (AIEA), a qualifié, dans un communiqué, de productive, la rencontre de mardi entre le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Seyyed Abbas Araqtchi et le Directeur général de l'Agence internationale de l'Energie atomique, Yukiya Amano.  "La rencontre de mardi était utile et elle a favorisé le terrain à une meilleure entente entre les deux parties", écrit Reuters, qui rapporte le communiqué de l'AIEA. "Les discussions s'étaient focalisées sur l'impératif du règlement plus rapide de toutes les questions en suspens, qui portent sur le programme nucléaire iranien", précise le communiqué de l'AIEA. M. Araqtchi a jugé très productive et constructive, sa rencontre avec M. Amano. Araqtchi, qui s'exprimait, devant un parterre de journalistes, a ajouté: "Nous avons donné notre aval à l'accélération de nos coopérations avec l'Agence".

 

Les ministres iranien et russe des Affaires étrangères pourraient se rencontrer, au mois de mars, a fait part le vice-ministre russe des Affaires étrangères, annonçant les avancées concrètes réalisées, lors des récentes négociations nucléaires. "Le retour à la question des sanctions n’est pas du tout constructif, dans la donne actuelle", a affirmé, lundi, Serguei Riabcov. "Eventuellement, en mars, Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, rencontrera son homologue iranien, Mohammad-Javad Zarif", a fait savoir Riabcov. "Jusqu’à présent, aucun accord définitif, à ce propos, n’est, encore, intervenu, cependant cette rencontre aura, fort probablement, lieu", a-t-il ajouté, avant de poursuivre : "L'avancée, dans les négociations nucléaires, est bien concrète, et il n’y a aucune raison de revenir à la question des sanctions, car cela sera contre-productif".


«L’Iran restera à jamais aux côtés du peuple irakien et il était le premier pays à voler au secours des Irakiens, lorsque les terroristes de Daesh ont attaqué l’Irak. Il s’agit d’une tâche qu’un voisin doit remplir, à l’égard de l’autre», a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad-Javad Zarif, lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue irakien, Ibrahim Jaafari. «Nous avons la ferme conviction que la lutte contre les groupes portant atteinte à la sécurité d’Irak doit être, avant tout, un mouvement irakien, et que toutes les aides et assistances doivent être au service du peuple et du gouvernement irakiens», a souligné Mohammad-Javad Zarif, qui a eu, également, une rencontre avec le Premier ministre irakien, Haïdar al-Abadi. Lors de cette rencontre, mardi soir, le ministre iranien des Affaires étrangères a tenu à le féliciter, pour les bons acquis politiques intérieurs et extérieurs, ainsi que les victoires, sur le terrain, du gouvernement, du peuple et de l’armée irakiens, dans la lutte contre le terrorisme. Il s'est, également, attardé sur les résultats de la récente visite du premier vice-président iranien, en Irak, et la signature de plus de 10 documents de coopération, par les deux pays, faisant remarquer que "des pas de géant positifs ont été franchis, dans le sens de l’approfondissement des relations Téhéran/Bagdad". "Les visites consécutives des responsables iraniens et irakiens témoignent de la volonté, de part et d'autre, de promouvoir les relations bilatérales, a indiqué le Premier ministre irakien, Haïdar al-Abadi.

 

Le vice-président de l'Organisation des industries aériennes de la République islamique d'Iran, Amir Karim Bani Tarafi, a déclaré, jeudi, que cette instance va fabriquer, dans un proche avenir, de nouveaux chasseurs, selon les besoins opérationnels des forces armées. Par ailleurs, l'Iran a dévoilé, la semaine dernière, une nouvelle version du chasseur militaire supersonnique,"Saeqeh-2", ("coup de foudre"). "Saeqeh-2" est un jet, qui sera utilisé, dans les missions de logistique, dans le cadre de missions tactiques et d'entraînement de pilotage, à un niveau élevé. L'Organisation des industries aériennes de la République islamique d'Iran reste l'une des organisations liées au ministère de la Défense, qui est chargée de fabriquer et de produire des chasseurs et d'autres produits aéronautiques.  


La 33ème escadre de la Force navale d la RII est arrivée, dans l’hémisphère Sud de la Terre, en passant par les eaux libres et internationales et en franchissant la ligne de l’équateur. Cette Flotte, composée du navire de logistique «Bandar Abbas» et du navire de guerre «Martyr Naqdi», avait commencé sa mission, au début du mois en cours, avec pour objectif de protéger les trajets des navires. Suivant sa mission de protection, la 33ème Flotte de la Marine iranienne se dirige vers les côtes d’Indonésie. Ladite escadre a, déjà, sauvé, dans le golfe d’Aden, deux pétroliers iraniens, des mains des pirates maritimes. Auparavant, la 24ème Flotte, composée du navire de guerre «Sabalan» et du navire de logistique «Khark», ainsi que la 30ème Flotte, composée des navires de guerre «Alvand» et «Bouchehr», avaient, déjà, franchi la ligne de l’équateur.

"L'Iran augmentera la portée de ses drones, pour que ces engins puissent voler à une plus haute altitude et prendre des images plus précises", a précisé le général Abdolkarim Bani Tarafi. Pendant les mois de septembre et novembre, l'Iran a dévoilé  ses deux drones «Ababil 3» et «Sadeq 1». Le drone «Ababil 3» est capable de voler à une altitude de 15.000 pieds, pendant 8 heures d'affilée, et d'envoyer des images vivantes aux stations de contrôle terrestres ou à quelque plateforme que ce soit. Le drone «Sadeq 1» peut voler à une altitude de 25.000 pieds et à une vitesse supersonique. L'Iran, les Etats-Unis, la Chine, la Russie et Israël sont les principaux producteurs de drones, dans le monde.

La réunion des experts du Mouvement des Non-alignés s'est déroulée, dimanche, à Téhéran, en présence de 58 pays membres.
Le dimanche, au premier jour de la réunion des experts des pays membres du Mouvement des Non-alignés (MNA), la rédaction et l’élaboration de la déclaration de la réunion de Téhéran, discutée, il y a environ sept mois, à New York, ont été examinés. Ont participé à cette réunion, d’importantes institutions internationales, dont l’Union africaine, (UA), la Banque du Développement islamique, la Ligue arabe et la Conférence ICTP. Au deuxième jour de la réunion de Téhéran, les ministres des pays membres du Mouvement des Non-alignés ont présenté leurs opinions sur la déclaration de Téhéran, portant sur la levée de la discrimination scientifique-technique, la libre-circulation d’informations scientifiques et les activités des universités, la coopération Sud-Sud et l’emploi des sciences techniques, pour le développement durable. Pour le rappel, en marge de la réunion des Non-alignés à Téhéran, une exposition s'est tenue sur la science et les technologies pacifiques de l’Iran, dont la nano, la technologie et l’énergie nucléaire.

Le ministre iranien des Sciences, des Recherches et de la Technologie, Mohammad Farhadi, et le ministre de l'Education nationale et du Développement des Sciences et de la Technologie de la Serbie, Sredoje Novic, ainsi que le ministre bosniaque des Sciences, Damir Masic, ont mis au point les voies censées développer les coopérations sciatiques. Lors d'une rencontre, dimanche, à Téhéran, avec MM. Novic et Masic, le ministre iranien des Sciences, des Recherches et de la Technologie a souhaité qu'une réunion entre les ministres des Sciences et de la Technologie des pays membres des Non-alignés favorise le terrain à la coopération scientifique et technologique entre ces pays". "Les conditions de coopération entre l'Iran et la Serbie, sur la nanotechnologie et la biotechnologie, ont été réunies", a réaffirmé le ministre iranien. Le ministre serbe a, pour sa part, mis l'accent sur l'essor des coopérations scientifiques et universitaires avec l'Iran. Lors d'une rencontre avec Damir Masic, le ministre bosniaque, Farhadi a fait part de la disposition de la République islamique d'Iran à accueillir plus d'étudiants bosniaques. Damir Masic a, aussi, formulé le vœu que les coopérations scientifiques et de recherches entre l'Iran et la Bosnie Herzégovine se développent plus que le passé.

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir